Andriy Denyskin a écopé d’une suspension de trois matchs, assortie d’une sanction supplémentaire de 10 matchs qui peut être remplacée par une amende de 50 000 Hryvnia (environ 1880,22 $ US), a rapporté le directeur général de la Ligue ukrainienne de hockey sur Twitter mercredi.

La Presse Canadienne

« La Ligue ukrainienne de hockey et moi-même appuyons Jalen Smereck et remercions tous les partisans et les journalistes qui l’ont appuyé. La @uhlua estime qu’il n’y a pas de place pour le racisme dans notre monde, et encore moins dans le hockey », a écrit Eugene Kolychev, en citant le Comité de discipline de la Fédération ukrainienne de hockey sur glace.

Cette décision a suscité la colère du HC Donbass, le club pour lequel évolue Smereck.

« 1870 $ pour un geste raciste ? Des gestes racistes contre le joueur du HC Donbass Jalen Smereck. […] Nous porterons la décision en appel », a réagi le club ukrainien sur Twitter.

Akim Aliu, qui s’était joint en juin 2019 à huit joueurs de la LNH — dont Evander Kane, Wayne Simmonds, Matt Dumba et Nazem Kadri — pour fonder l’Alliance pour la diversité dans le hockey, a aussi décrié cette décision.

« C’est totalement embarrassant. Comment sommes-nous, en tant que personnes de couleur, supposées faire confiance à un système qui échoue constamment à nous protéger. Sur la patinoire, et à l’extérieur de celle-ci », a-t-il écrit sur son compte Twitter officiel.

Dans le camp du Canadien de Montréal, les personnes interrogées à ce sujet ont aussi admis être consternées par la courte suspension.

« Je m’attendais à quelque chose de beaucoup plus sévère, a dit l’entraîneur-chef du Canadien, Dominique Ducharme. Ce ne sont pas des choses que nous voulons voir ou entendre. En 2021, nous sommes ailleurs. »

« C’est dégoûtant, a renchéri le défenseur Ben Chiarot. La perception de ce genre d’incident est probablement différente en Amérique du Nord, mais c’est inacceptable. La sanction n’est pas assez sévère. Je crois que ç’aurait été différent si ça s’était produit ici. Ce genre de comportement n’a pas sa place dans le hockey ou dans la société. »

Smereck, un joueur qui a été la cible d’une insulte raciste lors d’un match de la Ligue ukrainienne de hockey le week-end dernier, a révélé qu’il ne rejouerait plus dans la ligue tant que le rival qui a posé ce geste ne sera pas sanctionné.

Smereck, un défenseur américain du HC Donbass, a mentionné qu’il prend une pause des activités de la ligue jusqu’à ce que le joueur du HC Krementchuk, Denyskin, soit « suspendu et banni de la ligue ». Ce qui ne sera vraisemblablement pas le cas.

Denyskin s’est moqué de Smereck, qui est Noir, avec un geste qui imitait le fait d’éplucher une banane et de la manger lors du match entre Krementchuk et Donbass, dimanche.

Le geste a été capté sur vidéo et a été largement diffusé. Denyskin a été expulsé du match et fait face à une autre sanction de la ligue.

« Ces situations sont très difficiles à vivre et je crois fermement qu’il faut défendre ce qui est juste, a affirmé Smereck, mardi, sur Instagram. J’ai beaucoup réfléchi à la suite pour moi dans ma carrière, mais pour le moment j’ai décidé que je prendrai un congé personnel du HC Donbass et que je ne jouerai pas un autre match dans la (Ligue ukrainienne de hockey) jusqu’à ce qu’Andrey Denyskin soit suspendu et expulsé de la ligue. »

Denyskin s’est excusé pour son geste dans une publication sur les réseaux sociaux qui a depuis été supprimée.

Donbass a mentionné dans un communiqué qu’il était « indigné » par les actions de Denyskin. La Fédération internationale de hockey sur glace et l’Association des joueurs de la LNH ont également condamné ce geste.

« Il s’agit d’une attaque directe contre les idéaux et les valeurs de notre sport, et nous veillerons à ce que toutes les enquêtes nécessaires sur les violations à l’éthique soient menées pour garantir que ce comportement soit sanctionné de manière appropriée », a déclaré le nouveau président de l’IIHF, Luc Tardif, dans un communiqué, lundi.

Smereck, de Detroit, a disputé 17 matchs la saison dernière avec les Roadrunners de Tucson, la filiale des Coyotes de l’Arizona dans la Ligue américaine.