(Montréal) Au cœur de son camp d’entraînement, le Canadien a disputé dimanche après-midi son traditionnel match intraéquipe au Centre Bell. Observations.

Simon-Olivier Lorange
Simon-Olivier Lorange La Presse

Jonathan Drouin ovationné

Ce match était le premier contact entre Jonathan Drouin et le public depuis 19 mois. Sa dernière présence au Centre Bell devant des partisans remontait en effet au 25 février 2020, avant que la pandémie de COVID-19 chasse les spectateurs des arénas. Et lorsque ceux-ci sont revenus, le printemps dernier, le numéro 92 avait pris un pas de recul pour affronter les troubles d’anxiété qui minaient son quotidien. La réunion de dimanche a été on ne peut plus chaleureuse – le mot est faible. Chaque fois que Drouin a touché la rondelle, les quelques milliers de personnes dans les gradins l’ont bruyamment applaudi et encouragé. Et c’est lui qui a reçu les encouragements les plus bruyants lorsqu’il s’est élancé pendant la séance amicale de tirs de barrage. Rafaël Harvey-Pinard, après le match, a avoué avoir eu « des frissons » devant cette vague d’amour.

Cole Caufield blessé

Cole Caufield était censé disputer le match intraéquipe. Mais une fois la rencontre amorcée, aucune trace du numéro 22. Le petit attaquant semble s’être blessé en tombant pendant la période d’échauffement. L’organisation a indiqué que son retrait du match était « préventif » et que son cas serait évalué « quotidiennement ». L’entraîneur-chef Dominique Ducharme a indiqué à RDS que Caufield avait signalé un « inconfort », mais qu’à son avis, la blessure n’était pas sérieuse. On devrait en savoir davantage lundi matin.

Joshua Roy marque et part

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Joshua Roy (32) a marqué un but pour l’équipe des Rouges.

Joshua Roy, choix de cinquième tour du Canadien en 2021, s’est fait remarquer en inscrivant deux buts. Il a d’abord déjoué Cayden Primeau d’un tir du revers précis dans le haut du filet. Puis, posté devant le but, il a accepté une passe précise de Joel Armia, qui avait attiré Ryan Poehling, Lukas Vejdemo et Gianni Fairbrother. Roy avait été l’un des meilleurs joueurs au camp des recrues, au point où, au camp principal, il avait été d’emblée inséré dans l’un des deux principaux groupes d’entraînement. Après la rencontre, il a toutefois appris qu’il faisait partie des trois joueurs que le Canadien renvoyait à leur club junior respectif. Un peu déçu de ne pas avoir la chance de prendre part à un match préparatoire, il s’est néanmoins dit « super content de [ses] deux semaines ici ». « J’ai vu ce que ça prend pour passer au niveau supérieur, a-t-il souligné. J’ai encore beaucoup de choses à travailler pour le futur. »

Simoneau et Vrbetic retranchés

Joshua Roy prend donc la route de Sherbrooke, où il ira rejoindre le Phoenix, son équipe de la LHJMQ. Xavier Simoneau retrouvera quant à lui les Islanders de Charlottetown, aussi sur le circuit québécois, tandis que le gardien Joe Vrbetic se rapportera au Battalion de North Bay, dans la Ligue junior de l’Ontario. Simoneau était l’un des deux patineurs du groupe C, constitué de recrues et de joueurs invités, insérés dans la formation, dimanche – l’autre étant le défenseur Tobie Bisson. Les deux se sont franchement bien débrouillés. Malgré un temps de glace limité, Simoneau a été visible à plusieurs reprises en échec avant et en repli défensif. Quant à Bisson, qui possède un contrat de la Ligue américaine, il a effectué quelques incursions opportunes profondément en zone adverse. Son travail en coin de patinoire a d’ailleurs directement mené à une chance de marquer de qualité de son coéquipier Artturi Lehkonen.

Harvey-Pinard en évidence

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Rafaël Harvey-Pinard (49)

Depuis le début du camp d’entraînement, Rafaël Harvey-Pinard est le seul attaquant recrue à avoir été réuni à deux joueurs établis de la LNH. Dimanche, le trio qu’il complétait avec Jake Evans et Joel Armia a sans conteste été le plus dangereux du Canadien, et le Québécois a inscrit un but de toute beauté en acceptant une passe parfaite d’Evans. Malgré l’enjeu limité du match, Harvey-Pinard a fait remarquer qu’il n’avait « pas 15 occasions de faire une bonne impression à ce niveau ». « Je ne veux pas être juste de passage, je veux laisser ma marque », a-t-il renchéri. C’est pourquoi il essaie d’être une « éponge » avec ses deux partenaires de trio. Joel Armia, dont les partisans ne connaissent que le côté taciturne, se révèle comme un mentor attentionné, a-t-il raconté. « Il communique pas mal, il me donne des conseils, a dit Harvey-Pinard. Quand j’arrive au banc, il me dit ce que je pourrais améliorer. Il est là pour aider les jeunes. »

Baptême pour Dvorak

Membre de l’organisation depuis seulement trois semaines, Christian Dvorak saisit toutes les occasions de s’acclimater à sa nouvelle équipe. Sans incidence pour les vétérans comme lui, le match intraéquipe lui a néanmoins permis, a-t-il dit, de continuer à se familiariser avec le système de jeu de Dominique Ducharme. « J’essaie d’apprendre le plus vite possible », a-t-il expliqué. Dimanche, Dvorak pilotait un trio au centre de Jonathan Drouin et de Josh Anderson. Malgré quelques bons moments, l’unité n’a pas particulièrement été étincelante dans cette rencontre. À l’évidence, la chimie prendra un peu plus de temps pour s’installer. Néanmoins, l’Américain a indiqué que ses ailiers étaient « deux gars talentueux », qui apportaient « plusieurs aspects différents » à leur trio.

Romanov, Kulak, Poehling

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Alexander Romanov (27)

Certes, ils avaient joué à Toronto la veille. Mais force est d’admettre qu’Alexander Romanov, Brett Kulak et Ryan Poehling n’ont pas connu un grand match – un peu comme samedi contre les Maple Leafs, en fait. Romanov et Kulak étaient les deux seuls défenseurs de la LNH dans l’équipe des Blancs, alors que Jeff Petry avait obtenu congé, et ils ont malgré tout peiné à se démarquer. Romanov, surtout, semblait complètement déboussolé en première moitié de rencontre. Quant à Poehling, il était de nouveau flanqué d’Artturi Lehkonen et de Laurent Dauphin, et comme la veille, il a été brouillon, parfois effacé. Souvent mal positionné, le joueur de centre devra certainement en montrer davantage s’il veut obtenir un poste permanent à Montréal. À suivre cette semaine.

Domination des Rouges

On le signale pour la forme, mais les Rouges ont facilement vaincu les Blancs au compte de 4-1 (ou 5-2, si l’on ajoute la prolongation de 5 minutes disputée à 3 contre 3). La majorité des joueurs des Blancs étaient en uniforme la veille à Toronto, et on avait en outre retiré de leur groupe Tyler Toffoli et Jeff Petry – sans parler de Caufield, blessé. Les Rouges ne se sont pas fait prier pour en profiter. Outre Joshua Roy, deux fois, et Rafaël Harvey-Pinard, Danick Martel a complété une récolte toute québécoise pour son camp. Seul Lukas Vejdemo a marqué pour les Blancs. Les Rouges devraient constituer l’essentiel de la formation du Canadien qui affrontera les Maple Leafs de Toronto, ce lundi soir au Centre Bell, à l’occasion du deuxième match présaison du club.