Au moment où Kyle Dubas héritait d’un club riche en jeunes joueurs de talent, en mai 2018, le Canadien entamait un pénible processus de réinitialisation après une autre saison de misère.

Mathias Brunet
Mathias Brunet La Presse

Toronto venait de terminer au septième rang du classement avec une saison de 105 points, le Canadien au 28e rang devant Buffalo, Arizona et Ottawa.

Quelques semaines après sa promotion, Dubas a même eu le luxe d’offrir 77 millions pour sept ans à l’un des plus prolifiques compteurs de la LNH, John Tavares, pour se greffer aux redoutables Auston Matthews et Mitch Marner. De quoi rêver à une première Coupe Stanley depuis 1967.

PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE

William Nylander, John Tavares, Auston Matthews et Mitch Marner

Pendant ce temps, le CH s’apprêtait à échanger son deuxième compteur, Alex Galchenyuk, et son capitaine Max Pacioretty en retour d’un espoir, d'un choix au repêchage et d'un joueur improductif. La pente allait être abrupte à remonter.

Le Canadien avait même cédé aux Leafs, l’hiver précédent, son centre Tomas Plekanec, un joueur de location, moyennant un choix de deuxième ronde, afin de mieux réussir sa phase de rajeunissement.

Trois ans plus tard, le directeur général des Maple Leafs admettait lucidement, la semaine dernière, qu’il pourrait perdre son emploi advenant une autre élimination hâtive des Maple Leafs en séries éliminatoires le printemps prochain.

« Il y aura des changements au sein de l’organisation si nous n’obtenons pas de résultats, j’en suis conscient, a-t-il déclaré récemment à la balado de Bob McCown. Il faudra considérer des changements compte tenu du fait que nous avons conservé le même noyau, un noyau auquel je crois sans quoi je l’aurais modifié. »

Ça n’était donc pas un drôle de rêve. Toronto a été éliminé hâtivement des séries éliminatoires pour une troisième saison de suite depuis l’entrée en poste de Dubas, une 16e année de suite sans atteindre la deuxième ronde, et Montréal a bel et bien atteint la finale de la Coupe Stanley à la surprise générale…

Les Maple Leafs menaient pourtant la série de première ronde 3-1 lorsque Alex Galchenyuk, un Leaf après avoir porté quatre uniformes après son départ de Montréal, a tenté une passe audacieuse à la ligne bleue adverse en prolongation.

Cole Caufield a intercepté, remis à Nick Suzuki, qui a remis à Caufield, qui a remis à Suzuki et le CH marquait et amorçait son improbable remontée.

Suzuki venait de compléter sa troisième saison dans les rangs juniors à Owen Sound lorsque Dubas a succédé à Lou Lamoriello en 2018. Il se préparait à participer quelques semaines plus tard au camp de développement du club qui l’a repêché en première ronde en 2017, les Golden Knights de Vegas.

Cole Caufield avait complété sa saison avec l’équipe américaine des moins de 17 ans et avait eu le privilège de disputer quelques matchs avec le programme de développement américain, à un an et quelques mois de son éligibilité au repêchage de la LNH.

L’entraîneur Dominique Ducharme, lui, avait perdu en deuxième ronde des séries éliminatoires de la LHJMQ avec les Voltigeurs de Drummondville…

Le monde du sport est imprévisible, doit-on le rappeler ?

Malgré cette défaite douloureuse aux mains du Canadien au printemps, et les critiques acerbes des médias et des fans, Kyle Dubas a résisté à la tentation de faire exploser son noyau.

Auston Matthews, Mitch Marner, John Tavares et William Nylander, dont les salaires occupent presque la moitié de la masse salariale de l’équipe (40,4 millions), sont donc de retour, comme les défenseurs Morgan Rielly, T.J. Brodie et Jake Muzzin. Matthews a subi une opération au poignet cet été mais il devrait être de retour au jeu pour le début de la saison.

Il y a néanmoins eu des changements à Toronto au cours de la morte saison. Les Leafs n’ont pu retenir leur meilleur attaquant après leur fameux quatuor, Zach Hyman.

PHOTO MARCIO JOSE SANCHEZ, ASSOCIATED PRESS

Zach Hyman

Celui-ci a accepté 37,8 millions pour sept ans des Oilers d’Edmonton après une saison de 15 buts et 33 points en 43 matchs, soit 28 buts et 63 points au prorata d’une saison de 82 rencontres.

Quatre autres vétérans ont quitté : Joe Thornton est désormais en Floride avec les Panthers, Zach Bogosian a effectué un retour avec le Lightning, le gardien Frederik Andersen a signé un contrat avec les Hurricanes de la Caroline et Nick Foligno, après avoir coûté un choix de première ronde en 2021 (24e au total) à la date limite des échanges, s’est entendu avec les Bruins de Boston.

Pour pallier ces pertes, Toronto a embauché deux ailiers abandonnés par les Bruins, le colosse de 25 ans Nick Ritchie, 15 buts l’an dernier, et Ondrej Kase, 25 ans lui aussi, blessé presque toute la saison dernière. Boston aurait pu conserver ses droits sur eux en leur soumettant une offre qualificative cet été mais ils ont préféré couper les ponts.

L’ancien gardien des Hurricanes, Petr Mrazek, vient remplacer Andersen et luttera avec Jack Campbell pour le poste de numéro un.

Le meilleur défenseur offensif des Leafs, Morgan Rielly, en sera à la dernière année de son contrat et il aura droit à l’autonomie complète à compter de juillet 2022. Il exigera sans l’ombre d’un doute un salaire annuel supérieur aux 5 millions qu’il touche actuellement.

Ce dossier risque d’alimenter les rumeurs au cours de l’hiver, comme les spéculations sur l’avenir en général de Dubas et des membres de son noyau.

À lire

1- Quelle histoire que celle de ce jeune joueur de foot français des Carabins de l'Université de Montréal, de retour sur les terrains après avoir frôlé la mort. Frédérick Duchesneau raconte.

2- Sylvain Lefebvre a choisi de ne pas se faire vacciner. Les Blue Jackets de Columbus ont choisi de l'écarter et de le remplacer par un autre entraîneur adjoint afin de se conformer aux règles sanitaires. Guillaume Lefrançois résume.

3- Un autre Québécois sera de l'aventure en Arizona. André Tourigny vient en effet d'embaucher son complice Mario Duhamel pour le seconder derrière le banc des Coyotes. Guillaume Lefrançois, à nouveau.