Au bout du compte, tout ce bruit autour de Carey Price n’aura été que ça : du bruit.

Richard Labbé
Richard Labbé La Presse

Selon plusieurs médias mercredi matin, ce n’est pas Price qui allait devoir déménager de Montréal à Seattle en raison du repêchage d’expansion, et cette information s’est confirmée en soirée, quand le Kraken a bel et bien repêché… Cale Fleury.

Un choix moins spectaculaire ? Certes. Mais dans le cas du Kraken de Seattle, le choix de ce jeune défenseur au repêchage d’expansion tombe sous le sens, d’abord pour des raisons financières. D’ailleurs, les dirigeants du Kraken ont opté pour la voie de la modestie lors de ce repêchage : bien peu de vedettes, et bien des joueurs qui ne coûtent pas trop cher.

Fleury, un choix de troisième tour du Canadien au repêchage de 2017, a seulement 22 ans. Défenseur non sans un certain potentiel, il n’avait pas été en mesure de se tailler un poste parmi les réguliers du club au Centre Bell en 2021, devant se contenter de patiner dans la Ligue américaine, avec le Rocket de Laval.

PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE

Cale Fleury

Il n’aura fait que passer au sein de l’organisation montréalaise, et il avait été en mesure de disputer seulement 41 rencontres avec le Canadien, toutes lors de la saison 2019-2020, récoltant un but au passage.

Chez le Canadien, Fleury était assez loin dans l’organigramme, et on peut présumer qu’il aura de meilleures occasions de se faire remarquer avec la nouvelle équipe. Il n’a toutefois pas été présenté aux partisans de Seattle ou aux médias lors de la cérémonie de mercredi soir.

À noter que Fleury rejoindra son frère Haydn chez le Kraken.

« Je ne lui ai pas vraiment parlé, un peu au téléphone », a expliqué Haydn mercredi soir.

« Je le crois très excité, et aussi reconnaissant de ce que le Canadien a fait pour lui. Je suis très enthousiaste à l’idée de jouer avec lui. Beaucoup de frères rêvent de jouer dans la LNH, et rares sont ceux qui peuvent le faire avec la même équipe. On a la chance de vivre ça, faire quelque chose de spécial ensemble. »

« Une autre direction… »

Devant le filet, les choix du Kraken ont été comme les autres : modestes.

Ainsi, pour le moment du moins, les trois gardiens du club sont Chris Driedger (des Panthers de la Floride), Vitek Vanecek (Capitals de Washington) ainsi que Joey Daccord (Sénateurs d’Ottawa). De toute évidence, le club de Seattle n’envisageait pas de dépenser beaucoup d’argent à cette position.

Cela est donc venu mettre fin aux rumeurs sur Price, qui circulaient déjà depuis quelques jours. Le divorce annoncé entre le gardien et le Canadien n’aura pas lieu, et il ne faut sans doute pas s’en étonner. Après tout, Marc Bergevin, le directeur général du club, est celui-là même qui avait accordé au gardien de 33 ans (bientôt 34) une généreuse prolongation de contrat de huit ans pour un total de 84 millions de dollars à l’été 2017.

Ron Francis, directeur général du Kraken, a laissé entendre que son club avait bel et bien jeté un œil sur le dossier Price… mais a préféré passer son tour.

« Chaque fois qu’un nom comme ça est disponible, on doit le considérer, a-t-il admis mercredi soir. On a eu beaucoup de discussions, on a analysé les détails, on a analysé l’aspect financier… mais on a choisi d’emprunter une autre direction. »