Dominique Ducharme n’est pas là pour arrêter des rondelles ou marquer des buts, mais dans le camp du Canadien, on estime que son retour sera salutaire.

Richard Labbé
Richard Labbé La Presse

« Ce sera énorme pour nous, a répondu l’attaquant Eric Staal jeudi matin. Je sais que Dominique aurait tout donné pour être là avec nous. On rêve toute sa vie à une présence en pleine finale de la Coupe Stanley. Alors pour lui, devoir rater les deux premiers matchs de cette série, ça a été difficile. »

Ainsi donc, après avoir rapporté un test positif à la COVID-19 en date du 18 juin, Ducharme, entraîneur intérimaire chez le Canadien, devrait être de retour à l’entraînement du club, vendredi matin à Brossard, et de retour aussi derrière le banc du club au moment du match numéro trois de cette finale face au Lightning de Tampa Bay, ce vendredi soir au Centre Bell.

Le conditionnel est employé ici parce que rien n’est jamais certain en ces temps incertains, mais pour l’heure, en tout cas, c’est le scénario qui est prévu, et pour le Canadien, cela ne saurait mieux tomber.

Ducharme a bien tenté de diriger l’équipe à distance lors de cette quarantaine obligatoire, mais on peut deviner que l’efficacité des stratégies par Zoom finit par atteindre une certaine limite.

Il y a aussi qu’avec un retard de 0-2 dans la série, le Canadien va prendre toute l’aide qui est disponible, selon l’adjoint Luke Richardson.

« Nous avions gardé le contact avec Dominique lors de son absence, mais ce n’est pas la même chose qu’en personne, a expliqué Richardson jeudi matin. C’est un retour qui va nous aider parce que Dominique est un entraîneur intelligent qui connaît bien son équipe. »

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Luke Richardson et Alexandre Burrows

Il a bien sûr été question d’Andrei Vasilevskiy lors de ce point de presse matinal de jeudi, et pourquoi pas ? En deux matchs depuis le début de cette finale, l’intimidant gardien du Lightning n’a accordé que deux petits buts, et encore, il s’agit de buts survenus à la suite de déviations.

Mais Luke Richardson a bon espoir de voir le géant tomber.

« Je le trouve très similaire à Connor Hellebuyck [des Jets de Winnipeg], qu’on a affronté lors du deuxième tour, a ajouté Richardson. Comme Hellebuyck, Vasilevskiy est un gros gardien qui aime travailler debout. Mais nous avons été capables de résoudre Hellebuyck et nous aurons la chance de résoudre Vasilevskiy à la maison.

« Je pense que plusieurs de nos occasions de marquer lors des deux premiers matchs à Tampa ont été le résultat de jeux tentés trop hâtivement. Nous n’avons pas souvent été en mesure d’obtenir plusieurs deuxièmes chances, alors peut-être que c’est sur cet aspect du jeu que nous devrons redoubler d’ardeur. »

Comme si ce n’était pas assez, il y a un autre obstacle sur la route du CH : le résultat des deux premiers matchs.

Rappelons ici que dans l’histoire de cette ligue, les équipes qui ont remporté les deux premiers matchs d’une finale ont une fiche combinée de 46 victoires contre seulement 5 défaites. Les Bruins de 2011 sont les derniers à avoir pu remporter la Coupe malgré un déficit de 0-2 lors de la grande finale, et ils avaient réussi à le faire face aux Canucks de Vancouver, alors qu’Alexandre Burrows faisait partie du club de la Colombie-Britannique.

Burrows, aujourd’hui entraîneur adjoint avec le Canadien, a d’ailleurs tenu à rappeler cette leçon de vie au reste du groupe avant de rentrer à Montréal en vue du troisième match.

« Alex nous en a parlé, a ajouté Richardson. Ils avaient remporté les deux premiers matchs de cette finale et il a parlé de l’excès de confiance qui peut ensuite s’installer. Les Canucks ont fini par perdre cette série… Il faut garder ça en tête et réaliser qu’on a fait des bonnes choses lors du dernier match. »

Le Canadien présente ses condoléances aux communautés autochtones

Les récentes découvertes de dépouilles près des pensionnats où ont résidé plus de 150 000 enfants autochtones arrachés à leur famille se succèdent depuis quelques jours à travers le pays. Le Canadien de Montréal a d’ailleurs profité de la fête du Canada pour « rendre hommage aux communautés autochtones et à leurs nombreuses et précieuses contributions à notre société, tout en reconnaissant les drames passés et continus auxquels elles sont confrontées aujourd’hui ». Le CH a diffusé un message sur les médias sociaux soulignant que tous les membres de l’organisation présentent leurs « plus sincères condoléances » aux communautés autochtones.