Les Blackhawks de Chicago auraient commandé une enquête indépendante afin de faire la lumière sur ce qui s’est passé en 2010, année où l’état-major de l’équipe aurait ignoré des allégations d’agressions sexuelles commises par l’entraîneur vidéo Brad Aldrich à l’endroit de deux joueurs.

Katherine Harvey-Pinard
Katherine Harvey-Pinard La Presse

Le chef de la direction des Blackhawks, Danny Wirtz, aurait indiqué dans une note interne, sur laquelle le site sportif The Athletic a mis la main, avoir embauché l’ancien procureur Reid Schar pour mener l’enquête.

« Nous tenons à réitérer que nous prenons les allégations décrites dans ces poursuites très au sérieux, aurait écrit Wirtz dans le mémo. Ils ne reflètent aucunement la culture ni les valeurs de cette organisation. »

« M. Schar et sa firme ont une expérience significative dans la conduite d’enquêtes indépendantes, n’ont aucun lien avec l’organisation des Blackhawks et ont été invités à suivre les faits, où qu’ils mènent », aurait ajouté Danny Wirtz.

Dans son allocution annuelle précédant le match numéro 1 de la finale de la Coupe Stanley, le commissaire Gary Bettman s'est dit préoccupé par les allégations. Il a expliqué n'avoir appris cette histoire « que assez récemment ». « Nous attendrons les conclusions de cette enquête indépendante, puis nous déciderons ce que nous ferons à partir de ce moment, si nous décidons d'agir. » Bettman a ajouté que toutes les options étaient envisagées si les conclusions de l'enquête exigeaient une sanction.

Il y a quelques semaines, le journaliste de TSN Rick Westhead dévoilait qu’un ancien joueur de l’édition 2010 des Blackhawks de Chicago avait déposé une poursuite contre l’équipe, alléguant qu’elle aurait ignoré ses allégations d’agression sexuelle ainsi que celles d’un autre coéquipier à l’époque.

Les deux joueurs en question auraient rapporté les agressions alléguées d’Aldrich à l’entraîneur des habiletés Paul Vincent, tout juste avant les finales de conférence. Vincent aurait ensuite informé le président John McDonough, le directeur général Stan Bowman, le vice président des opérations Al MacIsaac et l’entraîneur en préparation mentale James Gary. Ceux-ci aurait toutefois décidé de ne pas porter plainte.

Après la conquête de la Coupe Stanley par les Blackhawks cette année-là, Brad Aldrich a quitté Chicago et a joint une équipe de hockey de niveau secondaire au Michigan. Dans une seconde poursuite déposée contre les Blackhawks, un joueur de ladite équipe allègue avoir été agressé sexuellement par Aldrich à la fin de la saison 2013.

Récemment, un ancien joueur de l’édition gagnante de 2010 a affirmé à The Athletic que « tout le monde au sein de l’équipe était au courant » des abus allégués. « Ça ne me dérange pas qu’ils l’aient laissé prendre des photos avec la Coupe, a ajouté le joueur en question. Ce qui me dérange, c’est qu’ils l’ont renvoyé, mais ils n’ont pas porté plainte à la police. Ils l’ont laissé avoir un emploi avec une équipe de joueurs de moins de 18 ans. Ils l’ont laissé travailler avec des mineurs. Ils ont laissé ça arriver. »

Bergevin n’était « pas au courant »

Le directeur général du Canadien, Marc Bergevin, a été questionné au sujet des allégations lors d’un point de presse en vue de la finale de la Coupe Stanley, dimanche matin. En 2010, il était directeur du personnel pour les Blackhawks.

« C’est sorti récemment, j’ai appris qu’il y avait eu une rencontre à Chicago. Je n’ai pris part à aucune rencontre, et je n’ai pas fait partie d’aucune décision à ce sujet. »

« Je n’étais pas au courant de quoi que ce soit qui se passait à ce sujet à l’époque. Vous pouvez enregistrer ça », a-t-il ajouté.