(Las Vegas) Il est 16 h. L’article du jour est livré, et le relationniste de la LNH nous apprend la nouvelle providentielle : la remise du trophée Jim-Gregory, pour lequel Marc Bergevin est nommé, est repoussée à mardi.

Guillaume Lefrançois
Guillaume Lefrançois La Presse

L’occasion est parfaite pour filer dans Chinatown, où on est passé en coup de vent samedi. C’est le bon Mike, un loquace chauffeur de taxi, qui nous y mène.

« Vous venez d’où ?

– Du Québec.

– Ah oui ! ? Je rêve depuis toujours d’aller à Montréal pour manger du cheval. C’est interdit ici. Du phoque aussi. J’aimerais vraiment en manger. »

Il nous dépose finalement au Golden Tiki, un bar dont Brandon Flowers, des Killers, serait copropriétaire, selon Mike.

C’est évidemment la première question que l’on pose à l’hôtesse à l’entrée ! On lui aurait demandé si Radek Bonk était le propriétaire qu’elle aurait eu le même air ébahi. Mike était clairement mêlé.

Adam, le créateur de cocktails, démêle le tout. « Un des propriétaires s’appelle Branden Powers, et il est un peu une célébrité locale », précise-t-il.

PHOTO GUILLAUME LEFRANÇOIS, LA PRESSE

Adam, du Golden Tiki

Une explication providentielle, car au gré de nos recherches, on apprend que Powers est réputé pour ses répliques assassines à ceux qui lui font des critiques qu’il juge malhonnêtes sur Yelp, entre autres. À un client qui critiquait le prix des verres de vin, par exemple, Powers a répondu : « Quel genre de clown sort dans un bar Tiki et commande un verre de vin ? »

Qu’importe l’identité du propriétaire, le concept est plutôt réussi, du décor à la musique en passant par le perroquet robotisé qui insulte les clients de temps en temps. « Hé, mon chum, tu l’as prise où, ta chemise ? Sur un cadavre ? » Il enchaîne en évoquant un trou, de la gloire et d’autres trucs qui ne s’écrivent pas vraiment dans nos pages. C’est ce genre de perroquet.

L’occasion est aussi belle de visiter le Chinatown de Las Vegas. Ils ont été plusieurs, depuis notre arrivée, à nous vanter le secteur pour ses bonnes tables. Heureusement, parce que ce n’est pas en arpentant ses rues qu’on tombe amoureux du coin ! Vous aimez les quartiers chinois de New York et de San Francisco ? Modérez vos attentes si vous passez par ici.

Le secteur a pris naissance dans les années 1990, quand un promoteur a décidé d’y construire un centre commercial. D’autres complexes se sont ajoutés depuis, principalement le long de Spring Mountain, la rue qui mène aux hôtels Treasure Island et Wynn, à l’intersection de la Strip.

C’est essentiellement une suite de centres commerciaux, bordés par un boulevard à huit voies, avec un parc industriel de l’autre côté de la rue. Charmant comme une via pedonale de Venise.

Mais on peut tout de même y trouver le bonheur. Venez par ici si vous en avez marre de la Strip, de ses hôtels colossaux et des individus louches qui vous invitent à des bars qui le sont tout autant. Vous vous sentirez ailleurs qu’à Las Vegas, si vous ignorez les terminaux de jeux qui sont encastrés dans le bar. Ça tombe bien ; celui à notre place est brisé !

Venez par ici aussi pour une pause de hockey, si vous pensez en avoir assez vu ces dernières semaines. Il y a bien une télévision au bar, mais pas de sport, nous assure un autre barman. C’est plutôt pour de vieux vidéoclips et des extraits de films qui vous rappelleront ce fameux voyage que vos parents ont fait à Tahiti dans les années 1970 dont vous avez vu passer des photos dans votre enfance.