« 2021 : quelle étrange année… »

Simon-Olivier Lorange
Simon-Olivier Lorange La Presse

La pointe d’ironie vient directement du Rocket de Laval. Sur son compte Twitter, le club-école du Canadien a accompagné cette remarque d’une photo de Brendan Gallagher à l’entraînement avec un gros « R » bleu sur son chandail.

Le joueur du Tricolore, tout comme son coéquipier Carey Price, sera de la formation du Rocket ce lundi soir. Les deux vétérans, qui ont chacun raté une vingtaine de rencontres en raison de blessures, disputeront un match dans la Ligue américaine afin d’y retrouver la forme en vue de la série de premier tour contre les Leafs de Toronto qui s’amorcera jeudi. Price jouera seulement la première moitié du match, mais Gallagher y sera pour 60 minutes.

PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

Brendan Gallagher.

Cette année « étrange » se conclura en point d’exclamation pour le Québécois Rafaël Harvey-Pinard. Car il aura la chance de jouer sur le même trio que Gallagher, son idole de jeunesse. Jordan Weal pivotera cette unité.

L’entraîneur-chef du Rocket, Joël Bouchard, affirme avoir réuni les trois joueurs, car il voyait un bon fit dans leur style de jeu. Pour Harvey-Pinard, qui a par ailleurs signé son premier contrat de la LNH avec le Tricolore la semaine dernière, cette réunion ne saurait être davantage à-propos.

« Il portait le numéro 11 à Rouyn-Noranda à cause de Gallagher, il joue un peu comme lui, c’est son modèle, a rappelé Bouchard. Ton but, dans la vie, c’est de jouer avec tes idoles. Moi, mon but, c’était de jouer avec Mario Lemieux, et j’ai eu la chance de le faire pendant quelques matchs à Pittsburgh. Ça fait partie de la carrière d’un athlète de connaître de tels accomplissements. »

Gallagher et Price se sont complètement prêtés au jeu en s’imposant comme des élèves modèles avec leur équipe du jour. Ils ont été parmi les premiers arrivés à l’entraînement matinal, sont allés jaser avec les entraîneurs, ont discuté avec leurs coéquipiers. « Comme les pros qu’ils sont », a résumé Bouchard.

PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

Carey Price.

Selon l’entraîneur, la présence de ces « deux joueurs vedettes de l’organisation » arrive également comme une « récompense » pour les membres réguliers du Rocket. D’une part en raison de la saison difficile qu’ont vécue tous les joueurs de la Ligue américaine, avec un calendrier raccourci qui se conclura sans séries éliminatoires. D’autre part vu l’effectif affaibli au possible des Lavallois.

Il y a eu tant de blessés et de rappels que des défenseurs ont dû être employés comme attaquants au cours de la séquence de quatre matchs en cinq soirs qui s’est terminée samedi. L’arrivée de Gallagher donnera donc des munitions additionnelles à un groupe qui en a besoin.

Même s’il existe un écart notoire entre le niveau de jeu de la Ligue américaine et celui de la LNH, le petit attaquant du Canadien voudra surtout retrouver son rythme et renouer avec « une charge de travail qu’il va avoir d’ici quelques jours dans la LNH ».

Du reste, « les repères le long des bandes, en avantage numérique, en zones offensive ou défensive, c’est la même chose », a soulevé Bouchard.

PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

Brendan Gallagher durant l’échauffement avant la partie.

Interrogé sur le risque que Gallagher ou Price se blesse dans ce match, l’entraîneur a rétorqué qu’il n’avait jamais laissé « la peur » dicter sa manière de jouer ou de prendre des décisions.

« Tout peut arriver, mais ce sont des gars alertes, qui en ont vu d’autres. Ce n’est pas leur premier barbecue », a-t-il prévenu.

La rencontre entre le Rocket de Laval et les Marlies de Toronto, diffusée à RDS, s’amorcera à 19 h.