(Buffalo) Le joueur étoile Jack Eichel a remis son avenir avec les Sabres de Buffalo en question, lundi, non seulement à cause d’une autre saison décevante, mais également parce qu’il considère que son club « est déconnecté » sur la façon de traiter une hernie discale.

John Wawrow Associated Press

« L’essentiel, c’est de recouvrer la santé et de trouver une façon d’être sur la patinoire l’an prochain, peu importe où ce sera », a confié Eichel, qui s’est exprimé publiquement pour la première fois depuis sa blessure survenue au début du mois de mars.

Le capitaine des Sabres a éprouvé de la difficulté à cacher sa déception envers l’équipe lors d’une visioconférence qui s’est poursuivie pendant 25 minutes.

Ses commentaires ajoutent une autre couche d’incertitude sur un club qui a terminé au dernier rang du classement général pour la quatrième fois en sept saisons. De plus, la concession new-yorkaise n’a pas participé aux séries éliminatoires depuis 10 ans, égalant ainsi un record de la LNH, et elle est — encore — à la recherche d’un entraîneur-chef en vue de la saison prochaine.

« Je devrai réfléchir cet été. Il y a beaucoup de choses à prendre en compte », a mentionné le visage de la concession, qui a refusé à maintes reprises de dire s’il a demandé à être échangé ou non.

« Je suis ici, présentement, et je suis le capitaine de cette équipe, a-t-il ajouté. Mon objectif est d’être disponible, d’aider les gars dans ce vestiaire et d’aider cette organisation à gagner des matchs de hockey. Et je continuerai de le faire tant que je serai ici. »

Questionné à savoir s’il croit encore faire partie de la solution à Buffalo, Eichel a répondu que c’était une question « lourde en responsabilités ». Il a ensuite révélé qu’un débat persiste entre l’équipe et lui au sujet de sa blessure, et de la nécessité de passer sous le bistouri.

« Je mentirais si je disais que les choses vont bien depuis ma blessure, a-t-il évoqué. Il y a une déconnexion entre l’équipe et moi. Ç’a été difficile. »

Eichel préfère être opéré, mais il a rappelé que son contrat l’oblige à suivre les recommandations de l’équipe au sujet des traitements.

« Ils ont beaucoup de cartes dans leur jeu, et peuvent déterminer ce que je peux ou ne peux pas faire, a-t-il dit. Il y a eu des discussions très corsées, mais je dois faire ce qui est le mieux pour moi. »

Les Sabres ont refusé de commenter la situation, mais ils ont indiqué que le directeur général Kevyn Adams et l’entraîneur-chef par intérim Don Granato doivent rencontrer les membres des médias mercredi.