Tom Wilson s’en est très bien tiré, et il y a bien des mécontents, à commencer par certains membres des Rangers de New York.

Richard Labbé Richard Labbé
La Presse

« Nous étions persuadés que ça allait lui valoir une suspension, a dit l’entraîneur-chef David Quinn, mardi midi. Nous sommes très déçus. Il y a une ligne qui a été franchie : un joueur n’avait plus son casque, il était vulnérable et il a été blessé. À mes yeux, c’était amplement suffisant pour mener à une suspension. »

Mais il n’y aura pas de suspension. Wilson, un attaquant des Capitals de Washington à la réputation douteuse, devra plutôt payer une amende de 5000 $. S’il avait été rencontré en personne par le service de la sécurité des joueurs et son patron George Parros, le montant maximal de l’amende selon les modalités de la convention collective, soit 10 000 $, aurait pu être imposé. Mais ça n’a pas été le cas.

Pendant que Wilson continuera à patiner en toute liberté, y compris lors du match face aux Rangers ce mercredi soir, Artemi Panarin, celui qui a été violemment renversé par le joueur des Capitals lors de la rencontre de lundi soir, ne jouera plus cette saison, Quinn ayant confirmé qu’il avait été blessé sur le jeu.

Quinn n’a pas été le seul à être outré chez les Rangers. En début de soirée, la direction du club a publié un puissant communiqué, dans lequel elle avance que George Parros « n’est pas apte » à continuer son travail à la tête du département de sécurité des joueurs.

Je crois que c’est une blague. Je sais que ce n’est pas moi qui prends les décisions, mais j’ai du mal à le croire. Ça envoie un très mauvais message.

Ryan Strome, des Rangers de New York

Mardi matin, la LNH a confirmé cette amende de 5000 $ en raison du coup de Wilson à l’endroit de Pavel Buchnevich, des Rangers, lors du même match. Mais rien n’a été ajouté concernant le coup à l’endroit de Panarin, qui a dû quitter la patinoire à la suite de cet incident, en deuxième période.

Wilson a reçu deux pénalités mineures de deux minutes chacune pour rudesse, ainsi qu’une pénalité de 10 minutes pour mauvaise conduite. Mais c’est avant tout la bien timide réprimande de 5000 $ qui a alimenté les discussions, mardi.

Certains ont réclamé le retour des durs à cuire pour faire régner la loi sur les patinoires, d’autres ont tenu à rappeler que la LNH ne donnait pas à son service de la sécurité des joueurs les outils nécessaires afin de pouvoir imposer des peines plus sévères.

0,12 % du salaire

Dans la NFL, par exemple, le commissaire a les pleins pouvoirs pour faire régner l’ordre ; en novembre 2019, entre autres, Roger Goodell a imposé une suspension d’une durée indéterminée, qui aura finalement été de six matchs, à l’ailier défensif Myles Garrett, des Browns de Cleveland, qui avait asséné un coup de casque à la tête du quart-arrière Mason Rudolph, des Steelers de Pittsburgh.

Au hockey, c’est la ligue, en collaboration avec l’Association des joueurs, qui doit tenter de faire régner l’ordre, mais il arrive fréquemment que le syndicat des joueurs s’oppose aux peines qui sont jugées trop lourdes.

PHOTO BRUCE BENNETT, ASSOCIATED PRESS

Tom Wilson a reçu deux pénalités mineures pour rudesse et une pénalité majeure pour mauvaise conduite, lundi.

Wilson, rappelons-le, avait été suspendu en 2018 pour 20 matchs en raison d’une mise en échec non réglementaire à la tête d’Oskar Sundqvist, des Blues de St. Louis, mais le syndicat des joueurs avait exigé que cette peine soit revue à la baisse. La suspension de Wilson a été réduite à 14 matchs, et il avait déjà été écarté de 17 matchs au moment de la décision.

Dans le cas présent, l’amende de 5000 $ représente 0,12 % du salaire de Wilson, qui touche 4,1 millions de dollars cette saison. Il n’en est pas à ses premières bassesses cette année ; il avait été suspendu le temps de sept matchs, en mars, à la suite d’une mise en échec non réglementaire aux dépens de Brandon Carlo, des Bruins de Boston.

Les réactions n’ont pas tardé dans la journée de mardi. John Scott, ex-joueur du Canadien, s’est notamment exprimé sur la question dans une vidéo publiée sur Twitter.

« Tom Wilson est allé trop loin et il reçoit une amende de 5000 $… Qu’est-ce qui se passe avec la LNH ? a demandé l’ancien dur à cuire. George Parros s’est planté. Il n’y a pas d’excuse, c’est fou que Tom Wilson n’ait écopé que d’une amende de 5000 $… La LNH devrait avoir honte et Tom Wilson aussi. »