Le Canadien a annoncé mercredi que Jonathan Drouin sera absent de l’équipe pour une période indéterminée.

Guillaume Lefrançois Guillaume Lefrançois
La Presse

L’équipe a cité « des raisons personnelles » pour expliquer son absence.

La situation peut évidemment mener à de nombreuses suppositions. Dominique Ducharme en a rejeté une en répondant par la négative à un confrère qui lui demandait si Drouin avait été admis au programme de lutte contre la dépendance de la LNH.

« Vous pouvez tout de suite l’enlever. Ce sont des raisons personnelles. J’adore la passion que les gens ont. On parle de raisons personnelles. On se doit de respecter ça. »

Ducharme a réitéré à plusieurs reprises cette demande de respect de la vie privée de Drouin, un joueur qu’il a dirigé pour une première fois dans les rangs juniors, à Halifax, quand Drouin avait 16 ans.

« Tout ce que je souhaite, c’est qu’il fasse les choses, qu’il s’occupe de ses affaires. On est avec lui, on le soutient, ses coéquipiers le soutiennent », a dit l’entraîneur-chef du Canadien.

Idem quand un collègue a demandé à Ducharme s’il gardait espoir de revoir le numéro 92 cette saison. « Le plus important, c’est qu’il règle ce qu’il doit régler. Quand j’ai entendu son nom ce matin, je pensais à la personne, pas au hockey », a répondu Ducharme.

Absent depuis vendredi

Drouin a participé à l’échauffement du premier des trois matchs du Tricolore à Calgary, vendredi dernier, mais a été retiré de la formation au dernier moment. Il a raté les trois matchs de l’équipe depuis.

À son point de presse d’avant-match, lundi, Dominique Ducharme s’était fait interroger sur les trois attaquants alors sur la touche, soit Drouin, Paul Byron et Tomas Tatar. « Lui, c’est vraiment la maladie, avait répondu l’entraîneur-chef, au sujet de Drouin. Ça fait un bout qu’il n’a pas sorti de sa chambre. Les deux autres, ce sont des blessures. »

Mercredi matin, Ducharme s’est fait demander si cet épisode était lié à l’annonce de l’équipe. « Non. Ce n’est pas relié du tout. Ce sont des raisons personnelles et il faut respecter ça. »

Drouin compte 2 buts et 21 passes pour 23 points en 44 matchs cette saison. Son dernier but remonte au 23 février dernier.

« Pas de milieu »

Phillip Danault, le seul autre Québécois de l’équipe actuelle parmi les joueurs, était disponible pour répondre aux questions mercredi.

« Je m’inquiète pour lui, c’est sûr, c’est mon buddy, a lancé Danault. On est Québécois, ensemble à Montréal. Il va revenir, il va jouer. Mais des fois, il y a des choses un peu plus importantes que le hockey. Il doit prendre du temps pour ça pour l’instant. »

Danault a lui-même connu des difficultés offensives sur la patinoire en début de saison, inscrivant son premier but de l’année à son 25e match. Dans ce contexte, il a été amené à parler de la pression des médias et des partisans que peuvent ressentir les joueurs à Montréal, en particulier les Québécois.

« Montréal, c’est tellement de gros hauts et de gros bas, il n’y a pas de milieu, a-t-il résumé. Tout va bien, tu es super haut, super content. Ensuite, ça va moins bien, c’est plus difficile.

« On se met beaucoup de pression à la base, et à Montréal, c’est amplifié. On se met de la pression, il y a des attentes, on peut venir à prendre ça personnel. On veut tellement bien performer, on est fiers de porter ce gilet-là. C’est une pression supplémentaire qu’on se met. Ce ne sont pas des choses qu’on contrôle. »

Drouin possède des comptes Twitter et Instagram officiels à son nom. Il compte quelque 75 000 abonnés sur les deux plateformes, mais y fait très peu de publications. Son dernier tweet, publié le 28 janvier, était une mention de #BellCause, l’initiative de Bell pour la santé mentale. Mercredi matin, dans les heures qui ont suivi l’annonce du Canadien, plusieurs partisans ont d’ailleurs répondu à ce tweet en adressant au joueur des messages d’encouragement.

Danault, lui, a rappelé avoir fermé son compte Twitter, et affirme ne pas lire les commentaires publiés sur son compte Instagram.

« En tant que Québécois francophone, c’est dur de ne pas écouter. On est humains. On comprend qu’on a une belle job, mais on est humains et c’est parfois dur d’entendre ce que les gens disent, même parfois nos proches. Quelqu’un nous fait un petit commentaire et ça nous irrite. C’est un gros marché. Ce n’est pas facile, mais c’est le travail d’une vie. »

Les effets sur la patinoire

La situation de Drouin aura évidemment des impacts sur la patinoire. Le Canadien reprenait l’entraînement mercredi matin, en vue de son duel de la soirée contre les Maple Leafs de Toronto, à Montréal.

Tomas Tatar et Paul Byron manquaient à l’appel. Byron a raté les deux derniers matchs. Tatar, lui, représentait un point d’interrogation lundi, après avoir quitté prématurément le match de samedi, mais il était finalement à son poste.

Ducharme n’a toutefois pas voulu confirmer leur absence.

Pour l’heure, Cole Caufield semble toutefois en voie de demeurer dans la formation. À l’entraînement, il formait un trio en compagnie de Nick Suzuki et Tyler Toffoli. Danault était quant à lui flanqué d’Artturi Lehkonen et Josh Anderson.

Si Byron et Tatar sont absents, le Tricolore n’aurait que 11 attaquants en santé dans sa formation, ce qui forcerait le rappel d’urgence de Michael Frolik. Ce dernier a patiné au sein du quatrième trio, mercredi.

Si Frolik est rappelé, il serait le troisième joueur rappelé d’urgence dans la formation actuelle, avec Evans et Caufield. Dès qu’un attaquant blessé reviendra, l’un d’eux devra être cédé à l’escouade de réserve (ou à Laval).

En défense, la situation est intéressante. Là non plus, Ducharme n’a rien voulu confirmer, mais Erik Gustafsson et Brett Kulak ont fait des exercices supplémentaires avec le réserviste Xavier Ouellet. Alexander Romanov formait quant à lui un duo avec Jon Merrill et s’est aussi exercé en avantage numérique. Bref, plusieurs indices suggérant qu’il reviendra au jeu, après avoir été laissé de côté lundi.

S’il revient, c’est donc dire que le CH utiliserait son quatrième et dernier rappel de la saison pour le réintégrer, puisque Romanov fait actuellement partie de l’escouade de réserve.

Enfin, Ducharme a indiqué que Carey Price avait reçu « de bonnes nouvelles » mardi, et qu’il faisait des tests supplémentaires mercredi. Price souffre d’une commotion cérébrale et sa date de retour demeure inconnue.

Brendan Gallagher, qui a patiné en solitaire mardi, n’est quant à lui pas plus près d’un retour, a dit Ducharme.

Formation du Canadien à l’entraînement

Lehkonen-Danault-Anderson
Toffoli-Suzuki-Caufield
Perry-Kotkaniemi-Armia
Staal-Evans-Frolik

Chiarot-Weber
Edmundson-Petry
Romanov-Merrill

Allen