Eric Staal a marqué à son premier match avec le Canadien, et depuis… plus rien.

Richard Labbé Richard Labbé
La Presse

Plus rien, comme dans aucun but, aucune passe, et bien sûr aucun point lors des sept matchs qui ont suivi le premier, le 5 avril.

Lors du dernier match du Canadien, samedi après-midi au Centre Bell contre les Sénateurs d’Ottawa, le vétéran joueur de centre a dû se contenter de 10 minutes et 19 secondes de temps de jeu, sa soirée de travail la moins occupée de la saison.

Il amorcera le match de lundi soir à Edmonton sur le quatrième trio, et il fait partie de ceux qui auraient intérêt à se mettre en marche.

« On en a parlé, on a besoin de plus de production de la part de certains joueurs, et Eric fait partie de ceux-là, a commenté l’entraîneur Dominique Ducharme lundi après-midi. Il a connu quelques matchs où ça a été plus difficile, mais il sait ce qu’on attend de lui.

« Lui autant que Corey Perry, on s’attend à ce qu’ils soient des stabilisateurs. On s’attend à ce qu’ils soient des vétérans qui peuvent permettre de stabiliser le reste de l’équipe. »

Ça veut donc dire que Staal va rester dans la formation, et ceux qui espèrent l’arrivée de Cole Caufield devront attendre encore. Caufield est toutefois du voyage et a pris part à l’entraînement de lundi matin à Edmonton.

Les défenseurs Jon Merrill et Erik Gustafsson, acquis la semaine dernière, pourraient se joindre au club au cours de la semaine et prendre part à des matchs en cours de route.

Le Canadien amorce lundi soir une série de cinq rencontres en Alberta ; après le premier match face aux Oilers, le club montréalais sera de nouveau au même endroit mercredi soir, pour ensuite aller à Calgary et y affronter les Flames le temps de trois matchs en quatre soirs.

C’est Carey Price qui sera devant le filet du Canadien lundi soir. Il se remet d’un match de trois buts accordés en 14 tirs aux Sénateurs samedi.