Fraîchement échangé aux Penguins, Jeff Carter et Sidney Crosby se sont remémoré de classiques batailles du temps de ses débuts dans la LNH, avec Philadelphie.

Stephen Whyno
Associated Press

Carter a hâte de jouer contre les Flyers, mais pas parce qu’il en garde un mauvais souvenir, une décennie après qu’ils l’aient échangé.

« Le calendrier est fou, non ? a dit Carter, qui faisait partie des Kings. J’ai l’impression d’avoir joué contre Anaheim et Vegas pendant toute la saison, alors ça va faire du bien. C’est assez rafraîchissant. »

Vu le jeu intradivision cette saison, pour la majorité des joueurs échangés, un échange signifie de nouveaux adversaires pour le reste de la saison.

Après des mois à surveiller surtout les clubs canadiens et à ne pas se soucier beaucoup du reste de la ligue, Sam Bennett pourra jouer contre six adversaires de la section centrale, après que Calgary l’ait envoyé en Floride.

Carter peut se familiariser avec la côte Est. Et Anthony Mantha va affronter les Islanders, les Penguins et les Bruins — qu’il n’a pas vus depuis plus d’un an, lui qui vient de passer aux Capitals.

PHOTO JEROME MIRON, USA TODAY SPORTS

Anthony Mantha (39)

« J’ai joué contre tous ces gars dans le passé : Pittsburgh, New York ou Boston, a déclaré Mantha avant un premier match avec sa nouvelle formation, mardi, contre Philadelphie. Ça va être excitant de voir de nouveaux visages. »

Plus amusant pour les joueurs échangés vers une nouvelle division que ceux coincés dans la même. Nos excuses à Kyle Palmieri et Travis Zajac qui sont passés des Devils aux Islanders ; Taylor Hall et Curtis Lazar (des Sabres aux Bruins) ; David Savard (des Blue Jackets au Lightning) ; et Michael Raffl (des Flyers aux Capitals).

Du côté de Boston, Hall et Lazar affronteront leur ancienne équipe à six reprises au cours du dernier mois de la saison, y compris un passage de trois matchs à Buffalo, la semaine prochaine.

« Ça reflète la façon dont cette saison s’est déroulée, a déclaré Lazar. Étrange à tous égards. »

Ensuite, il y a le défi de chaque joueur de connaître ses nouveaux coéquipiers après ne pas les avoir affrontés du tout cette saison.

Carter n’a pas regardé beaucoup de matchs des Penguins et Bennett ne saurait dire à quel point les Panthers sont solides.

« Je n’ai fait attention qu’à la Division Nord, a déclaré Bennett. Je n’ai pas été en mesure de regarder ou de suivre (les autres divisions) d’aussi près. »

Carter sait qu’une équipe dirigée par Crosby et Evgeni Malkin joue à un niveau élevé.

Pittsburgh a également une autre différence que Carter attend avec impatience, après avoir joué dans un Staples Center vide : un public pour applaudir l’équipe locale.

« Ce sera bien d’avoir des partisans dans les gradins, a-t-il déclaré. Nous n’en avons pas eu à L. A., alors ce sera bien de pouvoir compter sur eux. »