Tout le monde semble bien pressé de voir Cole Caufield arriver au Centre Bell dans un maillot du Canadien… mais Dominique Ducharme semble un peu moins pressé.

Richard Labbé Richard Labbé
La Presse

C’est du moins ce qu’il faut en conclure des commentaires faits par l’entraîneur du Canadien mardi. En gros, le coach estime que ça ne sert à rien de précipiter l’ascension du joueur de 20 ans.

C’est un jeune joueur, et son talent, il ne le perdra pas. J’ai jamais entendu dire qu’un gars était arrivé trop tard dans la Ligue nationale… mais j’ai déjà entendu dire qu’un jeune était arrivé trop tôt dans la ligue. On a déjà vu ça. L’important, c’est qu’il puisse continuer à progresser.

Dominique Ducharme au sujet de Cole Caufield

Pour l’heure, Caufield, premier choix du Canadien au repêchage de 2019, continue de faire ses premiers pas dans la Ligue américaine de hockey, chez le Rocket de Laval, où il a déjà récolté trois buts à ses deux premiers matchs, en plus d’ajouter une aide.

C’est ce flair pour le filet qui fait rêver plusieurs partisans du Canadien, qui voient en lui le prochain marqueur vedette du club. Avant d’arriver chez le Rocket, le petit attaquant s’était permis une saison de 30 buts en 31 matchs avec l’Université du Wisconsin dans la NCAA, en plus d’ajouter 22 aides à sa fiche.

Marc Bergevin, directeur général du Canadien, a l’habitude de dire qu’une équipe ne peut jamais miser sur assez de défenseurs, mais on pourrait ajouter qu’une équipe ne peut jamais miser sur assez de buteurs, et Caufield en est un, de toute évidence.

Mais la patience sera de mise.

« Il travaille présentement avec le Rocket, avec Joël [Bouchard], et à partir de là, Marc [Bergevin] et l’organisation, quand on va sentir que c’est le moment, ou qu’on va avoir besoin de lui, peu importe la raison, il va s’en venir avec nous, a ajouté Ducharme. On verra. Mais on veut le préparer à avoir une longue carrière dans la LNH, on veut le préparer à ce qu’il puisse obtenir du succès. Il n’y a rien qui presse. Passer du hockey universitaire de la NCAA à la Ligue américaine et à la LNH, c’est des étapes. La patience, c’est une clé dans un cas comme celui-là. »