Après une semaine d’entraînement avec l’équipe, Cole Caufield effectuera ses débuts officiels ce vendredi 9 avril dans l’uniforme du Rocket de Laval.

Nicholas Pereira, Initiative de journalisme local
Courrier Laval

Pour l’occasion, le club-école des Canadiens de Montréal rendra visite aux Marlies de Toronto au Coca-Cola Coliseum.

Le 15e choix au total du repêchage 2019 s’est d’ailleurs dit emballé de faire ses débuts professionnels après deux années complètes dans le réseau universitaire américain.

« Je pense que c’est encore mieux d’arriver avec une équipe qui est sur une bonne séquence [comme celle-ci], a-t-il expliqué dans une conférence de presse tenue mercredi. Dans ce temps-là, tu souhaites être inséré dans l’alignement et aider de n’importe quelle façon. Je veux juste contribuer aux succès de l’équipe. »

Il croit que la principale différence chez les professionnels est le temps de conservation de rondelle qui est plus limité.

« La vitesse de jeu est un peu plus rapide, précise-t-il en notant les différents entraînements de l’équipe auxquels il a pris part. Je vais devoir m’adapter pour prendre des décisions plus rapidement. Il faut aussi bien tenir son bâton et gagner un maximum de batailles. En faisant cela, je vais pouvoir me créer du temps avec la rondelle. »

Son statut de buteur d’élite augmente les attentes à son endroit. Joël Bouchard, entraîneur-chef du Rocket, note toutefois qu’il veut prendre son temps avec l’espoir américain et ne pas lui mettre de pression inutile.

« On va le laisser avoir du plaisir. Il a l’air d’un gars enjoué lorsqu’il est sur la glace à tous les jours. […] Dans un sens, c’est une bonne nouvelle si les gens ont des attentes, car ça veut dire qu’il a été bon dans le passé. Maintenant, on veut travailler avec lui et voir comment on peut l’aider à s’adapter aux professionnels. »

Le pilote du club lavallois a d’ailleurs précisé qu’il débuterait la rencontre de vendredi en compagnie de Jordan Weal et Yannick Veilleux.

« C’est important d’avoir des vétérans avec des joueurs de talent, explique Bouchard. On veut profiter des qualités de mentor de Veilleux et Weal fait aussi du bon travail. Ils pourront répondre à certaines questions et le rendre confortable sur la glace. »

Le nouveau numéro 44 du Rocket vient de conclure une saison presque parfaite avec l’Université du Wisconsin.

Il a terminé au sommet des marqueurs de la NCAA avec une récolte de 30 buts et 52 points en 31 rencontres. Ses exploits individuels ont aidé son équipe à terminer au premier rang de la division Big 10, mais le Wisconsin s’est ensuite incliné au premier tour du championnat national.

Ces performances lui ont d’ailleurs valu une nomination pour le trophée Hobey Baker qui est remis au joueur par excellence de l’année dans la NCAA.

« C’est quelque chose de gros pour moi, assure-t-il. C’était l’un de mes objectifs après la saison dernière. Les deux autres gars en nomination ont aussi connu une excellente année, donc juste d’être sélectionné est spécial. »

Le gagnant du trophée devrait d’ailleurs être annoncé ce vendredi en soirée, alors que Caufield effectuera ses débuts professionnels.