On ne le savait pas sur le coup, mais le début de saison du Canadien allait nous donner des indices concernant la suite des choses.

Richard Labbé Richard Labbé
La Presse

Tout ça semble très loin maintenant, mais le Canadien a amorcé sa saison à Toronto le 13 janvier… avec une défaite en prolongation. Ensuite, le Canadien a gagné, puis gagné, puis perdu de nouveau.

Des hauts, des bas, des hauts, des bas… ça ne vous dit pas quelque chose ?

Les plus perspicaces auront remarqué qu’il s’agit d’une thématique lourde pour le Canadien de 2021 : gagne, perd, gagne, perd. On n’en sort pas. En fait, la dernière fois que cette équipe a réussi à enfiler deux victoires de suite, c’était les 1er et 2 février, deux triomphes face aux Canucks de Vancouver au Centre Bell.

Depuis ?

Des hauts, des bas, des hauts et des bas.

En fait, depuis ces deux victoires consécutives contre les Canucks, le club montréalais affiche un dossier de seulement 6 victoires en 19 rencontres. Entre-temps, la direction a cru bon donner un solide coup de balais pour replacer l’équipe, mais depuis qu’il a saisi le volant du pilote, l’entraîneur Dominique Ducharme affiche un rendement de 4-3-4.

PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE

Dominique Ducharme derrière Jonathan Drouin, Paul Byron et Jake Evans

En tenant pour acquis qu’une défaite hors des 60 minutes de jeu réglementaires est bel et bien une défaite, ça donne une fiche de 4-7, ce qui est loin d’être rassurant en vue de la dernière ligne droite.

Les plus optimistes feront remarquer que ces quatre défaites après 60 minutes de jeu (trois en prolongation, une en fusillade) ont tout de même permis de récolter quatre points. Cela est vrai, mais elles s’ajoutent aux quatre autres défaites du genre cette saison, ce qui donne un gros 0 en 8 au Canadien lorsque l’équipe doit tenter de régler ça après 60 minutes de jeu.

Alors, avec encore 27 rencontres à disputer, où en est le Canadien, au juste ? D’un point de vue strictement physique, le Canadien est rendu à Montréal, où il devra se préparer à accueillir les Canucks de Vancouver deux soirs de suite, à commencer par ce vendredi au Centre Bell.

Mais d’un point de vue plus philosophique, ce Canadien en est à la croisée des chemins : fait-il partie des prétendants, comme il était permis de le croire au début de la saison, ou bien fait-il partie de ces équipes qui tombent dans la catégorie des équipes « pas pires », comme c’est le cas depuis maintenant trop longtemps ?

Il convient ici de rappeler que le Canadien est rentré de son voyage de six matchs dans l’Ouest, à Vancouver, à Calgary et à Winnipeg, avec une fiche de 2-2-2.

« Ce n’est pas un voyage désastreux, mais ce n’est pas idéal. À un certain moment, il va falloir se mettre à enchaîner des victoires », a expliqué Brendan Gallagher jeudi soir, au sortir de Winnipeg.

En effet. Bill Parcells l’a déjà dit : vous êtes ce que votre fiche indique que vous êtes, et le Canadien, en ce moment, a une fiche de 13-8-8.

C’est la fiche d’une équipe que l’on pourrait qualifier de « pas pire ». Sans plus.