L’obsession d’acquérir un joueur de centre de premier plan aura coûté cher à David Poile. Le déclin du gardien Pekka Rinne aussi.

Mathias Brunet Mathias Brunet
La Presse

Trois ans après avoir atteint la finale de la Coupe Stanley, les Predators de Nashville sont peut-être à l’heure d’une reconstruction. Avec ou sans Poile…

Les Predators sont sixièmes dans la division Centrale (fiche de 10-12), à huit points des Blackhawks de Chicago et de la dernière place donnant accès aux séries éliminatoires, avec un match de plus à disputer.

Pour ajouter aux difficultés, l’infirmerie est pleine à Nashville. Le défenseur Ryan Ellis, entre autres, est perdu pour longtemps.

Les Predators ont longtemps été réputés pour la qualité leurs défenseurs. Poile en a sacrifié plusieurs au fil des ans pour améliorer la position de centre. Il a frappé un coup d’épée dans l’eau à chaque fois.

En novembre 2017, il cède Samuel Girard, alors à ses premiers pas dans la LNH, et un choix de deuxième ronde, pour obtenir Kyle Turris, des Sénateurs d'Ottawa, dans un échange à trois.

PHOTO FRAMÇOIS ROY, ARCHIVES LA PRESSE

Kyle Turris


Turris a déçu amèrement. Il a occupé un rôle de soutien à Nashville et on a racheté son contrat l’automne dernier, après une autre saison lamentable. Girard, 22 ans, est devenu l’un des meilleurs défenseurs de l’Avalanche. Il a 15 points à ses 18 premiers matchs cette saison et joue presque 23 minutes par rencontre.

L’échange pour Ryan Johansen, 14 mois plus tôt, en janvier 2016, a fait moins de dommages, mais les Predators ont néanmoins sacrifié l’un des meilleurs défenseurs de la Ligue nationale, Seth Jones.

PHOTO JEROME MIRON, USA TODAY SPORTS

Ryan Johansen

Johansen a connu quelques saisons d’une soixantaine de points et Nashville a atteint la finale en 2017, mais il n’est jamais devenu le centre offensif espéré. Johansen semble déjà sur le déclin à 28 ans. Il a obtenu seulement 36 points en 64 matchs l’an dernier, et il compte cinq maigres passes en 14 matchs cette saison.

À l’aube de la saison 2019-2020, Poile s’est débarrassé de P.K. Subban et de son lourd contrat pour embaucher Matt Duchene sur le marché des joueurs autonomes. Subban avait ralenti à sa dernière saison à Nashville, mais il semble retrouver ses repères cette année au New Jersey.

PHOTO JEROME MIRON, USA TODAY SPORTS

Matt Duchene

Duchene, enrichi d’un contrat de sept ans pour 56 millions, déçoit à son tour. Il a huit points, dont trois buts, en 22 matchs, et une fiche de -13, de loin la pire du club. Il avait amassé seulement 42 points la saison précédente.

Nashville est coincé avec deux premiers centres improductifs payés huit millions par année pour encore quatre saisons supplémentaires (cinq dans le cas de Duchene).

En défense, on parle désormais d’échanger Mattias Ekholm, joueur autonome sans compensation à compter de 2022.

Devant le filet, Rinne, 38 ans, joue un peu mieux cet hiver, mais il ne lui en reste pas pour longtemps. Son supposé dauphin, Juuse Saros, ne fait pas le travail. Le jeune surdoué Yaroslav Askarov, choix de première ronde, 11e au total, pointe à l’horizon, mais il a 18 ans et il faudra sans doute attendre quelques années avant qu’il ne soit prêt.

Philip Tomasino est sans doute leur meilleur espoir à l’attaque. Il a presque un point par match depuis le début de la saison. Mais Nashville est trop faible à des positions importantes pour espérer redevenir rapidement un club de premier plan.

David Poile a déjà abattu l’une de ses cartes en congédiant Peter Laviolette l’an dernier. Son successeur, John Hynes, déjà pas fameux au New Jersey, a une fiche de 19-25-4 depuis son arrivée. Les Predators ont été battus en quatre matchs par les Coyotes de l’Arizona en ronde préliminaire l’été dernier.

David Poile, 71 ans, règne sur les Predators de Nashville depuis… 1997. À l’époque, Mark Recchi, Shayne Corson et Vincent Damphousse jouaient encore pour le Canadien, et Jocelyn Thibault était le gardien numéro un.

Cet homme a accompli de belles choses à Nashville. Mais après presque 25 ans, et devant un tel cul-de-sac, il serait peut-être temps de passer à autre chose…