(Halifax) L’équipe canadienne de hockey féminin a entrepris un camp d’entraînement, lundi, à Halifax, qui coorganise le prochain championnat du monde.

La Presse Canadienne

Hockey Canada a invité 35 joueuses, dont cinq Québécoises, à participer à ce camp de sept jours fermé au public et aux membres des médias au Centre Banque Scotia. Les attaquantes Ann-Sophie Bettez, de Sept-Îles, Mélodie Daoust, de Salaberry-de-Valleyfield, Marie-Philip Poulin, de Beauceville ; la défenseure Lauriane Rougeau, de Beaconsfield, ainsi que la gardienne Ann-Renée Desbiens, de La Malbaie, sont de la partie.

Les joueuses s’entraînent en respectant les restrictions en raison de la pandémie de COVID-19, y compris une limite de 25 joueuses sur la glace à la fois.

« Elles se soumettront systématiquement à des tests de dépistage de la COVID-19 conformément aux protocoles de santé et de sécurité de l’équipe, qui ont été élaborés et approuvés par Santé Nouvelle-Écosse », a précisé Hockey Canada dans son communiqué.

Le championnat du monde de hockey féminin est prévu du 7 au 17 avril à Halifax et à Truro, en Nouvelle-Écosse, et remplace le tournoi 2020 annulé en raison de la pandémie.

« Nous sommes reconnaissantes aux responsables gouvernementaux et aux autorités sanitaires de la Nouvelle-Écosse et du Centre canadien des sports de l’Atlantique qui ont collaboré avec nous pour que nous puissions tenir ce camp dans un environnement sécuritaire », a confié la directrice des équipes nationales féminines à Hockey Canada, Gina Kingsbury.

« La santé et la sécurité demeurent nos priorités, et avec le peu d’occasions que nous avons eues de nous rassembler en équipe, ce camp est important pour notre saison. »

Les membres de l’équipe féminine ont pris part à un camp en janvier à Calgary, qui était la première réunion de l’équipe nationale depuis mars 2020.