Le départ de Patrik Laine a été mal digéré à Winnipeg.

Publié le 26 janv. 2021
Mathias Brunet
Mathias Brunet La Presse

En fouillant un peu, on comprend davantage pourquoi cette transaction pour acquérir Pierre-Luc Dubois a été accueillie froidement dans les médias du Manitoba.

« Peu importe qui est à blâmer, il s’agit d’un chapitre sombre pour les Jets de Winnipeg », écrivait lundi Mike McIntyre, du Winnipeg Free Press.

« Ils obtiennent un formidable joueur en Pierre-Luc Dubois, attaché à la ville, et peut-être même en mesure de rendre les Jets meilleurs collectivement, mais le départ Laine, repêché au deuxième rang en 2016, et capable de marquer des buts comme peu de joueurs peuvent le faire, renforce le sentiment d’infériorité que plusieurs ressentent par ici : la conviction que les vedettes ne restent pas très longtemps dans cette ville. »

La perte de Teemu Selanne, il y a 25 ans, n’a pas été oubliée à Winnipeg. Selanne allait commander une importante augmentation de salaire après avoir enflammé Winnipeg à ses trois premières années et demie. Selanne avait marqué 147 buts à ses 231 premiers matchs avec les Jets.

Le 7 février 1996, le DG des Jets à l’époque, John Paddock, envoyait Selanne aux Ducks d’Anaheim en retour de deux de ses meilleurs espoirs, le défenseur Oleg Tverdovsky, deuxième choix au total en 1994, et Chad Kilger, quatrième choix au total en 1995.

Tverdovsky a connu une saison de 55 points à sa première année complète pour les Jets devenus les Coyotes de Phoenix, mais a régressé par la suite et il a été renvoyé à Anaheim pour Travis Green deux ans plus tard.

Kilger était costaud, patinait comme le vent, mais il était très limité offensivement. On l’a échangé deux ans après pour le robuste Jim Cummins et Keith Carney, un défenseur à caractère défensif.

Selanne a façonné encore davantage sa légende à Anaheim. Il y a connu deux saisons de plus de 100 points, quatre saisons de 85 points ou plus. Il y a terminé sa carrière après un passage de quelques saisons à San Jose et au Colorado. Il restera associé aux Ducks et non aux Jets.

PHOTO LORI SHEPLER, ARCHIVES ASSOSCIATED PRESS

Teemu Selanne

On peut comprendre le parallèle dressé par le columnist du Winnipeg Free Press. Selanne et Laine sont des ailiers finlandais et de formidables marqueurs. McIntyre rappelle aussi que Dale Hawerchuk a aussi été échangé en pleine gloire aux Sabres de Buffalo en 1990 pour Phil Housley, Scott Arniel et un choix de premier tour. Mais Housley a connu de belles saisons à Winnipeg et le choix de premier tour a donné Keith Tkachuk.

La réaction de McIntyre, partagée par certains autres membres des médias de Winnipeg, semble d’abord émotive.

Laine est un formidable marqueur, certes, mais il était à couteaux tirés avec les vétérans de l’équipe et il n’avait pas la réputation d’être le travailleur le plus acharné sur une patinoire.

L’arrivée de Dubois permet aux Jets de compter sur l’un des meilleurs duos de centres de la Ligue nationale de hockey avec Mark Scheifele et lui. Scheifele, 27 ans, un droitier, mesure 6 pieds 3 pouces et pèse 210 livres. Il vient de connaître quelques saisons de plus de 80 points.

Dubois, 22 ans, un gaucher de 6 pieds 3 pouces et presque 220 livres, a amassé 61 points à sa deuxième saison complète dans la LNH.

Les Jets perdent un bon marqueur, mais ils sont encore bien nantis aux ailes, avec Kyle Connor, 38 buts et 73 points en 71 matchs l’an dernier, Blake Wheeler, 65 points en 71 rencontres, et 91 points dans chacune des deux saisons précédentes, Nikolaj Ehlers, 58 points, dont 25 buts, l’an dernier.

PHOTO ADRIAN WYLD, LA PRESSE CANADIENNE

Mark Scheifele, Blake Wheeler et Kyle Connor, des Jets de Winnipeg.

Cole Perfetti, 10e choix au total en 2020, pourrait éventuellement compléter le top 6 puisqu’il joue au centre comme à l’aile. Il se trouve présentement au camp du Moose du Manitoba, dans la Ligue américaine, après avoir participé au Championnat mondial junior.

Les Blue Jackets ne sont pas aussi bien servis par la transaction. Columbus perd un morceau important au centre. John Tortorella devra désormais compter sur Max Domi et le jeune Alexandre Texier pour mener l’attaque. C’est faible.

Tortorella aime les joueurs travaillants, responsables défensivement, prêts à se rompre les os en échec-avant. Laine n’est pas ce type de joueur. Et Tortorella n’est pas un entraineur trop patient avec les joueurs individualistes ou un tantinet paresseux. Le mariage risque d’être houleux.

On verra combien de temps Laine et Tortorella pourront se tolérer, ou si le Finlandais s’ajoutera à une liste désormais longue de joueurs malheureux à Columbus sous la direction d’un entraîneur parfois tyrannique : Artemi Panarin, Sergeï Bobrovsky, Josh Anderson et Dubois. Sans oublier aussi Matt Duchene, qu’on n’a pas su convaincre de rester après quelques mois chez les Blue Jackets.

À lire

1- Très joli portrait réalisé par Frédérick Duchesneau de l’un des beaux espoirs du CF Montréal (je dois m’habituer au nouveau nom !), Rida Zouhir, un jeune que j’ai eu l’occasion de voir grandir et gagner en maturité au fil des années puisque mon fils et lui ont joué ensemble au sein de l’Académie.

2-Grosse journée de publication pour Fred, qui a aussi recueilli les propos du père de Pierre-Luc Dubois, Éric, lundi.

3-Richard Labbé nous rappelle l’apport des nouvelles acquisitions du Canadien dans les succès de léquipe.