(Calgary) Après seulement trois matchs d’un calendrier compressé, les joueurs des Flames de Calgary profitent déjà d’une pause.

Donna Spencer
La Presse Canadienne

Au terme de cette trêve d’une durée de cinq jours, le prochain objectif des Flames (2-0-1) sera de conserver l’élan qui leur a permis d’amasser cinq points sur une possibilité de six, à l’occasion de la visite des Maple Leafs de Toronto, dimanche.

Les journées de congé seront précieuses à travers un calendrier de 56 parties en 115 jours, bien que les Flames ne ressentaient pas le besoin urgent de se reposer si tôt en saison.

Mais selon l’entraîneur-chef Geoff Ward, cette pause est quand même la bienvenue pour une équipe qui compte une demi-douzaine de nouveaux visages.

« Si nous avions des joueurs qui étaient ensemble depuis longtemps, je ne verrais peut-être pas cette trêve de façon aussi positive qu’elle le sera pour nous », a déclaré Ward.

« Elle nous permet d’accentuer plusieurs éléments et d’effectuer une évaluation plus approfondie. Elle permet aussi à nos joueurs de se sentir plus à l’aise entre eux. Donc, cette semaine arrive à point. »

Les Flames ont signé deux victoires consécutives à domicile contre les Canucks de Vancouver après avoir entamé la saison avec un revers en prolongation contre les Jets de Winnipeg.

Les Flames ont bénéficié d’un calendrier plus docile que les Canucks, qui ont joué quatre parties en six jours à l’étranger. Mais les Flames ne perdent rien pour attendre ; au retour de la pause, ils disputeront neuf rencontres en 14 jours, incluant deux matchs en autant de soirs à Winnipeg.

Cette séquence inclut aussi deux parties en trois soirs au Centre Bell, dont l’ouverture locale du Canadien, le jeudi 28 janvier.

« Une fois que cette pause sera terminée, nous aurons beaucoup de hockey devant nous », a acquiescé Ward.

Trois matchs demeurent un échantillon restreint, mais les Flames peuvent se sentir optimistes grâce à leur abondance de marqueurs et le rendement du nouveau gardien Jacob Markstrom, embauché à titre de joueur autonome.

Huit joueurs différents ont trouvé le fond du filet depuis le début de la campagne. Johnny Gaudreau, Elias Lindholm et Matthew Tkachuk se partagent le sommet avec deux buts chacun.

Gaudreau, Lindholm et Sean Monahan totalisent quatre points chacun.

« Lorsque vous bénéficiez d’une bonne répartition parmi vos marqueurs, comme ç’a été le cas pour nous jusqu’à maintenant, ça permet à tout le monde d’y croire un petit peu plus », estime Ward.

L’émergence de Lindholm, de Tkachuk et de Dillon Dube à titre de trio de qualité allège la pression sur Gaudreau et Monahan ainsi que l’attention que leur portent les défensives rivales.

Par ailleurs, Gaudreau et Monahan ont bien travaillé en compagnie du nouveau venu Dominik Simon dans le gain de 5-2 contre les Canucks, lundi.

« Il est un joueur intelligent », a déclaré Ward en parlant de Simon.

« Il est capable d’anticiper le jeu comme Johnny et "Monny" (Monahan). Nous aimons le potentiel de succès que ces trois joueurs peuvent avoir ensemble. »

À l’autre extrémité de la patinoire, Markstrom répond aux attentes et justifie l’imposant contrat de 36 millions US pour six ans qu’il a signé pendant l’entre-saison.

Il a notamment réussi un blanchissage grâce à une performance de 32 arrêts lors de sa première sortie contre ses anciens coéquipiers des Canucks, samedi.

Deux jours plus tard, de nouveau face aux Canucks, le géant de six pieds six pouces a fait la différence en première période durant laquelle les Flames ont été dominés 16-4 au chapitre des tirs aux buts.

« À l’exception de deux périodes de jeu, nous avons beaucoup aimé notre façon de travailler et notre niveau de compétitivité », a analysé Ward.