Depuis le temps qu’on en parle, l’escouade volante du Canadien est enfin une réalité !

Guillaume Lefrançois Guillaume Lefrançois
La Presse

Le Tricolore a dévoilé mardi l’identité du quintette de joueurs qui formeront ce que les collègues anglophones appellent le Taxi Squad.

Les heureux élus sont le gardien Charlie Lindgren, le défenseur Cale Fleury, les attaquants Ryan Poehling, Corey Perry et Michael Frolik.

On vous rappelle qu’ils ont essentiellement le statut de joueurs de la Ligue américaine. Ceux qui ont un contrat à deux volets (Poehling et Fleury) touchent leur salaire des ligues mineures. Perry, Frolik et Lindgren devaient quant à eux passer par le ballottage avant d’être rétrogradés dans cette équipe de réserve.

Il y a toutefois une différence importante entre ces joueurs et ceux qui évolueront pour le Rocket de Laval : ces cinq réservistes ont le droit de s’entraîner avec le Tricolore et doivent voyager avec l’équipe. C’est précisément le but de cette nouveauté : permettre d’avoir accès rapidement à des réservistes qui sont déjà dans la bulle de l’équipe, en cas d’éclosion de COVID-19, à une période où la baisse du trafic aérien complique les rappels pour les équipes qui jouent à l’étranger.

La LNH permet d’inscrire six joueurs dans cette équipe de réserve. Le Canadien n’en a mis que cinq. La sixième place permettra d’y glisser – lors des journées sans match – un des joueurs qui n’a pas besoin de passer au ballottage (Jesperi Kotkaniemi, Nick Suzuki, Jake Evans ou Alexander Romanov) afin d’économiser des journées de salaire ici et là.

Les autres joueurs qui ont été retranchés au camp d’entraînement sont quant à eux soumis à Laval. Les camps de la Ligue américaine ne sont pas encore commencés, mais en attendant, ces joueurs – parmi lesquels on retrouve Xavier Ouellet, Jordan Weal et le gardien Cayden Primeau – s’entraîneront à Brossard avec Joël Bouchard.

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Xavier Ouellet

Les victimes collatérales

Les dernières décisions de personnel ont permis de constater une nouvelle fois à quel point le Canadien a changé en cinq mois depuis les séries.

À l’entraînement mardi, Victor Mete – membre de la formation officielle de 21 joueurs du Tricolore – faisait équipe avec Fleury. Mete, on le rappelle, formait un duo avec Ouellet lors des dernières séries. Le voici donc comme septième défenseur, pendant que Ouellet est destiné à la Ligue américaine. Tout indique que Mete sera surnuméraire mercredi, chose qu’il n’a jamais vécue (en santé) depuis deux ans.

En patinant dans l’escouade volante, Fleury est quant à lui théoriquement plus près de la LNH que Ouellet. Poehling, qui n’a pas disputé un seul match lors des dernières séries, passe quant à lui devant Weal.

« Cale a connu un bon camp, a estimé Claude Julien. Xavier est un excellent défenseur, un bon vétéran. Il peut aussi revenir dans notre club. On voulait lui donner de l’expérience, comme à Ryan Poehling.

« Si ces jeunes ne font pas partie de notre formation et que la Ligue américaine reprend, c’est possible qu’on les retourne pour qu’ils puissent jouer des matchs. Xavier a toujours une bonne attitude. Il sera un leader pour le groupe de Laval pour le moment. »

Avec l’équipe de réserve qui s’entraîne avec la formation principale, il y a donc passablement de monde sur la patinoire pendant les entraînements. Ils sont en effet 26, soit 3 de plus que le maximum de joueurs habituellement permis.

Chez le Canadien, ces nouveaux paramètres permettent toutefois de tenir des entraînements mieux organisés, car il y a quinze attaquants (donc cinq trios), huit défenseurs (quatre duos) et trois gardiens.

« C’est bien d’avoir huit défenseurs, a estimé Ben Chiarot. Ça nous permet de toujours nous entraîner avec le même partenaire, au lieu de faire des rotations quand on est sept. Et je sais que les attaquants aiment s’entraîner à cinq trios, car ça leur donne plus de temps de récupération entre les exercices. »

Bergevin s’intéresserait à Dubois

PHOTO PATRICK SANFAÇON, ARCHIVES LA PRESSE

Pierre-Luc Dubois

C’est un secret de Polichinelle que Pierre-Luc Dubois souhaite être échangé. Or, selon le toujours bien branché Elliotte Friedman, le Canadien serait parmi les équipes les plus actives sur le dossier de l’attaquant des Blue Jackets de Columbus. Les Jets de Winnipeg seraient aussi parmi les équipes intéressées. Dubois, rappelons-le, évolue au centre. Le Québécois de 22 ans a inscrit 49 points (18 buts et 31 aides) en 70 matchs la saison dernière. Son contrat lui vaut 5 millions de dollars par saison pour les deux prochaines saisons. Afin de l’obtenir, Marc Bergevin devrait donc larguer un salaire ou deux, et idéalement un centre, car on devine que Jesperi Kotkaniemi n’est pas destiné au quatrième trio… Dubois a été repêché au troisième rang en 2016, et les rumeurs de l’époque prêtaient à Montréal un fort intérêt pour le colosse de 6 pi 3 po.