Le Canada accède donc au carré d’as du Championnat mondial junior avec 36 buts en cinq matchs contre seulement… quatre. Il a vaincu la République tchèque 3-0 samedi soir, dans un match plus ou moins serré.

Mathias Brunet Mathias Brunet
La Presse

Les Canadiens ont pris l’avance par deux buts en première période contre un gardien chancelant et une équipe d’abord résolue à ne pas perdre.

Les Tchèques ont commencé à mettre un peu de pression sur leurs adversaires en deuxième période, mais n’ont jamais vraiment menacé les Canadiens, un peu comme un boxeur en déficit dans le compte, mais pas assez audacieux pour tenter le punch percutant.

« Je préfère un match comme celui-ci où nous avons dû travailler fort, où nous avons été mis sous pression, a tout de même dit l’entraîneur-chef du Canada, André Tourigny. Les joueurs étaient frustrés sur le banc. Ils voulaient provoquer quelque chose, mais ce n’était pas facile.

« C’est bon d’avoir vécu ça. Je me répète, mais vous allez toujours faire face à de l’adversité au Mondial junior. Je suis content que nous l’ayons surmontée ce soir. »

La République tchèque a produit Jaromir Jagr, Patrik Elias, Robert Lang, Milan Hejduk, Bobby Holik, Petr Nedved, Martin Straka, Tomas Plekanec, Roman Hamrlik, David Krejci, David Pastrnak, Jakub Voracek et compagnie, mais n’a pas remporté de médaille au Championnat mondial junior depuis 2005. Ça ne sera pas cette année non plus.

Le Canada compte vingt choix de première ronde, mais sa grande locomotive demeure le défenseur gaucher Bowen Byram, quatrième choix au total en 2019. Le jeune homme survole la compétition avec sa mobilité, son flair, ses mains, sa vision. Il a marqué le deuxième but de son équipe.

L’Avalanche a eu la chance de le repêcher grâce au choix obtenu des Sénateurs d’Ottawa pour Matt Duchene. Le Colorado compte déjà deux des jeunes défenseurs les plus doués de la LNH, Cale Makar et Samuel Girard. Qui donc pourra rivaliser avec eux lorsque ce trio sera arrivé à maturité ?

Byram a joué presque 25 minutes samedi, son partenaire Jamie Drysdale, un choix de première ronde des Ducks d’Anaheim en 2020, 23 minutes. Aucun autre défenseur n’a joué 20 minutes. C’est vous dire la domination de ce duo.

Byram assumait le titre de capitaine contre la République tchèque. Il alterne avec Dylan Cozens, septième choix au total en 2019 par Buffalo. Cozens a marqué le premier but du Canada et amassé une aide sur le deuxième. Il totalise désormais 13 points en cinq matchs.

Cozens joue à l’aile dans ce tournoi, mais il peut aussi occuper le poste de centre. Les Sabres, déjà bien nantis en jeunes joueurs de talent avec Jack Eichel et le défenseur Rasmus Dahlin, ont sans doute très hâte de l’accueillir après le tournoi…

Le Canadien était représenté par deux joueurs dans ce match. Le défenseur Kaiden Guhle a disputé un autre solide match. Rien de spectaculaire comme Byram, mais quelques percées, efficace défensivement et robuste à souhait, en un peu plus de 15 minutes d’utilisation.

Deux joueurs adverses ont grimacé après avoir été victimes de ses mises en échec. Il a amassé une aide sur le dernier but de l’équipe dans un filet désert, son troisième point en cinq matchs. Guhle est le plus jeune défenseur de la formation canadienne. Il en sera vraisemblablement l’une des grandes stars l’an prochain.

Le capitaine des Tchèques, Jan Mysak, appartient au Canadien. Il a été repêché en deuxième ronde, au 48e rang, grâce à l’un des deux choix des Blackhawks de Chicago pour Andrew Shaw.

Même s’il est l’un des plus jeunes attaquants de son équipe à 18 ans, Mysak en a encore été le grand leader samedi.

Le jeune homme, classé en première ronde par certains observateurs, impressionne par la maturité de son jeu. Il possède la vitesse, les mains, la vision, mais il demeure aussi très responsable dans les trois zones : toujours le premier attaquant en repli pour appuyer ses défenseurs, il a récupéré de nombreuses rondelles libres derrière son filet avant de relancer l’attaque. Il a aussi remporté d’importantes mises en jeu (taux global de presque 48 %).

À moins d’une blessure, ou d’une surprise de taille au camp du Canadien en octobre, Mysak sera de retour au Championnat mondial l’an prochain. Il sera encore plus dominant. Un bel espoir sous le radar.

Avec la victoire des Américains contre la Slovaquie en soirée, le Canada affrontera la Russie en demi-finale. Il s’agira de son défi le plus important du tournoi. Les Russes, capables du meilleur comme du pire, ont vaincu difficilement les Allemands 2-1 plus tôt dans la journée.