Au cours des prochaines semaines, nous vous offrirons une analyse de chacun des repêchages du Canadien depuis 2003. Cette cuvée coïncide avec l’entrée en poste de Trevor Timmins à titre de directeur du recrutement amateur chez le CH. Nous replongerons dans le contexte de l’équipe à a veille de chaque cuvée, rappellerons les déclarations enthousiastes de l’époque, avant de terminer avec le bilan.

Mathias Brunet Mathias Brunet
La Presse

LE CONTEXTE

Il n’y a pas eu de fièvre du printemps à Montréal en 2011. Après une bonne saison régulière -96 points et le deuxième rang de sa division- le Canadien a perdu en sept matchs (en prolongation dans la rencontre ultime) aux mains des Bruins de Boston en première ronde.

Montréal avait l’excuse de jouer sans Andrei Markov, Josh Gorges et Max Pacioretty, tous blessés. À sa première saison sans Jaroslav Halak, Carey Price a brillé. Lors de cette série contre Boston, il a affiché une moyenne de 2,11 et un taux d’arrêts de .934.

Mike Cammalleri a été l’attaquant le plus menaçant, avec dix points en sept matchs. Scott Gomez a été lamentable : quatre aides en sept rencontres et une fiche de -6 après une saison de seulement 38 points, dont sept buts. On lui doit encore 22M$ pour trois ans. Ryan McDonagh, sacrifié pour obtenir Gomez deux ans plus tôt, vient de s’implanter à New York.

Les défenseurs Roman Hamrlik et James Wisniewski sont sur le point de quitter sur le marché des joueurs autonomes. Mais Alexei Emelin arrive enfin en Amérique du Nord.

La position de centre est fragilisée par les contre-performances de Gomez.

Le président Pierre Boivin vient de céder sa place à Geoff Molson, après presque douze ans de règne. Sous son ère, le Canadien est redevenu un club à la mode, mais il y a eu beaucoup d’instabilité . L'équipe a eu quatre directeurs généraux : Réjean Houle, André Savard, Bob Gainey, Pierre Gauthier; et six entraîneurs : Alain Vigneault, Michel Therrien, Claude Julien, Bob Gainey, deux fois, Guy Carbonneau et Jacques Martin.

Le DG Pierre Gauthier ne le sait évidemment pas encore, mais l’équipe est à l’aube d’une saison catastrophique et il sera congédié en mars 2012, quatre mois après qu’il eut lui-même congédié l’entraîneur Jacques Martin au profit de Randy Cunneyworth.

Mais revenons au repêchage. L’équipe détient le 17e choix, ce soir-là au Minnesota. Selon certaines rumeurs, le CH repêchera un gros attaquant.

Pour la troisième année de suite, Montréal est privé de choix de deuxième ronde. Le CH détenait pourtant deux choix de deuxième ronde. Le premier des deux, 47e au total, a servi à l’acquisition du joueur de location Dominic Moore en 2010. L’autre, 50e au total, offert par la LNH pour compenser la perte de David Fischer, a été cédé pour un autre joueur de location, James Wisniewski.

LES CHOIX

Le repêchage est très relevé parmi les dix premiers choix. Ryan Nugent-Hopkins, Gabriel Landeskog et Jonathan Huberdeau constituent les trois premiers choix. Suivent Adam Larsson, Ryan Strome, Mika Zibanejad, Mark Scheifele, Sean Couturier, Dougie Hamilton et Jonas Brodin. Ils joueront tous 500 matchs dans la LNH, sauf Strome, à qui il en manque neuf.

Nathan Beaulieu est classé cinquième parmi les joueurs nord-américains de la centrale de la LNH, devant Couturier, Strome et Scheifele. Beaulieu vient d’obtenir 17 points en 19 matchs en séries avec les Sea Dogs de Saint John, dans la LHJMQ, un club imbattable, champion de la Coupe Memorial, mené par Jonathan Huberdeau, Tomas Jurco, Zack Phillips, Simon Després, Eric Gélinas et Beaulieu.

Le jeune Beaulieu est toujours disponible au 17e rang. Montréal saute sur l’occasion.

Le Canadien échange son choix de troisième ronde, 77e au total, pour obtenir deux choix de quatrième ronde. Montréal ne repêche donc pas avant le 97e rang après Beaulieu. À compter de cette ronde, le taux de succès est mince. Josh Didier, le Québécois Olivier Archambault et le défenseur suédois de 21 ans Magnus Nygren seront repêchés dans cette ronde. Suivent le défenseur Darren Dietz (cinquième ronde), Daniel Pribyl (6e ronde) et Colin Sullivan (7e ronde).

QUELQUES CITATIONS

Jaromir Jagr et le Canadien, c’est au point mort. Pierre Gauthier n’a jamais manifesté d’intérêt envers Jaromir. C’est quelque chose qui a été clair dès le début. J’ai parlé avec Pierre à propos de Jaromir une seule fois, et je crois que c’était il y a un mois déjà. C’est tout, il n’y a pas eu d’autre discussion.

Petr Svoboda, l’agent de Jagr, en marge du repêchage.

(Plus tard, l’ancienne vedette des Penguins signera un contrat avec les Flyers de Philadelphie et amassera 54 points en 73 matchs à Philadelphie.)

Nathan Beaulieu est un excellent joueur. C’est un défenseur complet doté d’un excellent coup de patin et qui a fait partie de l’équipe d’étoiles à la Coupe Memorial. Nous sommes extrêmement satisfaits de l’avoir obtenu, mais ce n’est pas une surprise pour nous car c’est un très bon repêchage. Nous croyions fermement que nous allions pouvoir choisir un bon joueur en repêchant au 17e rang.

Pierre Gauthier, qui interdit toujours à quiconque autre que lui de s’adresser aux médias.

Quand on arrive en quatrième ou en cinquième ronde, on repêche surtout des joueurs dont les autres équipes ne veulent pas, alors il faut faire attention ».

Pierre Gauthier

LA SUITE

Beaulieu connait une excellente saison avec les Seadogs en 2011-2012. Il amasse 52 points en 53 matchs, et 15 points en 17 rencontres de séries éliminatoires. Il participe aussi au Championnat mondial junior.

Sa première saison avec les Bulldogs d’Hamilton, à 19 ans, en début de saison, 20 ans en décembre, est prometteuse avec 31 points en 67 matchs. Malgré son jeune âge et de son poste de défenseur, il termine en tête des compteurs chez les Bulldogs, sur un pied d’égalité avec Gabriel Dumont. On voit déjà en lui le successeur d’Andrei Markov.

Au cours des trois saisons suivantes, son potentiel ne fait toujours pas de doute, mais il cause des maux de tête à ses entraîneurs en raison de son manque d’efficacité en défense et son manque de sérieux. On apprendra plus tard que sa propension à faire la fête nuira énormément à sa progression.

Il connait néanmoins sa meilleure saison en carrière en 2016-2017 avec 28 points en 74 matchs et une fiche de +8, mais Marc Bergevin l’échange aux Sabres de Buffalo l’été suivant, craignant de le perdre au repêchage de l’élargissement des cadres aux mains des Golden Knights de Vegas.

Le Canadien repêche le défenseur Scott Walford avec ce choix. Walford n’obtiendra jamais de contrat avec l’organisation. Mais avec un choix supplémentaire en fin troisième ronde, le sien, Montréal peut repêcher Cale Fleury.

À 27 ans, Nathan Beaulieu est toujours dans la LNH, au sein d’une troisième paire de défenseurs avec les Jets de Winnipeg. Il joue en moyenne 17 minutes par match depuis deux ans avec les Jets. Sa production offensive est limitée.

Beaulieu ne constitue pas un grand choix au repêchage, mais pas un choix complètement raté non plus. Il est le principal responsable d’une carrière modeste.

Mais à parmi les vingt joueurs repêchés en première ronde à compter du dixième rang, il a disputé plus de matchs que 14 d’entre eux. Malgré tous ses travers, il vient au septième rang des défenseurs de sa cuvée au chapitre des points (89) derrière Dougie Hamilton, Oscar Klefbom, Jonas Brodin, Adam Larsson, Josh Manson et Connor Murphy. Larsson, Hamilton et Brodin ont été repêchés avant lui. Le Canadien regrettera peut-être d’avoir cédé ses choix de deuxième ronde. William Karlsson, Nikita Kucherov et Vincent Trotchek étaient encore disponible vers la fin de cette ronde. Mais le CH n’aurait sans doute pas pris le risque de repêcher Kucherov. Pierre Gauthier craignait encore de ne pas convaincre les Russes provenant de la KHL de faire le saut en Amérique du Nord et aucun n’a été repêché en deux ans sous son règne.

NOTE FINALE : 6/10

Les choix du Canadien

Nathan Beaulieu, défenseur, 1re ronde, 17e total.

Un régulier dans la LNH qui n’a néanmoins pas répondu aux grandes promesses fondées en lui.

Josh Didier, défenseur, 4e ronde, 97e total.

Défenseur à caractère défensif qui roule encore sa bosse dans la Ligue américaine, désormais dans l’organisation des Bruins.

Olivier Archambault, attaquant, 4e ronde, 108e total.

Bon producteur de points dans la LHJMQ, incapable de s’établir dans la Ligue américaine. Toujours dans la ECHL.

Magnus Nygren, défenseur, 4e ronde, 113e total.

Serait peut-être devenu un bon défenseur s’il n’avait pas eu le mal du pays : 18 points en 31 matchs à Hamilton pour ce défenseur droitier.

Darren Dietz, défenseur, 5e ronde, 138e total.

Incapable de percer dans la LNH, devenu une superstar en KHL après une saison de 53 points en 62 matchs l’an dernier. Un retour dans la Ligue nationale n’est pas exclu.

Daniel Pribyl, centre, 6e ronde, 168e total.

Un bon petit joueur en République tchèque.

Colin Sullivan, défenseur, 7e ronde, 198e total.

Une saison en ECHL après la NCAA, puis la France. Il joue toujours à Chamonix.

À LIRE

Peu de gens le savent, mais un Montréalais au joué avec Michael Jordan chez les Bulls de Chicago. On le voit évidemment dans le documentaire The Last Dance. Richard Labbé lui a parlé.