Au cours des prochaines semaines, nous vous offrirons une analyse détaillée des 31 clubs de la LNH : le travail du directeur général, le repêchage, les échanges, les joueurs autonomes, les perspectives d’avenir. Aujourd’hui, les Panthers de la Floride.

Mathias Brunet Mathias Brunet
La Presse

SITUATION ACTUELLE

Dale Tallon était perçu comme un sauveur en Floride lors de son embauche en 2010. Les Panthers de la Floride venaient de rater les séries lors des neuf saisons précédentes et y accéder une seule fois en dix ans. Tallon entrait en poste précédé d’une grande réputation pour son travail avec les Blackhawks de Chicago, en voie de récolter les fruits d’une patiente reconstruction. Dix ans plus tard, les Panthers ont accédé aux séries éliminatoires deux fois. Ils ont perdu chaque fois en première ronde. Ils ont aussi été exclus des séries sept fois sur neuf, et peut-être une huitième fois en dix ce printemps. Tallon a pourtant congédié quatre entraîneurs au cours de cette période et repêché quatre fois parmi les trois premiers espoirs au total. Ce règne a été interrompu par la courte expérience de Tom Rowe à titre de DG en 2016-2017, au cours laquelle Tallon a été tabletté dans un rôle de président. Tallon a donné un autre coup de barre cet été en embauchant l’entraîneur Joel Quenneville et en offrant la lune au gardien Sergei Bobrovsky. Mais une fois encore, les espoirs des fans des Panthers sont mis à l’épreuve. L’équipe n’était pas assurée d’une place en séries éliminatoires cette année encore lors de l’interruption des activités. Bobrovsky ne fait pas le travail et la défense du club est toujours aussi poreuse. Tallon doit être un vendeur extraordinaire pour avoir su conserver son poste aussi longtemps.

REPÊCHAGE (2009-2019)

Non seulement les Panthers de Dale Tallon ont-ils su profiter de quatre choix parmi les trois premiers entre 2010 et 2013, mais ils ont aussi profité de 12 choix de première ronde et 11 choix de deuxième ronde au cours des dix derniers repêchages. Parmi ces 23 joueurs repêchés, seulement trois ont encore un gros impact : Aleksander Barkov, deuxième choix au total en 2012, Jonathan Huberdeau, troisième choix au total en 2011 et Aaron Ekblad, premier choix au total en 2014. Et encore, Ekblad a ses failles en défense et il été repêché avant Leon Draisaitl, William Nylander, Nikolaj Ehlers, Dylan Larkin et David Pastrnak… Les autres ? Erik Gudbranson, troisième choix au total en 2010, a été échangé par Tom Rowe et il est demeuré un défenseur marginal. Le défenseur Mike Matheson, 23e choix au total en 2012, ne connaît pas la carrière espérée et Tallon aimerait bien pouvoir se débarrasser de son contrat. Lawson Crouse, 11e choix au total en 2015, a été échangé (par Tom Rowe) aux Coyotes de l’Arizona en retour de choix conditionnels de deuxième et troisième ronde, et pour se débarrasser du contrat de David Bolland. Nick Bjugstad, 19e choix au total en 2010, deuxième choix des Panthers après Gudbranson, n’a pas répondu aux attentes et Tallon l’a échangé aux Penguins l’an dernier. Henrik Borgstrom (23e au total en 2016), Jayce Hawryluk (32e au total en 2014), Ian McCoshen (31e au total en 2013), Rasmus Bengtsson (59e au total en 2011), Quinton Howden (25e au total en 2010), John McFarland (32e au total en 2010) et Connor Brickley (50eau total en 2010) n’ont pas disputé 100 matchs en carrière dans la LNH. On peut se tromper, mais pas aussi souvent. Erin Ginnell a sévi entre 2011 et 2016 à titre de directeur du recrutement amateur des Panthers, sous la supervision du directeur du personnel des joueurs, Don Luce. Les deux ont été congédiés par Tom Rowe après le repêchage de 2016. Ils se sont retrouvés depuis dans l’organisation des Golden Knights de Vegas. Jason Bukala a replacé Ginnell à compter du repêchage de 2017. Il est encore tôt pour savoir comment ses choix de premières rondes des récentes années, Owen Tippett, Grigori Denisenko et Spencer Knight se développeront.

Meilleur coup

Vincent Trocheck, centre, troisième ronde, 64e au total en 2011.

Trocheck a connu quelques bonnes saisons en Floride, dont une de 75 points il y a trois ans, avant d’être ralenti par les blessures. Il vient d’être échangé aux Hurricanes de la Caroline par Dale Tallon pour quatre joueurs plus marginaux.

Pire coup

Repêchage de 2010 : Erik Gudbranson, défenseur, 3e au total, Nick Bjugstad, centre, 19e au total, Quinton Howden, centre, 25e au total.

Tallon venait d’entrer en poste et il a réussi à obtenir trois choix de première ronde et trois choix de deuxième. L’idée de départ était bonne, mais on n’a pas choisi les bons joueurs : Gudbranson devant Ryan Johansen, Jeff Skinner, Cam Fowler, Jaden Schwartz et Vladimir Tarasenko ; Bjugstad et Howden devant Evgeny Kuznetsov, Charlie Coyle et Brock Nelson ; McFarland et Petrovic devant Justin Faulk, Ryan Spooner et Tyler Toffoli ; Connor Brickley devant Jason Zucker, Bryan Rust.

Meilleur espoir

Grigori Denisenko, attaquant, première ronde, 15e au total en 2018.

Production modeste dans la KHL, mais 9 points en 7 matchs au Championnat mondial junior pour cet attaquant électrisant.

ÉCHANGES

Dale Tallon a eu du succès en début de parcours pour échanger des vétérans, Nathan Horton et Keith Ballard, pour amasser de hauts choix au repêchage. Mais aurait-il pu obtenir davantage pour Nathan Horton, par exemple, avec une production de 57 points en 63 matchs à 25 ans ? Sans doute. En 2011, il s’est départi d’un autre joueur de talent pour pas grand-chose : Michael Frolik est passé aux Hawks pour Jack Skille, Hugh Jessiman et David Pacan. Neuf ans plus tard, Frolik en est à 850 matchs dans la LNH. Skille a joué une quarantaine de matchs en Floride sur deux saisons avant d’être largué. Jessiman a disputé deux matchs dans la LNH, Pacan aucun. Au fil des ans, les joueurs obtenus pour des réguliers comme Chris Higgins, Radek Dvorak, Bryan McCabe, Cory Stillman, Dennis Wideman ont, au mieux, disputé une dizaine de matchs en Floride. Mauvaise évaluation professionnelle. Tallon a effectué un échange important en obtenant Roberto Luongo en retour de Jakob Markstrom et Shawn Matthias en 2014. Luongo a apporté une stabilité devant le filet des Panthers pendant cinq ans. Il est désormais à la retraite. La transaction a donc été profitable à moyen terme, mais à Vancouver, Markstrom a pris son envol il y a trois ans et il vient d’avoir 30 ans. Les Canucks ont commencé à discuter des détails d’un contrat à long terme en février. En seulement un an, Tom Rowe a fait quelques bons coups. Il s’est débarrassé du contrat de Dave Bolland et obtenu des choix de deuxième et troisième rondes en cédant Lawson Crouse, un joueur de 25 points par année, aux Coyotes de l’Arizona. Il a obtenu Jared McCann et un choix de deuxième ronde pour Gudbranson. Il a obtenu les droits de négociations exclusives avec Keith Yandle, qu’il a ensuite mis sous contrat. De retour en poste après un an, Dale Tallon a fait ses plus beaux cadeaux aux Golden Knights de Vegas en 2017. Il a cédé Reilly Smith pour un choix de quatrième ronde. Il n’a pas protégé Jonathan Marchessault au repêchage de l’élargissement des cadres pour plutôt inscrire quatre défenseurs au lieu de trois, parmi lesquels Mark Pysyk et Alex Petrovic, deux défenseurs très marginaux. Petrovic allait être échangé pour un choix de troisième ronde 18 mois plus tard et il joue désormais dans la Ligue américaine. Pysyk joue entre 9 et 12 minutes par match cette saison. Smith et Marchessault sont les locomotives à l’attaque des Golden Knights. Le défenseur Jason Demers a été cédé aux Coyotes pour Jamie McGinn. Demers joue plus de 20 minutes par matchs depuis trois ans. Après quelques années décevantes marquées par des blessures au dos, McGinn n’a pas été retenu par l’organisation en 2019. Plus récemment, Tallon a échangé Bjugstad et McCann aux Penguins pour les joueurs de location Derick Brassard et un choix de deuxième ronde et deux choix de quatrième. Brassard et Sheahan sont restés quelques mois en Floride. McCann, 23 ans, et Bjugstad, 27 ans, sont toujours à Pittsburgh. Marchessault, McCann et Demers étaient tous des prises de Rowe. Smith avait été acquis au préalable pour Tallon, mais reçut une prolongation de contrat de la part de Rowe.

Meilleur coup

Jaromir Jagr, obtenu des Devils pour des choix de deuxième et troisième rondes en 2015. Jagr a donné deux bonnes saisons aux Panthers et servi de mentor pour Jonathan Huberdeau et Aleksander Barkov. L’acquisition de Mike Hoffman pour des choix de deuxième, quatrième et cinquième rondes est digne de mention également.

Pire coup

Reilly Smith aux Golden Knights de Vegas pour un choix de quatrième ronde.

JOUEURS AUTONOMES

Cet été encore, Dale Tallon a été très généreux. Il a offert 70 M$ pour sept ans au gardien Sergei Bobrovsky, 31 ans. Celui-ci connaît une saison lamentable avec une moyenne de 3,23 et un taux d’arrêts de .900. Anton Stralman a reçu 16,5 M$ pour trois ans et Brett Connolly 14 M$ pour quatre ans. Ces contrats ne sont pas scandaleux et les deux font un travail raisonnable dans les circonstances. Tom Rowe, lui, est responsable de l’embauche du gardien James Reimer à 17 M$ pour cinq ans. Il faut remonter à 2012 pour les autres grandes dépenses de Tallon, avec ce contrat de 17,6 M$ pour quatre ans à Kris Versteeg. L’expérience a duré un peu plus de deux ans. Et il y a eu, en 2011, ce fameux Noël six mois avant l’heure en Floride : Scottie Upshall (4 ans/14 M$), Ed Jovanovski (4 ans/16,5 M$), Tomas Fleischmann (4 ans/18 M$) et Sean Bergenheim (4 ans/11 M$). Fleischmann a mérité son contrat pendant quelques saisons, avant de voir sa production chuter dramatiquement, les trois autres ont été lamentables.

Meilleur coup (Tom Rowe)

Le défenseur Keith Yandle, 7 ans pour 44,4 M$. Yandle n’est pas le meilleur défensivement, mais il permet aux Panthers d’être l’un des clubs les plus redoutables en supériorité numérique. Il a amassé en moyenne 51 points par année à ses quatre premières saisons et s’acheminait vers une année de 53 points cette année.

Pire coup (Dale Tallon)

Ed Jovanovski, quatre millions par année pour quatre ans. Jovanovski était déjà sur la pente descendante. Après une saison médiocre, il allait être abonné à l’infirmerie et disputer 6, puis 37 matchs lors des deux saisons suivantes, avant de prendre sa retraite.

Dix saisons (aucune ronde remportée, sept exclusions)

2010-2011 : 30-40-12, 15e Est, exclus des séries.

2011-2012 : 38-26-18, 3e Est, première ronde.

2012-2013 : 15-27-6, 15e Est, exclus des séries.

2013-2014 : 29-45-8, 15e Est, exclus des séries.

2014-2015 : 38-29-15, 10e Est, exclus des séries.

2015-2016 : 47-26-9, 3e Est, première ronde.

2016-2017 : 35-36-11, 13e Est, exclus des séries.

2017-2018 : 44-30-8, 9e Est, exclus des séries.

2018-2019 : 36-32-14, 10e Est, exclus des séries.

2019-2020 : 35-26-8, 11e Est, (à trois points de la dernière place donnant accès aux séries, avec aussi les Rangers et les Islanders à devancer).

(Demain : les Kings de Los Angeles)

À LIRE

Reprendre la saison cet été pour disputer les séries éliminatoires, avant de disputer la saison régulière 2020-2021 constituerait une catastrophe pour la santé et la sécurité des joueurs, estiment des préparateurs physiques. Guillaume Lefrançois vous présente ce dossier fort intéressant aujourd’hui.