Au cours des prochaines semaines, nous vous offrirons une analyse détaillée des 31 clubs de la LNH : le travail du directeur général, le repêchage, les échanges, les joueurs autonomes, les perspectives d’avenir. Aujourd’hui, les Stars de Dallas.

Mathias Brunet Mathias Brunet
La Presse

SITUATION ACTUELLE

Les Stars de Dallas ont un club difficile à définir. Le DG Jim Nill a mis de l’ordre dans une organisation chaotique à son arrivée en 2013, mais les Stars tardent à prendre leur envol et se maintenir parmi les puissances de la Ligue malgré la présence d’une quelques grandes vedettes comme Tyler Seguin et Jamie Benn. Les Stars ont franchi la première ronde en 2016 et l’an dernier, mais ils ont aussi été exclus des séries éliminatoires trois fois au cours des six années précédentes. Malgré l’acquisition de plusieurs joueurs autonomes cet été, Joe Pavelski, Corey Perry et Andrej Sekera, ils s’accrochaient à une fragile avance de quatre points sur le dernier club exclu des séries lors de l’interruption de la saison. Les Stars en sont aussi à un quatrième entraîneur depuis l’arrivée de Nill, l’ancien bras droit de Ken Holland à Detroit. Rick Bowness assure l’intérim après le congédiement en début de saison de Jim Montgomery pour cause de dépendance à l’alcool. Deux entraîneurs d’expérience, Lindy Ruff et Ken Hitchcock, ont aussi échoué dans leur tentative de relancer les Stars sous le règne de Nill. L’avenir des Stars semble toutefois intéressant, grâce à l’émergence d’un formidable trio de jeunes défenseurs européens repêchés et développés par l’organisation : Miro Heiskanen, 20 ans, Esa Lindell, 25 ans, et John Klingberg, 27 ans. Par contre, le noyau à l’attaque commence à vieillir. Jamie Benn aura 31 ans cet été et son rendement est à la baisse d’année en année, Alexander Radulov fêtera ses 34 ans en juillet, Pavelski en aura 36 six jours après lui et Perry a bientôt 35 ans. Quelques bons jeunes pointent à l’horizon, Denis Gurianov, Jason Robertson et Roope Hintz, entre autres, mais il en faudra plus.

REPÊCHAGE (2009-2019)

Le DG Jim Nill n’est pas venu seul de Detroit. Il a amené avec lui le directeur du recrutement amateur des Wings, Joe McConnell, qui a occupé cette fonction pendant dix ans à Detroit. Il a remplacé chez les Stars Les Jackson, affecté davantage au développement des joueurs. Malgré plusieurs succès en cours de carrière, la fin de règne de Jackson n’a pas été glorieuse avec plusieurs échecs récents en première ronde : Radek Faksa, Valeri Nichushkin, Jack Campbell, Jamie Oleksiak et Scott Glennie. Par contre, les Stars ont réussi à dénicher Lindell et Klingberg dans les rondes plus tardives. Mais ne donnons pas le crédit à Jackson. Le directeur du recrutement amateur des Stars en Europe, Kari Takko, 57 ans, en poste à Dallas depuis 2000, et patron du repêchage européen depuis 2010, a dû supplier Jackson de repêcher le suédois Klingberg en cinquième ronde en 2010. Takko a depuis une influence énorme sur les décisions des Stars. Onze Suédois et neuf Finlandais parmi 60 choix ont été repêchés par les Stars depuis 2010, parmi lesquels Miro Heiskanen, troisième choix au total en 2017 et désormais le meilleur défenseur des Stars, soit 33 % de tous les choix de l’équipe. La filière finlandaise a été moins payante dans le cas de Julius Honka, 14e choix au total en 2014. Honka est rentré en Finlande cet automne en attendant un échange. Les deux plus récents premiers choix des Stars, le défenseur Thomas Harley (18e au total en 2019) et Ty Dellandrea (13e au total en 2018) ont été pigés dans la Ligue junior de l’Ontario.

Meilleur coup (Les Jackson)

Esa Lindell, défenseur, troisième ronde, 74e au total en 2012.

Lindell est membre du redoutable top trois des Stars. Il joue en moyenne 24 minutes par match depuis deux ans. Heiskanen a probablement un plus grand impact, mais il a été choisi troisième au total en 2017.

Pire coup (Les Jackson)

Jack Campbell, gardien, première ronde, 10e au total en 2010.

Campbell a été repêché devant Cam Fowler, Jaden Schwartz, Vladimir Tarasenko, entre autres. Après plusieurs saisons à être balloté entre la Ligue américaine et la ECHL, il a été échangé aux Kings de Los Angeles pour Nick Ebert en 2016. Il a connu un bref moment de gloire à Los Angeles avant d’être échangé à Toronto. Ebert est toujours dans la Ligue américaine avec l’organisation des Rangers.

Meilleur espoir

Thomas Harley, défenseur, première ronde, 18e au total en 2019.

Harley, un défenseur gaucher de 18 ans, a 57 points en 59 matchs à Mississauga, dans la Ligue junior de l’Ontario. Les Stars ne manquent pas de bons jeunes défenseurs dans leur organisation. L’occasion de sacrifier un jeune comme Harley pour obtenir un espoir de premier plan à l’attaque ?

ÉCHANGES

Jim Nill n’est pas le directeur général le plus actif sur le marché des échanges. Par contre, on lui doit ce désormais célèbre échange avec les Bruins de Boston pour Tyler Seguin en retour de Loui Eriksson, Joe Morrow et Reilly Smith en juillet 2013. Dès sa première saison à Dallas, à 22 ans, Seguin obtenait 84 points en 80 matchs et procurait enfin aux Stars le centre numéro un tant recherché, après avoir placé Jamie Benn dans cette position par défaut auparavant. Un an plus tard, presque jour pour jour, il obtenait Jason Spezza des Sénateurs pour Alex Chiasson, Nick Paul et un choix de deuxième ronde. Spezza lui a donné quelques saisons de plus de 60 points au départ. En deux temps, trois mouvements, sans toucher à son noyau, Nill venait de dénicher deux centres offensifs. La plupart des autres transactions n’ont pas été majeures, si ce n’est Patrick Sharp et Stephen Johns à Chicago pour Trevor Daley et Ryan Garbutt, un autre échange nettement à son avantage.

Meilleur coup

Tyler Seguin pour Loui Eriksson, Joe Morrow et Reilly Smith. Morrow et Smith étaient encore considérés comme des espoirs de premier plan lors de la transaction. Smith est devenu un bon joueur quelques années plus tard. Pas Morrow.

Pire coup

Jim Nill ne s’est pas trompé souvent. Il a manqué de chance avec Marc Methot. Il l’a obtenu des Golden Knights de Vegas pour un choix de deuxième ronde en 2020, mais, miné par les blessures, Methot a disputé 45 matchs sur deux ans à Dallas. Il n’a pas joué cette année et sa carrière est sans doute terminée.

JOUEURS AUTONOMES

Jim Nill ne lésine pas sur les dépenses. L’été dernier, il a offert 21 M$ pour trois ans à Joe Pavelski malgré les 35 ans de celui-ci. Pavelski a frappé un mur cet hiver. Il a seulement 31 points, dont 14 buts, en 70 matchs, sa pire production en carrière. Heureusement, Corey Perry et Andrej Sekera, deux autres acquisitions dans la trentaine, ont obtenu des contrats d’un an seulement. Ils déçoivent eux aussi. Martin Hanzal a aussi profité de la générosité de Nill. Il a obtenu 14 M$ pour trois ans en 2017. Il a joué 45 matchs sur trois saisons et obtenu onze points. Ce même été, Alexander Radulov a fait faux bond à Marc Bergevin pour accepter 31 M$ pour cinq ans des Stars. Le pari a été payant lors des deux premières années. Radulov a amassé 72 points chaque saison. Il en a seulement 34 cet hiver et il lui reste deux ans de contrat. Il aura 34 ans cet été. Nill ferait aussi bien de s’en tenir au flair de son recruteur amateur et au marché des transactions…

Meilleur coup

Le DG des Stars a obtenu les droits de négociations exclusives de Ben Bishop dans un échange avec les Kings en 2017, donc Bishop n’est pas un joueur autonome sans compensation dans les faits, mais on peut le considérer ici comme tel. À 29,5 M$ pour six, ans, moins de cinq millions par année sur la masse salariale, Bishop, l’un des meilleurs gardiens de la LNH, constitue toute une aubaine !

Pire coup

Martin Hanzal n’a presque pas joué en trois ans pour les Stars. Heureusement, son contrat prend fin cette année.

Dix saisons (deux rondes remportées, six exclusions)

2010-2011 : 42-29-11, 9e Ouest, OUT.

2011-2012 : 42-35-5, 10e Ouest, OUT.

2012-2013 : 22-22-4, 11e Ouest, OUT.

2013-2014 : 40-31-11, 8e Ouest, défaite première ronde.

2014-2015 : 41-31-10, 10e Ouest, OUT.

2015-2016 : 34-37-11, 11e Ouest, deuxième ronde.

2016-2017 : 42-32-8, 10e Ouest, OUT.

2017-2018 : 45-30-7, 7e Ouest, OUT.

2018-2019 : 43-32-7, 6e Ouest, deuxième ronde.

2019-2020 : 37-24-8, 8e Ouest, (3e dans la division Centrale, quatre points devant le dernier club exclu, Vancouver).

(Demain : les Red Wings de Detroit)

À LIRE

Belle histoire que celle de la boxeuse Kim Clavel, retournée sur la ligne de front à titre d’infirmière pendant la pause sportive. Jean-François Tremblay raconte.