À chaque jour ouvrable, et pour les prochaines semaines, Mathias Brunet offrira une analyse détaillée des 31 clubs de la LNH : le travail du directeur général, le repêchage, les échanges, les joueurs autonomes, les perspectives d’avenir. Aujourd’hui, les Hurricanes de la Caroline.

Mathias Brunet Mathias Brunet
La Presse

SITUATION ACTUELLE

Jim Rutherford a laissé à Ron Francis une équipe en bien vilain état lors de son départ pour Pittsburgh en avril 2014. L’équipe était dirigée par Kirk Muller et menée par Eric Staal, Alexander Semin, Jeff Skinner et Andrej Sekera en défense. L’équipe venait de rater les séries éliminatoires lors de six de sept saisons précédentes. La relève était mince en raison de mauvaises cuvées au repêchage.

Francis a alors entrepris une courageuse reconstruction. Au fil des années suivantes, Eric Staal a été échangé aux Rangers pour deux choix de deuxième ronde. Le contrat d’Alexander Semin a été racheté. Francis a obtenu un choix de première ronde des Kings pour Sekera. Jiri Tlusty a été échangé aux Jets pour des choix de troisième et cinquième ronde. Jon-Michael Liles a rapporté la même chose. Ron Hainsey a permis d’encaisser un choix de deuxième ronde supplémentaire. Tim Gleason, un vétéran de longue date, a aussi été liquidé. Francis a aussi réussi un coup fumant en obtenant Teuvo Teravainen des Blackhawks, étouffés par le plafond salarial, en acceptant en contrepartie le contrat de Bryan Bickell. Le noyau s’est transformé, les Hurricanes ont commencé à mieux repêcher et on a ouvert graduellement la porte à de plus jeunes joueurs : Sebastien Aho, Brett Pesce, Jacob Slavin, Noah Hanifin, Teravainen. Une telle transformation demande du temps.

Quand les Hurricanes ont été vendus à Tom Dundon en janvier 2018, le nouveau propriétaire a regardé les résultats des dernières années et Francis a écopé, au moment où l’équipe commençait à prendre son envol. Don Waddell, dont le règne avait constitué un fiasco chez les Thrashers d’Atlanta, a hérité d’un club beaucoup mieux nanti. Il a aussi reçu un cadeau du ciel lors de la loterie du repêchage en avril 2018 en remportant le deuxième lot alors que l’équipe devait en principe repêcher au 11e rang. Ce coup du sort inespéré a permis aux Hurricanes de repêcher Andre Svechnikov. Le jeune homme avait 61 points en 68 matchs à sa deuxième saison complète au moment de l’interruption de la saison. Les Hurricanes ont enfin participé aux séries l’an dernier, in extremis, trois points devant le Canadien, et même remporté deux rondes à la surprise générale. Les séries n’étaient pas encore acquises cette année malgré de bons résultats. Le dernier club exclu, les Islanders de New York, les talonnait par un seul point. Waddell a sans doute réussi son plus grand coup avec l’embauche de Rod Brind’Amour à titre d’entraîneur en chef en 2018.

REPÊCHAGE (2009-2019)

Tony MacDonald a dirigeait les opérations depuis 2007 en Caroline, avant de prendre sa retraite en juillet 2019. L’ancien joueur des Hurricanes Robert Kron est désormais responsable de l’Europe, et Mike Dawson de l’Amérique du Nord. On soupçonne le bras droit de Don Waddell, Rick Dudley, de s’impliquer à ce chapitre puisqu’il aimait le faire avec ses anciennes équipes. Comme une majorité de recruteurs, MacDonald a son lot de bons coups et de mauvais. Mais il n’a pas été aidé par son DG Jim Rutherford entre 2004 et 2012 parce les Hurricanes ont échangé des choix de première ronde ou des espoirs repêchés très tôt (Jack Johnson, Andrew Ladd) pour du renfort à plus court terme. MacDonald comptait cinq choix en 2007, cinq choix en 2008 et seulement quatre en 2013. Il a ses torts également. Ses choix de première ronde Zack Boychuk (2008), Philippe Paradis (2009), Ryan Murphy (2011) n’ont pas percé. Ses deux choix de première ronde en 2016, Jake Bean et Julien Gauthier, tardent à débloquer. Gauthier vient d’être échangé aux Rangers. Mais il a frappé des coups de circuits avec Jeff Skinner (2010), Sebastien Aho, Brett Pesce (3e ronde en 2013), Jacob Slavin (4e ronde en 2012) et Justin Faulk.

Meilleur coup

Sebastien Aho, centre, deuxième ronde, 35e au total en 2015.

Aho est désormais le meilleur attaquant des Hurricanes. Il a obtenu 83 points l’an dernier. Toute une prise pour un choix de deuxième ronde. Il vient désormais au quatrième rang des compteurs de sa cuvée pour les points en carrière derrière Connor McDavid, Jack Eichel et Mitch Marner, tous repêchés parmi les quatre premiers.

Pire coup

Zach Boychuk, centre, 14e au total en 2008.

Le jeune homme a été repêché un rang devant Erik Karlsson. Il a disputé 127 matchs en carrière dans la Ligue nationale. Il joue en Suisse cette année. Jordan Eberle, Jake Gardiner, Tyler Ennis et John Carlson étaient encore disponibles.

Meilleur espoir

Ryan Suzuki, centre, première ronde, 28e au total, 2019

Le jeune frère de Nick est considéré comme le meilleur espoir de l’organisation, même si Jack Drury, un choix de deuxième ronde en 2018, progresse à une vitesse phénoménale et avait amassé 39 points, dont 20 buts, en 28 matchs à sa deuxième saison à Harvard. Suzuki a 58 points en 47 matchs dans la Ligue junior de l’Ontario.

ÉCHANGES

Don Waddell a été très actif depuis son arrivée en Caroline pour accélérer le processus vers le succès. Peu de temps après son arrivée, il a modifié le noyau du club de façon importante en échangeant le jeune attaquant Noah Hanifin et l’attaquant Elias Lindholm aux Flames de Calgary pour Dougie Hamilton, le jeune défenseur Adam Fox et l’attaquant Micheal Ferland. À long terme, cette transaction ne semble pas très payante pour les Hurricanes. Lindholm, 25 ans, a explosé à Calgary avec 78 points l’an dernier et il est sous contrat jusqu’en 2024. Hanifin a seulement 24 ans et il est sous contrat jusqu’en 2024 également. Fox a refusé un contrat des Hurricanes. Il a été échangé depuis aux Rangers pour deux choix de deuxième ronde. Il a 42 points en 70 matchs à New York. Ferland a joué une saison en Caroline avant de signer un contrat à Vancouver à titre de joueur autonome. Hamilton connaissait la saison de sa carrière avant de se blesser, mais il aura droit à l’autonomie complète en 2021.

Waddell a aussi échangé l’un de ses meilleurs buteurs, Jeff Skinner, pour très peu. Il a reçu des choix de deuxième, troisième et sixième rondes pour Skinner. L’espoir obtenu avec ces choix, Cliff Pu, a de la difficulté à s’accrocher à la Ligue américaine. Skinner a donné 40 buts aux Sabres l’an dernier. Par contre, il aurait sans doute coûté cher aux Hurricanes s’ils avaient voulu conserver ses services. Le gardien repêché en deuxième ronde avec le choix des Sabres, le Russe Pyotr Kochetkov, est considéré comme un bel espoir. Waddell a mieux réussi avec l’échange du Wild. Nino Niederreiter est devenu un joueur important pour les Hurricanes ; Victor Rask est toujours plongé dans un profond marasme. Les défenseurs Calvin DeHaan et Justin Faulk ont aussi quitté l’organisation cette année. Pour Faulk, les Hurricanes ont obtenu un espoir intéressant des Blues, Dominik Bokk. Waddell a aussi réussi à arracher un choix de première ronde aux Maple Leafs en acceptant Patrick Marleau et son imposant contrat. Il s’est servi de ce choix pour accueillir un nouveau défenseur, Brady Skjei. Les Rangers auront le loisir de prendre le choix des Hurricanes ou celui des Maple Leafs. Dans un autre échange d’importance, le DG des Hurricanes a obtenu le centre Vincent Trocheck des Panthers pour quatre joueurs. Il reste seulement huit joueurs de l’édition 2017-2018 des Hurricanes. Un bouleversement majeur…

Meilleur coup (Ron Francis)

Teuvo Teravainen et Bryan Bickell pour des choix de deuxième et troisième ronde en juin 2016. L’échange a permis aux Blackhawks de libérer de la masse salariale. Mais ils n’ont pas été assez patients avec Teravainen. Il a amassé 76 points l’an dernier avec Aho et s’acheminait vers une saison semblable cette année.

Pire coup (Don Waddell)

Jeff Skinner pour des choix de deuxième, troisième et sixième rondes et Cliff Pu. On se demande comment Waddell a pu obtenir si peu pour un tel marqueur, quand Max Pacioretty a pu rapporter Nick Suzuki, Tomas Tatar et un choix de deuxième ronde.

JOUEURS AUTONOMES

Les pires embauches sur le marché des joueurs autonomes portent la signature de Jim Rutherford. Alexander Semin vient d’abord en mémoire. Rutherford l’a d’abord attiré avec un contrat d’un an pour 7 M$ en 2012 et après une bonne saison, il lui a offert 35 M$ pour cinq ans. Le rendement de Semin a vite périclité et Ron Francis a racheté son contrat. Le salaire de Semin occupe encore 2,3 M$ de la masse salariale des Hurricanes cette année, mais il s’agit de la dernière. Rutherford a aussi offert 12,75 M$ à Tomas Kaberle en 2011. Après 29 matchs, Kaberle était échangé au Canadien pour Jaroslav Spacek. Montréal a racheté la dernière année de son contrat. Ron Francis a tenté son coup sur le marché des joueurs autonomes avec le gardien Scott Darling. Francis se cherchait désespérément un gardien et il croyait Darling capable de devenir un solide numéro un. Il l’a obtenu de Chicago alors qu’il n’avait plus de contrat et lui a offert 16,6 M$ pour quatre ans malgré ses 75 matchs d’expérience en carrière… dans un rôle d’auxiliaire par surcroît. Darling a constitué un désastre et Waddell a pu s’en débarrasser en 2019 pour un autre gardien, James Reimer. Waddell a eu plus de succès avec Petr Mrazek il y a deux ans. Mrazek lui a donné une grosse saison l’an dernier à un salaire modeste de 1,5 M$ et il a été récompensé par un contrat de trois ans. Par contre, il n’a pas fait le meilleur investissement avec Ryan Dzingel (deux ans pour 6,7 M$, seulement 29 points, dont huit buts, en 64 matchs) et Jake Gardiner (quatre ans pour 16,2 M$, fiche de -24, de loin la pire chez les Hurricanes, sixième chez les défenseurs en termes de temps d’utilisation à 16 minutes par match).

Meilleur coup (Don Waddell)

Le gardien Petr Mrazek, le héros des séries éliminatoires le printemps dernier, pour un « modeste » salaire de 1,5 M$, après des expériences désastreuses à Philadelphie et Detroit.

Pire coup (Don Waddell)

Il y a Alexander Semin, bien sûr, mais plus récemment, le contrat de Jake Gardiner hante déjà l’équipe. Gardiner a rendu un gros service à Marc Bergevin en refusant son offre…

Dix saisons (deux rondes remportées, huit exclusions)

2010-2011 : 40-31-11, 9e Est, OUT.

2011-2012 : 33-33-16, 12e Est, OUT.

2012-2013 : 19-25-4, 13e Est, OUT.

2013-2014 : 36-35-11, 13e Est, OUT.

2014-2015 : 30-41-11, 14e Est, OUT.

2015-2016 : 35-31-16, 10e Est, OUT.

2016-2017 : 36-31-15, 12e Est, OUT.

2017-2018 : 36-55-11, 10e Est, OUT.

2018-2019 : 46-29-7, 7e Est, finale d’association.

2019-2020 : 38-25-5, 7e Est, (seraient qualifiés de peu).

(Demain : les Blackhawks de Chicago)

À LIRE

Tom Brady a parlé aux journalistes par vidéoconférence pour la première fois depuis la signature de son contrat avec Tampa Bay. Miguel Bujold a les détails !