Pour la première fois de son histoire, la Coupe Memorial ne sera présentée à personne.

Richard Labbé Richard Labbé
La Presse

Ainsi en ont décidé les dirigeants de la Ligue canadienne de hockey, en collaboration avec les trois ligues de hockey junior au pays, soit la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ), la Ontario Hockey League (OHL) et la Western Hockey League (WHL).

Après avoir choisi de suspendre la saison régulière le 12 mars, les dirigeants du hockey junior, face à la crise de la COVID-19, ont tout simplement décidé d’annuler le reste de la saison ainsi que les séries. La décision a été rendue de façon officielle lundi soir.

Il s’agit d’une décision qui vient par le fait même mettre la hache au tournoi de la Coupe Memorial, le tournoi annuel de hockey junior au pays, qui devait avoir lieu cette année à Kelowna en Colombie-Britannique, à la fin du mois de mai.

Il s’agira de la première fois en 102 ans que le célèbre trophée de hockey junior canadien ne sera pas remis.

« Avec l’évolution de la crise au cours des derniers jours, il n’y avait plus de scénarios potentiels dans lesquels la tenue des séries éliminatoires était réaliste, a fait savoir le commissaire de la LHJMQ, Gilles Courteau, par voie de communiqué. C’est l’une des décisions les plus difficiles que j’ai dû prendre dans ma carrière. »

Cette décision a envoyé des ondes de choc un peu partout dans les milieux du hockey junior, là où plusieurs jeunes joueurs de hockey n’auront pas l’occasion d’obtenir la fin de carrière désirée.

« Je pense entre autres aux jeunes qui en étaient à leur dernière année au hockey junior, a expliqué l’entraîneur de l’Armada de Blainville-Boisbriand, Bruce Richardson. Normalement, on aurait souligné de manière spéciale leur dernière partie. Au lieu de ça, ça va être un appel au téléphone. Ce n’est pas du tout la même chose mais en même temps, on comprend ce qui se passe. Il y a des directives de sécurité à suivre et nous allons les suivre. »

Cette décision vient faire mal en particulier aux équipes qui avaient tout mis en œuvre afin de pouvoir être fortement compétitives en cette fin de saison. Dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec, on peut penser entre autres aux Saguenéens de Chicoutimi, aux Wildcats de Moncton et à l'Océanic de Rimouski—le club du jeune surdoué Alexis Lafrenière—, qui ont tous choisi de miser gros afin d’essayer de gagner à court terme lors de la présente saison.

« Ce n’était pas notre cas à nous parce qu’on entamait un cycle différent, a répondu Bruce Richardson. Mais au hockey junior, c’est vrai, il y a des périodes où les chances de gagner sont meilleures. Il y a des équipes qui se préparaient pour cette saison depuis trois ans, depuis quatre ans, avec un but précis, et puis c’est terminé. Pour le monde du hockey junior, c’est une catastrophe.

« C’est très dur pour tout le monde parce que c’est notre mode de vie, c’est ce qu’on connaît, et parce qu’il n’y a personne qui a vécu quelque chose comme ça auparavant. Pour un joueur de hockey, souvent, les années au hockey junior sont les plus belles années. Mais notre gouvernement prend les meilleures décisions pour le bien collectif. C’est ce qu’il faut s’assurer de comprendre. Ce qui se passe présentement, c’est plus gros que le hockey. »