La date limite des transactions est souvent une journée où les joueurs se disent « au revoir ». Mais à écouter Ilya Kovalchuk et Nate Thompson lundi matin, c’est à se demander si tout ce beau monde ne s’est pas plutôt dit « à bientôt ».

Guillaume Lefrançois Guillaume Lefrançois
La Presse

Comme l’avait fait Kovalchuk avant lui, Thompson a été très clair : il ne dirait pas non à un retour avec le Canadien une fois l’été venu, quand il deviendra joueur autonome sans compensation.

> Le tableau des transactions dans la LNH

« C’est une possibilité, cette porte n’est pas fermée. Je reviendrais sans hésiter, a mentionné Thompson, lors de sa dernière mêlée de presse à Brossard.

« On a eu des discussions, des deux côtés, "Berg" [Marc Bergevin] fait de son mieux pour l’organisation et pour moi. Il a montré beaucoup de classe, tout le monde m’a bien traité. Je n’ai rien de mauvais à dire. La porte n’est pas fermée pour un retour, c’est certainement une possibilité. »

Pour l’heure, Thompson prend toutefois la route de Philadelphie. Le Canadien l’a échangé aux Flyers en retour d'un choix de cinquième tour en 2021.

Thompson deviendra joueur autonome sans compensation le 1er juillet.

En 63 matchs cette saison, le vétéran de 35 ans a inscrit 4 buts et 10 passes pour 14 points, en pilotant le 4e trio du CH. Il a joué en moyenne 12 min 48 s. Thompson a aussi gagné 55,1 % de ses mises au jeu, ce qui lui vaut le 16e rang dans la LNH.

Au-delà de sa contribution sur la patinoire, on a toutefois senti que c’est son ascendant auprès des jeunes qui l’a rendu si marquant au sein de cette équipe. Le surnom « Uncle Nate » lui a collé à la peau, et Nick Suzuki et Jake Evans ont grandement bénéficié de son influence.

« Il m’a montré ce que c’était d’être un joueur de centre à ce niveau », a lancé Suzuki.

« Quand j’étais jeune, des vétérans comme Bill Guerin, Doug Weight et Martin St-Louis ont fait la même chose pour moi, a rappelé Thompson. Ils m’ont montré comment bien me comporter. C’est important. Ces jeunes sont le futur de notre sport et je veux que notre sport progresse. Pourquoi ne pas aider les plus jeunes, leur montrer qu’ils font partie de l’équipe ? Je ne peux pas avoir peur qu’ils me volent mon emploi. Tu veux les aider à réaliser qu’ils font partie de l’équipe et les aider à gagner. Il y a beaucoup de jeunes, ils ont un bel avenir. »

À Philadelphie, Thompson en sera à sa huitième équipe dans la LNH. Et même s’il n’a pas connu la frénésie des séries, il gardera un souvenir mémorable de son septième arrêt.

« Je ne savais pas à quoi m’attendre, mais je crois que la ville, les médias, les joueurs... Tout le monde m’a adopté en peu de temps, je ne m’y attendais pas. Je ne suis pas une superstar, je suis un joueur de quatrième trio, mais avoir cette notoriété, je ne l’oublierai jamais. Ç’a été toute une expérience. »

Le repêchage du Canadien

Avec cette transaction, le Canadien compte neuf choix de repêchage pour 2021, dont trois au cinquième tour.

Pour l’encan de 2020, le CH en avait déjà 13, mais ce n’était visiblement pas assez au goût de Bergevin. Il a donc échangé l’attaquant Matthew Peca aux Sénateurs d’Ottawa contre un choix de septième tour en 2020, de même que l’attaquant Aaron Luchuk, qui se rapportera au Rocket de Laval. Peca jouait lui aussi dans la Ligue américaine.

Ce sont donc 14 sélections que Montréal a en poche pour juin :

1er tour : un choix (MTL)
2e tour : trois choix (MTL, CHI et STL)
3e tour : deux choix (MTL et WSH)
4e tour : trois choix (MTL, ANA et WPG)
5e tour : deux choix (MTL et FLA)
6e tour : un choix (MTL)
7e tour : deux choix (CHI et OTT)

Entraînement à Brossard

Par ailleurs, le Canadien reprenait l’entraînement lundi matin à Brossard. Tous les joueurs y étaient, si bien qu’on n’a noté aucun retrait préventif, chose commune en cette date limite des transactions.

Tous les yeux étaient évidemment tournés vers Tomas Tatar et Jeff Petry, les deux choix dont la valeur est visiblement la plus élevée. Les deux seront joueurs autonomes sans compensation le 1er juillet 2021.

PHOTO JAMES CAREY LAUDER, ARCHIVES USA TODAY SPORTS

Jeff Petry et Tomas Tatar

Tatar et Petry étaient toutefois tous les deux à l’entraînement. Le cas de Tatar deviendra encore plus intéressant lundi après-midi maintenant que Chris Kreider, l’ailier le plus convoité sur le marché, a signé une prolongation de contrat avec les Rangers.

Est-ce à dire que les équipes qui souhaitaient l’obtenir se tourneront vers d’autres options? C’est là une possibilité, mais le Slovaque n’a pas voulu entrer dans les détails, à savoir s’il avait eu l’assurance de Bergevin qu’il ne serait pas échangé.

« J’aime mieux ne pas en parler. C’est entre moi et Marc. On va attendre à 15 h. »

La formation à l’entraînement

Tatar-Danault-Gallagher
Drouin-Suzuki-Armia
Cousins-Domi-Byron
Lehkonen-Weal-Weise

Chiarot-Weber
Kulak-Petry
Alzner-Folin

Price
Lindgren