(Ottawa) Les Sénateurs d’Ottawa ont bonifié leur banque de choix au repêchage pour les prochaines saisons à l’aide de trois transactions, lundi, journée limite pour compléter des échanges dans la Ligue nationale de hockey.

La Presse canadienne

En guise d’apéritif, en matinée, les Sénateurs ont envoyé l’attaquant Vladislav Namestnikov à l’Avalanche du Colorado contre une sélection de quatrième ronde en 2021. Le plat de résistance a suivi peu de temps après, lorsque le directeur général Pierre Dorion a échangé Jean-Gabriel Pageau aux Islanders de New York en retour d’au moins deux choix, et possiblement d’un troisième.

« C’était stressant. Je pensais à tellement de scénarios, a reconnu Pageau. Je suis content que ce soit terminé. Je peux me concentrer sur mon objectif, qui est de gagner. »

Le digestif a suivi à environ une heure de l’échéance de 15 h lorsque les Sénateurs ont cédé l’attaquant Tyler Ennis aux Oilers d’Edmonton, l’équipe de sa ville natale, en retour d’une sélection de cinquième tour en 2021.

Les Sénateurs ont par ailleurs mis la main sur l’attaquant Matthew Peca, de l’organisation du Canadien, cédant un choix de septième ronde en 2020 et Aaron Luchuk, un attaquant des ligues mineures.

En retour de Pageau, un populaire attaquant de 27 ans et un produit local, les Sénateurs ont obtenu un choix de premier tour conditionnel en 2020, un choix de deuxième ronde en 2020 et un de troisième en 2022, également conditionnel. Le choix de premier tour de 2020 sera transféré en 2021 s’il aboutit parmi les trois premiers lors de la séance de sélection de juin, à Montréal. Celui de troisième tour en 2022 passera aux Sénateurs seulement si les Islanders gagnent la Coupe Stanley ce printemps.

Quelques heures après l’annonce de la transaction, Pageau a paraphé une prolongation de contrat de six saisons avec sa nouvelle formation, qui lui rapportera la somme annuelle moyenne de 5 millions US, selon diverses sources médiatiques, à compter de la saison 2020-21.

L’un des joueurs les plus convoités alors qu’approchait la date limite des transactions, Pageau, un choix de quatrième ronde en 2011, en était à sa huitième campagne avec l’équipe de sa ville natale.

Pageau a admis que son premier choix était de demeurer un Sénateur. Mais quand il n’y avait plus de terrain d’entente, il a compris que le hockey a un aspect plus impersonnel.

« Ces derniers jours, j’ai réalisé que le hockey est un “business”, ni plus ni moins, a dit Pageau. Je n’en veux à personne. Oui je suis déçu et Ottawa c’est chez moi, mais je suis un adulte. Je peux vivre avec certaines décisions et avec mes propres décisions. Je suis excité à propos de ce qui s’en vient. »

En 60 rencontres cette saison, il a amassé 24 buts, soit cinq de plus que son plus fort total en carrière, réalisé en 2015-16 en 82 matchs. Par ailleurs, il totalisait 40 points, trois de moins que son sommet en carrière, réussi la même saison, et un ratio défensif de plus-10.

En carrière, Pageau a pris part à 428 matchs dans la LNH, tous avec les Sénateurs, et inscrit 87 buts et 182 points. En 35 matchs éliminatoires, il a ajouté 12 buts et quatre aides.

Quant à Namestnikov, il en sera à une troisième formation cette saison. Après avoir joué deux matchs sans obtenir un seul point avec les Rangers de New York, cet ancien choix de première ronde du Lightning de Tampa Bay en 2011 avait été échangé aux Sénateurs le 7 octobre contre le défenseur Nick Ebert et un choix de quatrième tour en 2021.

Avec les Sénateurs, il avait obtenu 13 buts et 12 aides en 54 matchs.

De son côté, Ennis en sera à sa quatrième formation depuis la saison 2017-2018, et sa deuxième cette année. Après huit campagnes avec les Sabres de Buffalo, Ennis a porté les couleurs du Wild du Minnesota pendant une saison complète, puis celle des Maple Leafs de Toronto l’an dernier avant de se retrouver avec les Sénateurs. Cette saison, l’attaquant de 30 ans a inscrit 33 points, dont 14 buts, en 61 parties.

Les Sénateurs affichent le troisième pire dossier dans la Ligue nationale.

Toutefois, ils pourraient bénéficier de deux chances de remporter le tirage au sort en vue de la séance de sélection de juin puisqu’ils détiennent, en plus de leur choix de premier tour, celui des Sharks de San Jose acquis dans la transaction qui a envoyé le défenseur Erik Karlsson en Californie en septembre 2018.

Les Sharks occupent actuellement le 27e rang au classement général.

Les Sénateurs pourraient totaliser 13 choix lors du prochain repêchage, dont sept lors des deux premières rondes.