Il faut avoir un cœur de pierre pour ne pas aimer Karl Alzner.

Simon-Olivier Lorange Simon-Olivier Lorange
La Presse

Peut-être n’a-t-il plus le talent pour évoluer dans la LNH sur une base régulière, mais il est probablement l’un des joueurs les plus aimables du circuit. À le voir sourire de toutes ses dents samedi matin, il était difficile de ne pas partager l’enthousiasme qui l’anime depuis que le Canadien l’a rappelé de la Ligue américaine la veille.

Après avoir disputé un match avec le Rocket vendredi soir à Laval, il a sauté dans sa voiture pour foncer vers Ottawa afin d’y rejoindre le Tricolore et affronter les Sénateurs ce samedi soir.

Candide, le défenseur de 31 ans a avoué qu’il a douté que ce moment arrive un jour. Car depuis un an, il est marqué d’une empreinte redoutée par tous ses pairs, celle d’un joueur de la Ligue américaine. Trois défenseurs gauchers de l’organisation ont été rappelés avant lui : d’abord Gustav Olofsson puis Otto Leskinen à l’automne, puis plus récemment Xavier Ouellet.

Or, avec les récentes blessures à Ouellet (commotion) et à Victor Mete (pied), et constatant que Leskinen était lui aussi blessé à Laval et que Marco Scandella avait été échangé, « je me disais que j’avais peut-être une chance », a-t-il raconté. Et l’appel est arrivé.

Sans surprise, il s’est dit « heureux » de ce dénouement, et a prévenu qu’il ne voulait pas jouer les figurants.

« Je suis ici pour avoir un impact, je ne veux pas juste remplir une place vide, a-t-il dit. Je veux faire ce que je sais bien faire. Je veux saisir cette occasion. »

Selon lui, ses coéquipiers l’ont accueilli « à bras ouverts ». Claude Julien, par contre, n’avait pas préparé un concert d’éloges à l’endroit de celui qui deviendra le neuvième défenseur employé par le Canadien en une semaine.

« Il connaît quand même une saison raisonnable à Laval. On va voir ce qu’il va nous apporter ce soir, mais c’est un gars d’expérience », a froidement dit l’entraîneur-chef du Canadien, ajoutant tout de même que « ce n’est pas parce que ça n’a pas fonctionné dès le début qu’il ne peut pas venir nous aider ».

Par contre, il a souligné combien Alzner, « une bonne personne », avait « toujours eu une bonne attitude », ce qui constitue selon lui « un de ses points forts ».

Il reste par contre à déterminer si ses qualités humaines lui vaudront plus de 10 minutes de temps de glace contre les Sénateurs.

Parlant de ce match, il marquera le retour d’Artturi Lehkonen dans la formation du Canadien, après un match de pénitence à Washington. À l’entraînement, le Finlandais jouait à gauche de Nate Thompson et de Nick Cousins sur le quatrième trio. Quant à Azlner, il patinait à la gauche de Christian Folin.

PHOTO FRANÇOIS ROY, ARCHIVES LA PRESSE

Artturi Lehkonen a été rayé de la formation, jeudi à Washington.

Plus personne n’est sans doute surpris, mais Carey Price sera devant le filet. Il s’agira pour lui d’un 15e départ dans les 16 derniers matchs de son équipe.

Une première et peut-être une dernière chez les Sens

Dans le camp des Sénateurs, l’attention est beaucoup focalisée sur Josh Norris, qui disputera son premier match dans la LNH contre le Canadien.

Norris, 20 ans seulement, avait été acquis dans la transaction qui a envoyé Erik Karlsson aux Sharks de San Jose. Cette saison, sa toute première chez les professionnels, il est dominant dans la Ligue américaine, dont il est le 3e marqueur avec 58 points, dont 30 buts, en 51 rencontres.

Par contre, le duel de ce samedi soir pourrait aussi être le dernier de Jean-Gabriel Pageau dans l’uniforme rouge, blanc et noir. Le Québécois connaît une excellente campagne malgré les déboires des Sénateurs, et de multiples rumeurs l’envoient sous d’autres cieux d’ici à la date limite des transactions, lundi, puisqu’il deviendra joueur autonome sans compensation à la fin de la saison.

PHOTO SEAN KILPATRICK, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Jean-Gabriel Pageau est au centre de plusieurs rumeurs de transaction.

Pageau n’a pas rencontré les journalistes, mais ses coéquipiers n’ont pas tari d’éloges à son endroit.

« L’an dernier, je sais qu’il était blessé pour longtemps, mais il m’a aidé énormément, a dit Brady Tkachuk. Il me donnait plusieurs conseils. Cette année, je me suis rapproché encore plus de lui. »

« Il fait tout bien sur la glace, a poursuivi le jeune homme. Il est doué offensivement, mais il surveille toujours les gros trios de l’équipe adverse et le garde au silence. Hors de la glace, c’est aussi un gars qui est présent pour ses coéquipiers. Il a toujours un sourire dans le visage. »

Anthony Duclair, qui pourrait lui aussi être échangé, a mentionné que si Pageau est nerveux vu l’incertitude qui l’entoure, il ne le montre pas.

« Dans la manière dont il joue, je ne vois pas beaucoup de distraction, a dit Duclair. C’est un leader ici depuis des années, un vrai professionnel. On ne sait pas ce qui va arriver, mais en tant que coéquipier et ami, j’espère qu’il va rester ici. »