(Kanata) Est-ce l’air vivifiant de la banlieue d’Ottawa ? Ou encore la victoire de la veille signée à Washington ? Allez savoir !

Simon-Olivier Lorange Simon-Olivier Lorange
La Presse

Claude Julien était particulièrement disposé à lancer des fleurs à ses joueurs, vendredi après-midi, en marge de l’entraînement optionnel auquel une dizaine de ses hommes se sont soumis à la veille d’un duel contre les Sénateurs.

Un peu tout y est passé.

Sur le travail de ses défenseurs, qui ont dû se démener à cinq pendant presque toute la rencontre de jeudi face aux Capitals, après que Xavier Ouellet eut subi une commotion cérébrale : « Les gars se sont levés, ils ont fait du bon travail. Brett Kulak a joué plus de 27 minutes, il n’avait jamais fait ça avant. Quand on voit le résultat, on ne peut que saluer leur effort. »

Sur la contribution défensive de ses attaquants : « Ils ont fait du bon travail en zone neutre, ça nous a permis de jouer plus serré et de passer moins de temps dans notre zone. Leur engagement a facilité le travail de nos défenseurs. »

Sur Ilya Kovalchuk, blanchi à ses six derniers matchs : « Ça ne m’inquiète pas, parce que quand je regarde le match, je vois d’autres aspects de son jeu, comme ses replis défensifs. S’il ne marque pas, ça ne veut pas dire que ce n’est pas un bon joueur. Il a quand même des chances de marquer, il est toujours dans les parages. Je ne suis pas déçu de son rendement, au contraire, il continue à travailler fort. »

Sur la nervosité dans le vestiaire à l’approche de la date limite des transactions : « Si les gars sont nerveux, ils gèrent bien ça. Je ne sens pas [de nervosité], je n’en vois pas. Ce sont des pros. »

Même sur Artturi Lehkonen, laissé de côté à Washington pour la première fois de sa carrière : « C’est un gars qu’on voit dans notre futur. C’est un petit message pour un joueur dont on pense qu’il est capable d’en donner davantage [offensivement]. […] Je ne suis pas inquiet, il va rebondir. C’est un gars de caractère. »

PHOTO ROBERT SKINNER, ARCHIVES LA PRESSE

Artturi Lehkonen

Il y a bien sûr de petits irritants qui complexifient son travail. L’avantage numérique « qui doit en donner un peu plus ». Idem pour Jonathan Drouin, qui n’a récolté aucun point en six matchs depuis son retour au jeu, mais qui traîne un différentiel de -9 cumulé dans l’intervalle. N’empêche, « quand un gars manque trois mois, tu ne peux pas être impatient avec quelques matchs », a nuancé l’entraîneur.

En anglais, il a rappelé que Drouin composait toujours avec deux blessures. Le poignet sur lequel il a subi une intervention chirurgicale manque encore de souplesse, et il a été victime la semaine dernière d’une entorse à la cheville qui continue de l’embêter.

« Il est assez bon pour jouer, mais il est inconfortable, a convenu Julien. Il est probablement un peu hésitant aussi, mais il essaie de passer à travers [cette épreuve]. C’est ce qu’on attend de lui. »

Autrement dit : pas de panique de ce côté.

Renfort en défense

Julien a par ailleurs annoncé que Xavier Ouellet et Victor Mete, blessé à un pied par un tir mardi à Detroit, étaient rentrés à Montréal.

PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE

Xavier Ouellet

Un défenseur sera donc rappelé du Rocket de Laval après le match opposant le club-école du Canadien au Moose du Manitoba ce vendredi soir.

Comme Ouellet et Mete sont tombés au combat, que Christian Folin est déjà avec le Tricolore et que Marco Scandella a été échangé, il faudra creuser dans les filières du Rocket pour dénicher un défenseur gaucher en état d’aider le grand club à Ottawa.

Otto Leskinen, qu’on avait brièvement vu avec le CH cette saison, est sur la touche en raison d’une commotion cérébrale. Gustav Olofsson a raté la dernière rencontre du Rocket en raison de la grippe, mais il pourrait sans doute donner un coup de main.

Il reste donc Karl Alzner, qui n’a pas joué dans la LNH depuis plus d’un an, sinon Cale Fleury, si l’équipe se résout à faire jouer un droitier à gauche. Le cas échéant, ce serait lui ou Folin qui devrait s’y coller.

À suivre vendredi en fin de soirée.

Peu loquaces

À l’inverse de la loquacité de Claude Julien, ça ne parlait pas fort dans le vestiaire du Tricolore.

Peu bavard d’ordinaire, Lehkonen l’était encore moins – si cela est physiquement possible – pour discuter de son retrait de la formation.

En vrac : il ne s’attendait pas à cette décision de son entraîneur, il doit mieux jouer, il pense au prochain match, mais ne sait pas s’il va jouer samedi. « Je peux être meilleur », a-t-il avoué.

L’entraîneur adjoint Kirk Muller et lui se sont longuement entretenus pendant la séance de patinage. Mais bonne chance pour découvrir le fruit de leurs discussions.

Ilya Kovalchuk, de son côté, semble avoir hâte que la date limite des transactions soit derrière lui, afin de pouvoir changer de sujet. Lui aussi affirme se concentrer exclusivement sur le match à venir contre les Sénateurs.

PHOTO FRANÇOIS ROY, ARCHIVES LA PRESSE

Ilya Kovalchuk

Sur les ondes de TSN, l’informateur Darren Dreger a avancé que son agent J. P. Barrie avait discuté avec Marc Bergevin à propos d’un nouveau contrat pour l’an prochain. Kovalchuk n’a pas souhaité commenter cette information, renvoyant la balle à son directeur général.

À propos de sa panne offensive, il a par contre aussi reconnu qu’il doit « produire davantage ».

« J’ai des chances de qualité à chaque match, mais je ne peux profiter de bonds favorables. Ça arrive. Je dois travailler encore plus fort et aider mon équipe à gagner autrement. Que ce soit en bloquant des tirs ou quoi que ce soit. Je dois commencer à produire, c’est sûr. »