(Detroit) Zdeno Chara et Brendan Gallagher ne sont visiblement pas les plus grands amis du monde. Mais il y a du respect entre les deux.

Guillaume Lefrançois Guillaume Lefrançois
La Presse

Gallagher a révélé, après l’entraînement matinal de mardi, que Chara l’avait appelé pour s’excuser du double-échec à la gorge qu’il lui a servi mercredi dernier à Boston. Double-échec qui a valu au géant défenseur une amende de 5000 $.

« J’ai apprécié son geste. J’ai eu mes batailles avec lui, je sais que ce genre de chose arrive, a raconté Gallagher. Il m’a appelé, donc je vais le pardonner. Ça ne veut pas dire que je vais jouer différemment ou qu’il le fera. J’ai hâte à nos prochaines batailles. Mais il m’a appelé et il se sentait mal. »

En revanche, Gallagher n’a pas eu de nouvelles de Dean Morton, l’arbitre avec qui il s’est querellé à la fin du match de samedi au Centre Bell.

« Il est quand même important de rester prudent, a rappelé le fougueux ailier droit. Tu ne veux pas que ça revienne te hanter à l’avenir. Mais je me disais que nous n’avions pas obtenu un seul avantage numérique dans le match, donc je n’avais rien à perdre ! Il m’a dit comment il se sentait et il me l’a dit assez clairement. J’imagine qu’on va oublier ça.

« Je ne lui ai pas reparlé. Je ne sais pas si je vais le faire. J’espère juste qu’il mettra les émotions de côté à notre prochain match. C’est important pour nous aussi, les joueurs, de mettre nos émotions de côté. Il ne faut pas qu’elles influencent le résultat d’un match. »

Rappelons que le langage entre Gallagher et l’officiel ne semblait pas très chic. Claude Julien, dans son point de presse d’après-match, avait accusé Morton d’avoir « envoyé promener » ses joueurs.

« J’étais un peu surpris par le choix des mots [de Morton], a admis Gallagher. J’apportais de très bons arguments, mais il ne voyait pas les choses ainsi ! Ça arrive. Il devait être vraiment tanné de m’entendre. J’étais aussi frustré. Je voulais défendre mes coéquipiers. »

Un point d’interrogation

Quant à savoir si Gallagher pourra remettre ça dès mardi soir, il faudra attendre. Absent à l’entraînement lundi parce qu’il recevait des traitements, il a pris part à l’exercice optionnel de mardi matin. Rappelons que Gallagher avait raté une partie de la première période, samedi, après une collision – devinez où – devant le filet adverse.

Les vétérans Shea Weber et Paul Byron devraient quant à eux être à leur poste. Weber a raté les six derniers matchs, tandis que Byron est absent depuis la mi-novembre en raison d’une blessure à un genou qui a d’abord mal guéri.

« Ça fait longtemps. Je suis impatient de jouer. Je sais qu’il y aura un peu de rouille, mais j’ai vraiment hâte », a indiqué Byron.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, ARCHIVES LA PRESSE

Paul Byron

Jonathan Drouin sera lui aussi de retour au jeu après avoir fait l’impasse sur la rencontre de samedi.

Carey Price défendra le filet montréalais et affrontera Jonathan Bernier.

Des Red Wings malades

Le CH a perdu ses trois matchs de la saison contre les Wings, une situation plutôt gênante quand on note que la fiche de Detroit est de 14-43-4.

« On a perdu trois matchs contre eux cette année. Je me souviens qu’au premier match à Montréal, ils avaient joué tout un match. Mais on aurait dû gagner le match ici. On aurait dû le gagner aussi. C’est notre responsabilité. Gagner ce soir, c’est important », a souligné Julien.

Une quatrième défaite serait d’autant plus gênante que les Wings n’afficheront pas une formation complète. Il leur manquera leur défenseur numéro 1, Filip Hronek, qui joue en moyenne près de 24 minutes par match, et qui compte 29 points en 59 matchs. En son absence, Madison Bowey, avec 15 points, est le défenseur le plus productif de l’équipe.

PHOTO RICK OSENTOSKI, ARCHIVES USA TODAY SPORTS

Madison Bowey et Filip Hronek

À l’avant, Filip Zadina sera également absent. L’attaquant recrue ratera un neuvième match de suite.

À cela s’ajoute un virus qui court dans le vestiaire, et qui a forcé l’entraîneur-chef Jeff Blashill à changer ses plans mardi matin. « Plusieurs joueurs sont malades. On n’a pas voulu gaspiller d’énergie ce matin. On devait faire un entraînement complet, mais nos soigneurs ont suggéré d’organiser un entraînement optionnel », a laissé savoir Blashill.