Bill Guerin vient de réaliser son plus grand coup à titre de DG du Wild du Minnesota.

Mathias Brunet Mathias Brunet
La Presse

Embauché cet été pour relancer le Wild, Guerin a obtenu des Penguins de Pittsburgh un choix de première ronde et un espoir important, le défenseur Calen Addison, pour son ailier Jason Zucker.

Guerin a profité de la vulnérabilité de son ancien patron à Pittsburgh, Jim Rutherford. Les Penguins sont en effet encore des prétendants à la Coupe Stanley, mais ont perdu leur meilleur ailier Jake Guentzel pour le reste de la saison.

À l’heure actuelle, ce choix de première ronde se situe au 26e rang, mais il variera selon les performances des Penguins en séries. Pittsburgh peut glisser au classement ou perdre en première ronde. Le Wild aurait ainsi un choix un peu plus avantageux.

Addison, un défenseur droitier de 19 ans, a amassé neuf points en sept matchs au plus récent Championnat mondial junior. Il a amassé 43 points en 39 matchs cette saison dans la Ligue junior de l’Ouest, mais il produisait aussi à un rythme d’un point par match à 17 et à 18 ans.

Alex Galchenyuk passe aussi au Wild dans cette transaction. Les Penguins cherchaient déjà à s’en débarrasser. L’ancien choix de première ronde du Canadien, échangé aux Coyotes pour Max Domi, deviendra joueur autonome sans compensation à compter du 1er juillet. Guerin ne perd rien à tenter de le relancer. Marc Bergevin pourra se féliciter de l’avoir échangé à temps.

PHOTO KEITH SRAKOCIC, ASSOCIATED PRESS

Alex Galchenyuk

Zucker, 28 ans, aidera les Penguins. Mais ceux-ci ont payé cher, très cher. Zucker a connu une grosse saison il y a trois ans avec 33 buts et 64 points. Sinon, il n’a jamais marqué plus de 22 buts ou amassé plus de 47 points dans la même année. Mais il pourrait connaître du succès avec un centre comme Sidney Crosby ou Evgeni Malkin et il est sous contrat pour encore quelques années.

Si Zucker vaut un choix de première ronde et un bon espoir, combien vaut Tomas Tatar? Zucker a 29 points en 45 matchs cet hiver, Tatar en a 52 en 58 parties. Zucker a une seule saison de 25 buts ou plus, Tatar est en voie d’en réussir une cinquième (il a déjà 20 buts). Zucker a obtenu 42 points l’an dernier, Tatar 58.

Le contexte semble s’apparenter entre le Wild et le Canadien, mais il y a des subtilités importantes à relever. Les deux clubs sont présentement exclus des séries et ne devraient pas y participer.

Par contre, Bill Guerin vient d’entrer en poste avec le mandat de relancer ce club vieillissant. Il peut se permettre d’être patient et de conclure de tels échanges.

Marc Bergevin a entamé son processus de réinitialisation il y a un an et demi. Le club ratera les séries pour une quatrième fois en cinq ans. La banque d’espoirs et de choix est bien garnie, contrairement au Wild.

Le Wild peut se permettre de rater les séries un an ou deux. Pas le Canadien. Un nouveau DG à Montréal aurait ce luxe de se départir d’un Tatar ou d’un Petry. Pas Bergevin. Il a été patient, il n’a jamais sacrifié de choix de première ronde ou d’espoir ces dernières années, mais il doit gagner dès l’an prochain. Se priver de joueurs importants comme ces deux-là l’éloignerait encore davantage d’une place en séries en 2020-2021.

Guerin doit poursuivre le processus de rajeunissement. Malgré ses 20 buts, Zach Parise sera difficile à échanger. Il aura 36 ans cet été et il lui restera encore cinq ans de contrat à une moyenne salariale de 7,5 millions par année. Idem pour Mats Zuccarello, 32 ans, 30 points en 51 matchs, sous contrat pour encore quatre ans à 6 millions par saison.

Eric Staal pourrait par contre rapporter de bons éléments. À 35 ans, il produit encore à un rythme de 40 points en 55 matchs. Il lui reste seulement une autre année de contrat.

PHOTO BRACE HEMMELGARN, USA TODAY SPORTS

Eric Staal

Mikko Koivu et Alex Galchenyuk seront joueurs autonomes à compter du 1er juillet. Koivu ne produit plus offensivement, mais un aspirant à la Coupe l’accueillerait sans doute avec joie dans un rôle défensif.

Les jeunes commencent à prendre leur place au Minnesota. Luke Kunin, 22 ans, un choix de première ronde, 15e au total, en 2016, a 13 points à ses 17 derniers matchs au centre du deuxième trio. Joel Eriksson Ek, 23 ans, un autre choix de première ronde, en 2015, 20e au total, a 11 points à ses 18 derniers matchs au centre du troisième trio et son entraîneur Bruce Boudreau l’utilise parfois même 18 minutes par rencontre. On l’a longtemps attendu là-bas.

Obtenu l’an dernier pour Mikael Granlund, Kevin Fiala, un choix de première ronde des Predators de Nashville en 2014, connaît une éclosion à 23 ans avec 35 points en 50 matchs.

Parmi les espoirs, Kiril Kaprisov se joindra peut-être finalement à l’équipe l’an prochain. Kaprisov, 22 ans, choix de troisième ronde en 2015, a 51 points, dont 25 buts, en 50 matchs dans la KHL avec l’équipe de l’espoir du Canadien Alexander Romanov, le CSKA Moscou.

Un autre choix de troisième ronde, en 2018, Alexander Khovanov, a 74 points en seulement 37 matchs à Moncton dans la Ligue de hockey junior majeure du Québec. Il a aussi amassé huit points en sept matchs au Championnat mondial junior.

Le Wild regrettera peut-être d’avoir repêché l’ailier costaud Matthew Boldy avant Cole Caufield en 2019, mais Boldy s’est replacé récemment. Après avoir entamé la saison à Boston College avec seulement 2 points à ses 14 premiers matchs dans la NCAA, il en a obtenu 12 à ses 12 derniers.

Caufield, lui poursuit sa domination à Wisconsin. Il a 32 points en 28 matchs, à 3 points du top 5 des compteurs, et ses 18 buts le placent au troisième rang à ce chapitre dans la NCAA.

En bref, brique par brique, Bill Guerin aura l’occasion de réparer les gaffes de son prédécesseur Paul Fenton. La transaction de lundi constitue un pas dans la bonne direction.

À lire

On ne s'ennuie jamais avec l'Impact. Alexandre Pratt revient sur les récents événements qui ont marqué le club, les accusations à l'endroit de son directeur sportif Olivier Renard, réfutées avec véhémence par celui-ci.