Il n’y a pas si longtemps, alors qu’il était un membre du Canadien, Andrew Shaw affirmait haut et fort qu’il n’était pas question de changer son style de jeu au moment d’effectuer son retour au jeu suite à une commotion cérébrale. Drôle de hasard, c’est ce même Shaw qui a conseillé à Brendan Gallagher de ne pas revenir trop rapidement de son choc à la tête subi le 31 décembre en Caroline.

Richard Labbé Richard Labbé
La Presse

« Ensuite, il m’a envoyé un texto après le match contre les Oilers au Centre Bell pour me dire que j’étais un idiot », a expliqué Gallagher mardi midi dans le vestiaire à Brossard.

Allons-y donc avec la bonne nouvelle en premier : à moins d’un recul, il est permis de croire que le Canadien va recevoir un petit coup de pouce en prévision de son prochain match, jeudi soir à Buffalo, avec le retour probable de Gallagher et d’un autre attaquant, Jonathan Drouin. Rien n’est encore confirmé en ce sens pour le moment, mais les deux joueurs ont pris part à l’entraînement d’équipe de mardi, ce qui ouvre la porte à cette bonne nouvelle dont le club a tant besoin.

Allons-y ensuite avec une ou deux précisions : Gallagher, victime d’un coup de genou accidentel à la tête de la part du coéquipier Ben Chiarot lors de ce match du 31 décembre chez les Hurricanes, a bel et bien subi une commotion cérébrale sur ce jeu, mais son cas s’est empiré quand il a tenté ce retour face aux Oilers d’Edmonton en date du 9 janvier. Un retour peut-être un peu précipité, et c’est pourquoi Shaw, qui s’y connaît très bien en matière de commotions cérébrales, s’est permis de lui rappeler gentiment, et non sans humour, que ce retour ne fut peut-être pas la meilleure des décisions.

Il se trouve aussi que Gallagher, comme Shaw avant lui, ne veut rien savoir de modifier quoi que ce soit à son style de jeu, même si, de son propre aveu, il s’agit de sa troisième commotion cérébrale.

« Je vais jouer sans aucune crainte à mon retour, a-t-il tenu à dire. Ça ne m’inquiète pas. Si j’allais sur la glace en ayant peur, je ne serais pas moi-même. Je vais continuer à jouer comme je l’ai toujours fait. »

Et pourquoi avoir choisi de revenir le temps d’un soir, le 9 janvier ? « Je me sentais bien, autant avant le match que lors du match, et je me suis réveillé la nuit avec un mal de tête. Le lendemain, j’en ai parlé aux médecins, et j’ai suivi le protocole (de la LNH pour les commotions cérébrales). Les médecins de l’équipe font un bon travail de conscientisation sur le sujet. Les joueurs, on comprend mieux les enjeux. S’il y a quelque chose qui cloche avec mon état de santé, je ne vais pas hésiter à le dire. »

Dans le cas de Drouin, c’est une blessure au poignet gauche et une opération ensuite qui l’ont gardé à l’écart du jeu depuis le soir du 15 novembre, date d’une rencontre à Washington chez les Capitals.

PHOTO ERIC BOLTE, ARCHIVES USA TODAY SPORTS

Jonathan Drouin

Depuis, l’attaquant québécois, qui se dirigeait probablement vers une saison de 70 points, a dû rater les 32 matchs suivants de son équipe.

Oui, il a trouvé ça long.

« Je calculais à chaque semaine où j’en étais dans ma progression en vue d’un retour au jeu, a-t-il admis mardi à Brossard. Au moins, je n’étais pas seul à tenter un retour, il y avait d’autres blessés avec moi. Mais là, ça va mieux. »

On peut présumer que le retour imminent de ces deux attaquants va grandement aider le Canadien, même s’il commence à se faire très tard dans cette course pour une place en séries. L’absence de Drouin, entre autres, a fait très mal : le CH avait une fiche de 11-5-3 avec lui en date du 15 novembre, et puis ensuite, le club a piqué du nez avec huit défaites de suite. Au total, c’est une fiche de 11-17-4 que la formation montréalaise a récolté en son absence.

« Ça fait longtemps que l’équipe n’a pas été en santé avec tout le monde, et justement, nous allons avoir besoin de tout le monde », a ajouté Brendan Gallagher, avec un peu d’optimisme dans la voix.

C’est peut-être un bon moment pour rappeler cette douloureuse statistique : selon le site spécialisé Sports Club Stats, les chances du Canadien en vue d’une place en séries ont chuté à 1,1 % lundi soir.

Des absents à l’entraînement

Il y avait plusieurs absents à l’entraînement du Canadien, mardi à Brossard. Ainsi, le gardien Carey Price a été excusé, préférant opter pour un entraînement hors glace. Deux attaquants, Max Domi et Artturi Lehkonen, ont sauté leur tour en raison d’un virus, alors que le défenseur Marco Scandella a profité du moment pour subir des traitements.