Un mois encore avant la date limite des échanges dans la LNH. On commence déjà à définir le camp des vendeurs et des acheteurs. C’est aussi la période de l’année où il faut rappeler aux équipes trop gourmandes d’éviter la cupidité.

Mathias Brunet Mathias Brunet
La Presse

Le 25 février l’an dernier, les Jets de Winnipeg cédaient aux Rangers de New York leur choix de première ronde et Brendan Lemieux pour obtenir le centre Kevin Hayes, l’un des joueurs de location les plus convoités sur le marché.

Les Jets avaient atteint la finale de l’Association de l’Ouest un an plus tôt. Ils occupaient le deuxième rang de la division Centrale, un point derrière les Predators de Nashville.

Hayes, croyaient-ils, demeurait le centre format géant capable de faire la différence et de permettre aux Jets, qui sait, d’atteindre la finale ou même de remporter la Coupe. Il avait 42 points en 51 matchs au moment de la transaction, de loin sa meilleure production en carrière.

La nouvelle acquisition des Jets n’a pas été très efficace en fin de saison et en séries éliminatoires. Hayes n’a même pas joué en moyenne 12 minutes par match en séries. Il a été limité à moins de 10 minutes lors de deux parties.

Winnipeg a perdu en six matchs aux mains des Blues en première ronde et quelques semaines plus tard, Hayes quittait le Manitoba pour signer un gargantuesque contrat à Philadelphie.

Les Jets ont finalement récupéré leur choix de première ronde. Mais ils ont dû céder l’un de leurs meilleurs défenseurs, Jacob Trouba. Au moins, ils ont pu récupérer un autre défenseur droitier, Neil Pionk, étonnant depuis son arrivée à Winnipeg.

Les Maple Leafs ont eux aussi cédé un choix de première ronde, et deux espoirs. Ils ont obtenu le défenseur Jake Muzzin en retour. Malheureusement, ils affrontaient les Bruins de Boston en première ronde. Les Kings de Los Angeles en ont profité pour repêcher le défenseur Tobias Bjornfot au 22e rang. Bjornfot connaît une bonne première saison dans la Ligue américaine à 18 ans. Muzzin, bientôt 31 ans, connaît une saison inférieure à ses standards offensivement, il a aussi été blessé. On parle néanmoins de lui offrir un nouveau contrat pour éviter son départ sur le marché des joueurs autonomes. Voyons aussi d’abord si Toronto pourra se faufiler en séries cette année.

PHOTO CHRISTOPHER KATSAROV, LA PRESSE CANADIENNE

Jake Muzzin

Une troisième équipe a cédé un choix de première ronde à la date limite des transactions ou quelques semaines auparavant : les Blue Jackets de Columbus.

Les Jackets ont payé cher pour Matt Duchene. Le premier choix a permis aux Sénateurs de repêcher au 19e rang Lassi Thomson, l’un des piliers en défense pour la Finlande au plus récent Championnat mondial junior.

Columbus a aussi cédé deux choix de deuxième ronde et Anthony Duclair pour obtenir Ryan Dzingel. Duchene a été productif en séries, Dzingel invisible, et Columbus a perdu en deuxième ronde après avoir surpris le Lightning au premier tour.

Les Blue Jackets étonnent cet hiver malgré la perte de Duchene, Dzingel, Sergei Bobrovsky et Artemi Panarin. Mais leur banque de choix et d’espoirs est à sec. Ils risquent d’en souffrir à moyen et long terme.

Duclair est en voie de marquer 36 buts cette saison. Pour Duchene et Dzingel, deux joueurs de location, les Sénateurs ont donc obtenu Duclair, Lassi Thomson, un choix de deuxième ronde en 2020, un choix de deuxième ronde en 2021 et deux espoirs de deuxième ordre.

PHOTO MARC DESROSIERS, USA TODAY SPORTS

Anthony Duclair

Les finalistes, les Bruins de Boston, ont été plus sages. Ils ont cédé le jeune Ryan Donato pour obtenir Charlie Coyle, mais celui-ci n’était pas un vieillard non plus et il comblait un vide important au centre. À 27 ans, il vient de s’engager à long terme avec le club. Marcus Johansson, un leader important, a coûté des choix de deuxième et quatrième rondes.

Les Blues de St. Louis ont donné un choix de première ronde l’an dernier, mais dans un contexte différent. Ryan O’Reilly n’était pas un joueur de location et la transaction a été effectuée au cours de l’été. Il avait 28 ans et un contrat valide pour encore cinq saisons. St. Louis a frôlé le désastre, mais connu une fin de rêve, avec en outre la gloire personnelle pour O’Reilly avec un trophée Conn-Smythe.

Les vendeurs se trompent rarement. Les acheteurs, oui. Les prochaines semaines nous en fourniront sans doute d’autres preuves.

À lire

Laurent Duvernay-Tardif, des Chiefs de Kansas City, est pris au coeur du tourbillon médiatique en marge du Super Bowl. Miguel Bujold est sur place à Miami et raconte.