Malgré les prétentions des joueurs du Canadien et de la direction, il n’y aura pas de course pour une place en séries ce printemps à Montréal. Mais la fin de saison s’annonce néanmoins passionnante, pour diverses raisons. Voici dix dossiers à surveiller de près d’ici avril.

Mathias Brunet Mathias Brunet
La Presse

Quels seront les trios au retour des blessés ?

PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

Jonathan Drouin et Brendan Gallagher

Une fois Jonathan Drouin et Brendan Gallagher de retour au jeu, et si Kovalchuk maintient le même rythme de croisière, l’attaque du Canadien n’est pas piquée des vers. Gallagher peut retrouver Phillip Danault et Tomas Tatar au sein du premier trio. Tatar s’achemine vers une saison de 71 points et Danault de 59 points. Après eux, on retrouve Max Domi, Nick Suzuki au centre et Kovalchuk. La présence de Drouin à la gauche de Jesperi Kotkaniemi et de Joel Armia donne enfin au jeune Finlandais un joueur explosif avec lui. Le CH aurait le luxe de rétrograder Artturi Lehkonen à droite (sa position la plus favorable) au sein d’un quatrième trio. Rares sont les attaquants en route vers une saison de 18 buts et 37 points à occuper cette place. À la gauche de Nate Thompson ? Ryan Poehling devant Nick Cousins, Jordan Weal et Dale Weise, ou dans les mineures pour le faire jouer à profusion ?

Ilya Kovalchuk quittera-t-il ?

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

Ilya Kovalchuk

Non seulement Kovalchuk a-t-il amassé huit points en autant de rencontres depuis son arrivée, mais il a déjà un rôle de leader et son enthousiasme est contagieux. Il n’a plus la vitesse des ses belles années, mais il parvient à compenser par son intelligence. Son tir demeure redoutable. À 36 ans, est-il tombé dans la même fontaine de jouvence que Jaromir Jagr ? L’avenir le dira. Si un DG est assez fou pour offrir un choix de première ronde, il faut l’échanger. Mais ça n’arrivera pas. Kovalchuk vaut-il plus pour le CH l’an prochain qu’un choix de troisième ou quatrième ronde ? Sans l’ombre d’un doute. S’il est ouvert à une prolongation de contrat, il faut le garder. S’il n’entend pas signer de contrat avant le 1er juillet, Marc Bergevin doit l’échanger.

La vente, à quel degré ?

PHOTO JAMES CAREY LAUDER, USA TODAY SPORTS

Jeff Petry et Tomas Tatar

Le Canadien se rangera assurément dans le camp des vendeurs d’ici la date limite des échanges. Outre Kovalchuk, Dale Weise, Nate Thompson et Marco Scandella deviendront joueurs autonomes sans compensation. Weise et Thompson ne rapporteront pas grand-chose. À ce compte, on voudra peut-être retenir Thompson dans son rôle de grand frère. Ou l’échanger pour mieux le ramener. Avec Scandella, Bergevin pourra sans doute récupérer son choix de quatrième ronde, ou un choix de troisième si un club a un gros vide en défense. Nick Cousins est joueur autonome avec compensation. Voilà un joueur interchangeable. Tomas Tatar et Jeff Petry sont souvent mentionnés dans les rumeurs, mais les échanger, surtout Petry, signifierait qu’on est prêt à s’affaiblir en prévision de l’an prochain. Pas sûr que la direction vise une autre exclusion des séries en 2020-2021…

Jesperi Kotkaniemi sauvera-t-il sa saison ?

PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

Jesperi Kotkaniemi

Le jeune homme a huit points en 35 matchs à sa fiche. Il en avait obtenu 34 à sa première saison. Certains sont déjà prêts à l’étiqueter choix raté. Il a seulement 19 ans. Au même âge, Leon Draisaitl amassait neuf points, dont deux buts, en 37 matchs avec le Oilers. Au même âge, Nick Suzuki connaissait un camp modeste avec le CH et était renvoyé dans les rangs juniors. Les deux premiers choix en 2019, Jack Hughes et Kaapo Kakko, n’atteindront probablement même pas son total de la première saison. Patience. L’arrivée de Drouin, ou de Domi, selon la formule privilégiée par les entraîneurs, aidera Kotkaniemi à produire davantage.

Alexander Romanov quittera-t-il la Russie ?

PHOTO DARRYL DYCK, LA PRESSE CANADIENNE

Alexander Romanov

Tous les indices tendent à le confirmer. Romanov, sacré défenseur par excellence lors des deux derniers Championnats mondiaux juniors, a déclaré en entrevue en Russie récemment qu’il n’est pas en quête du gros contrat à ce stade-ci de sa carrière. Le CSKA Moscou lui offrirait un pont d’or. En Amérique du Nord, les normes de la convention collective limiteraient son salaire. Tirez-en vos propres conclusions. S’il avait voulu rester en Russie et surtout acheter la paix avec le CSKA, son nouveau contrat serait probablement déjà signé. Il s’est déplacé à Montréal l’été dernier pour assister au camp de développement du CH même si son club russe lui a refusé le droit de chausser les patins. À moins d’un revirement de situation inattendu, Romanov devrait faire partie du top 6 du Canadien en défense la saison prochaine.

Cole Caufield déjà à Montréal ce printemps ?

PHOTO RYAN REMIORZ, LA PRESSE CANADIENNE

Cole Caufield

La performance timide de Caufield au plus récent Championnat mondial junior en a laissé plusieurs sur leur appétit. Il n’était pas utilisé de façon favorable par l’entraîneur, mais il n’a pas trouvé non plus le moyen d’épater celui-ci de façon à gagner du galon. Par contre, il s’est remis à marquer au même rythme à son retour au Wisconsin. Il domine toutes les recrues de la NCAA avec 26 points et 16 buts en seulement 24 matchs. Il est sixième au chapitre des buts dans la NCAA. Ceux qui le devancent ont entre 22 et 24 ans. Mais comme tout jeune joueur, son jeu reste à être poli. Il veut joindre le Canadien au plus vite. L’équipe décidera s’il vaut mieux le laisser un an de plus au Wisconsin, ou lui permettre de se développer chez les pros dès l’an prochain, à Laval ou à Montréal. La présence de Kovalchuk pourrait lui permettre de bénéficier d’une année supplémentaire pour gagner en maturité.

La loterie sera-t-elle favorable au Canadien ?

PHOTO PETR DAVID JOSEK, ASSOCIATED PRESS

Jamie Drysdale

Si le repêchage avait lieu aujourd’hui, le Canadien choisirait septième, avec 6,5% de chances de remporter la loterie, et 20% de chances de repêcher parmi le top 3. Mais avec une bonne fin de saison, le CH peut aisément remonter et s’éloigner du top 10 pour se situer entre le 11e et 13e rang. Le gagnant de la loterie intégrera sans doute Alexis Lafrenière à sa formation dès l’an prochain. Il faudra voir si les autres candidats au top 3, Quinton Byfield et Tim Stützle, pourront faire de même. Jamie Drysdale, un défenseur droitier moderne, demeure un candidat de choix, mais il risque d’être repêché dans le top 5. Montréal pourra mettre la main sur un espoir intéressant au septième ou huitième rang, Alexander Holtz, Cole Perfetti, Anton Lundell, Marco Rossi ou Dylan Holloway, selon les choix au préalable.

Les jeunes en renfort à Laval ?

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

Ryan Poehling

Le Rocket de Laval est enfin bien positionné en prévision des séries éliminatoires, même si son avance demeure fragile. Il a deux points d’avance sur les Marlies de Toronto au quatrième et dernier rang de sa division donnant accès aux séries, mais Toronto a deux matchs de plus à disputer. Laval est à cinq points du troisième rang avec un match de plus à jouer. Mais le Rocket a une fiche de 7-4-1 depuis le retour des réguliers. Ryan Poehling, Jesperi Kotkaniemi, Nick Suzuki et Cale Fleury peuvent tous être renvoyés dans les mineures sans être soumis au ballottage. Leur permettre de vivre l’expérience des séries éliminatoires, et qui sait de franchir plusieurs rondes, ne nuirait pas à leur développement. Mais il faut d’abord se qualifier…

Quel avenir pour la direction ?

PHOTO PAUL CHIASSON, LA PRESSE CANADIENNE

Claude Julien et Marc Bergevin

Avec une troisième exclusion consécutive de séries éliminatoires, une quatrième en cinq ans, il serait surprenant que tous les membres du personnel hockey s’en tirent indemnes. Il faudra trouver des coupables. Le plan de réinitialisation de Marc Bergevin est sur la bonne voie, mais celui-ci aura-t-il encore la confiance inconditionnelle du propriétaire ? Claude Julien a un dossier de 111-78-29 depuis son arrivée à Montréal. Globalement, c’est une fiche légèrement supérieure à ,500. On lui demande de faire jouer les jeunes dans un contexte de réinitialisation. Mais les résultats joueront-ils contre lui ? Il y a eu des blessures importantes cet hiver, mais d’autres clubs ont réussi à s’en tirer sans les blessures. Le CH n’a pas progressé par rapport à l’année précédente. Le bilan de fin de saison sera à suivre.

Quels sont les espoirs moins connus du CH ?

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE

Jesse Ylonen

À moins d’une surprise, Jesse Ylonen, Mattias Norlinder, Joni Ikonen et Jacob Olofsson resteront en Europe une autre saison l’an prochain. Tout comme Jordan Harris, Jayden Struble, Brett Stapley dans la NCAA. Le Canadien a plusieurs années avant de décider s’il offre un contrat aux joueurs des rangs collégiaux américains ou aux Européens. Par contre, il dispose de seulement deux ans pour mettre sous contrat les hockeyeurs juniors canadiens sans quoi ceux-ci sont libres de se soumettre à nouveau au repêchage. Cam Hillis, Allan McShane, Cole Fonstad et Samuel Houde, repêchés en 2018, entrent dans cette catégorie. L’équipe a une limite de 50 contrats. Montréal a 49 joueurs sous contrat à l’heure actuelle. Kinkaid, Peca, Weise, Folin et quelques autres ne seront pas retenus. D’autres s’ajouteront. Voyons si Marc Bergevin retiendra les quatre. Hillis est le plus prometteur. Il a relancé sa carrière dans les rangs juniors avec une saison de 61 points en 44 matchs. Mais aucun n’est considéré comme un espoir de premier plan.

À lire

La mort tragique de Kobe Bryant et de sa fille de 13 ans, Gianna Maria, secoue le monde. Alexandre Pratt relate le parcours de ce grand basketteur, ses grands moments, et ils sont nombreux, comme cet épisode sombre en 2003.