Malgré la déconfiture des Sharks cet hiver, le poste du directeur général Doug Wilson ne serait pas menacé.

Mathias Brunet Mathias Brunet
La Presse

« Nous sommes très déçus par la performance de l’équipe, mais Doug a un long historique de succès ici et il trouvé les moyens de relancer le club après une saison difficile en 2014-2015, a déclaré hier le propriétaire de l’équipe, Hasso Plattner, dans un communiqué. J’ai confiance en son plan. »

Plattner n’a pas complètement tort. Wilson a souvent trouvé le don de faire mentir ses détracteurs. Par contre, le contexte est fort différent cette année. Joe Pavelski, Brent Burns, Marc-Edouard Vlasic, Logan Couture avaient tous 30 ans ou moins. Joe Thornton et Patrick Marleau étaient encore dans la mi-trentaine. Tomas Hertl, repêché trois ans plus tôt, montrait de belles promesses. Les Sharks allaient profiter d’un premier choix avantageux en 2015 pour repêcher Timo Meier au neuvième rang.

La défense est vieillissante. Brent Burns aura 35 ans en mars. Vlasic aura 32 ans quelques semaines avant Burns. Karlsson aura 30 ans ce printemps. À trois, ils ont une fiche combinée de -49.

PHOTO JOSIE LEPE, ASSOCIATED PRESS

Brent Burns

Le capitaine Pavelski joue désormais pour les Stars de Dallas. Logan Couture, bientôt 31 ans, ne jouera probablement plus cette saison en raison d’une blessure.

Le noyau offensif n’est pas si mal avec Couture, Hertl, Meier et Evander Kane, mais le manque de profondeur et de relève en défense fait mal. Le gardien Martin Jones n’est pas à la hauteur non plus.

La marge de manœuvre de Wilson est mince. Il est coincé par le plafond salarial et le bassin d’espoirs a maigri de façon importante. Le pari Erik Karlsson risque de lui coûter cher. Il a échangé entre autres son choix de première ronde en 2017, Josh Norris, pour l’obtenir. Norris a 40 points en 42 matchs à sa première saison professionnelle dans la Ligue américaine.

L’autre choix de première ronde offert, en 2020, fait saliver les Sénateurs. En raison du plongeon de San Jose au classement, ce choix se situerait au sixième rang pour Ottawa, avec 9,5% de chances de remporter la loterie et 23% de chances de repêcher dans le top 3. Leur propre choix se trouve au quatrième rang pour l’instant.

Les Sharks avaient déjà échangé leur choix de première ronde en 2016 pour Martin Jones, leur choix de première ronde en 2017 (Norris) pour Karlsson, leur choix de première ronde en 2019 pour Evander Kane et celui de 2020 pour Karlsson.

Il leur reste un joueur choisi en première ronde depuis 2015, le défenseur Ryan Merkley, doué, certes, mais dont les frasques dans les rangs juniors ont défrayé les manchettes.

San Jose a repêché dix joueurs lors des deux dernières séances. En comparaison, le Canadien en a choisi 21. Les chances de dénicher des perles sont plus grandes. San Jose a six choix en juin, Montréal en a onze.

Les plus optimistes diront que Vlasic, Karlsson et Burns, les deux premiers surtout, ne sont pas si vieux pour des défenseurs. Que les deux premiers centres, Couture et Hertl, feraient l’envie de bien des clubs.

PHOTO STEPHEN R. SYLVANIE, USA TODAY SPORTS

Logan Couture et Tomas Hertl

Les Sharks ont aussi le don de dénicher des perles rares dans les rondes tardives. Le prochain s’appelle peut-être Joachim Blichfeld, un Danois repêché en septième ronde en 2016. Il a 21 ans et amassé 25 points en 28 matchs dans la Ligue américaine.

En attendant, Wilson a quelques éventuels joueurs autonomes sans compensation à vendre, Joe Thornton, Patrick Marleau, Melker Karlsson, Brendan Dillon, mais il n’obtiendra pas la lune en retour.

Malgré des années de succès, je ne parierais pas sur une finale de la Coupe Stanley pour les Sharks l’an prochain, comme ils l’ont fait en 2015. Mais si Wilson parvient à se dénicher un gardien potable et un entraîneur de qualité, il pourra sauver les meubles l’an prochain. Le talent ne manque pas à San Jose, même si les perspectives de succès à long terme ne sont pas réjouissantes.

À lire

Quelles statistiques ont le plus de valeur aux yeux des gardiens de but ? Guillaume Lefrançois a fait son enquête. La réponse la plus populaire est surprenante…