(Brossard) Le Canadien disputera samedi soir un dernier match avant une longue pause de huit jours sans partie. Il va sans dire que de partir en congé avec une victoire allégerait l’ambiance pour tout le monde dans l’organisation.

Simon-Olivier Lorange Simon-Olivier Lorange
La Presse

« C’est important de finir de la bonne façon », a résumé l’entraîneur-chef Claude Julien après l’entraînement matinal de son équipe.

Cette « bonne façon », cela équivaut grosso modo à reproduire ce qui a fait le succès du Tricolore jeudi à Philadelphie. La victoire de 4-1, signée avec panache, n’avait rien à voir avec l’atroce performance de la veille, qui s’était soldée par un revers de 4-1 face aux Blackhawks.

Julien a pointé la concentration – ou le manque de concentration – de ses troupes pour expliquer les résultats des deux derniers matchs. Il s’attend donc à une sortie exemplaire en soirée face aux Golden Knights, qui ont eux aussi gagné jeudi. Les chevaliers dorés s’apprêtent à disputer une deuxième rencontre sous les ordres du nouvel entraîneur Peter DeBoer, nommé à ce poste mercredi dernier.

Le succès du Canadien contre les Flyers, mais également contre les Sénateurs et contre les Flames samedi et lundi dernier, est largement attribuable au brio de Carey Price – c’est Charlie Lindgren qui a affronté les Hawks.

Price a stoppé 112 des 114 derniers lancés dirigés vers lui, ce qui représente un taux d’arrêt spectaculaire de, 982. D’ailleurs, cette séquence heureuse a donné un sérieux coup de barre dans les statistiques du numéro 31. Voilà maintenant son taux d’arrêt à, 909 pour la saison et sa moyenne de buts allouée à 2,82. On est encore loin des chiffres qui lui ont valu le trophée Vézina par le passé, mais l’amélioration avec les derniers mois est substantielle.

Cela n’a pas échappé à son entraîneur.

« Contre Philadelphie, Carey a fait de gros arrêts qui ont paru très simples, a dit Julien. Quand il est bon, tout semble facile. Quand il est dans sa zone, c’est ce qu’il fait. On espère que ça va continuer. »

C’est d’ailleurs Carey Price qui sera devant le filet du Canadien contre les Knights. Il affrontera Marc-André Fleury. La formation du Tricolore sera la même que celle qui a vaincu les Flyers. C’est donc dire que l’attaquant Jordan Weal et le défenseur Cale Fleury sauteront de nouveau leur tour.

Gallagher, jour 9

Les jours passent, mais le refrain ne change pas : Brendan Gallagher est toujours « au repos », aux prises avec des symptômes que l’équipe ne dévoile plus.

Gallagher est revenu au jeu le 9 janvier dernier contre les Oilers après avoir raté quatre rencontres en raison d’une commotion cérébrale subie le 31 décembre. Il ne s’est plus entraîné depuis. Que l’on sache, il n’a même pas patiné. Ce samedi marque la neuvième journée de repos de suite dans son cas. Au lendemain du match contre les Oilers, Claude Julien avait fait état de « maux de tête », possiblement attribuables à un « virus ».

PHOTO FRANÇOIS ROY, ARCHIVES LA PRESSE

Brendan Gallagher

Il y a trois jours, avant l’affrontement contre les Blackhawks, l’entraîneur a dit que les maux de tête avaient disparu, mais que l’équipe ne pouvait toujours pas confirmer si, oui ou non, les symptômes ressentis par Gallagher pointaient vers un diagnostic de commotion.

Samedi, Julien a indiqué que son joueur « continue à s’améliorer ».

Il a semblé particulièrement agacé lorsque La Presse lui a demandé de quoi souffrait le meilleur buteur des deux dernières saisons chez le Canadien.

« Prochaine question, s’il vous plaît », a rétorqué l’entraîneur en se tournant vers les autres journalistes.

Lorsqu’on lui a fait remarquer que c’était la neuvième journée sans réponse à ce sujet, Julien a répété que Gallagher « n’est pas de retour » avant de répondre à une question sur le jeu robuste des Golden Knights.

Les deux autres blessés de l’équipe, Jonathan Drouin et Paul Byron, ont patiné ensemble après l’entraînement régulier de leurs coéquipiers. Vêtu de son équipement complet, Drouin, qui soigne toujours une déchirure ligamentaire au poignet gauche, se prête à des exercices de patinage à haute intensité et effectue des lancers depuis quelques jours déjà. On ignore toutefois s’il sera prêt à revenir au jeu au retour du congé, le lundi 27 janvier, contre les Capitals de Washington.

Quant à Byron, blessé au genou, il a simplement patiné à basse intensité dans un survêtement de sport. Son retour apparaît tout sauf imminent.