Même la Coupe des bonnes actions doit s’adapter à la pandémie. Pour cette cinquième édition, ce sont donc les idées qui seront recherchées.

Frédérick Duchesneau Frédérick Duchesneau
La Presse

Qu’est-ce que la Coupe des bonnes actions ? « C’est un programme qui amène les jeunes à comprendre l’importance de faire du bénévolat, de s’impliquer dans leur communauté, en donnant de leur temps pour trouver une action qui aidera un groupe ou une personne dans le besoin », résume Caroline Ouellette, quadruple médaillée d’or olympique et ambassadrice du mouvement depuis ses débuts.

Le programme s’adresse aux équipes de hockey mineur de l’ensemble du Canada. Pour maximiser les retombées, on a élargi la participation aux formations de moins de 11 ans, 13 ans et 15 ans cette année.

Quelques exemples concrets d’actions énumérés par Caroline Ouellette : préparer une campagne de financement virtuelle pour un organisme de bienfaisance, trouver une façon d’obtenir plus d’équipement de protection dans le système de santé ou écrire des cartes de souhaits pour des centres de personnes âgées. Autre exemple, d’une année passée : une équipe avait organisé une campagne de financement pour un enfant malade.

En cette période particulière, les actions sur le terrain, en personne, deviennent quasi impossibles. C’est pourquoi les idées seront valorisées cette année. Mais pourquoi ne pas faire d’une pierre deux coups avec une initiative réalisable virtuellement ?

« Ça pourrait être une équipe championne parce qu’en plus de penser à une idée, elle aurait trouvé une façon de la mettre en branle de façon sécuritaire. Donc, j’invite les gens à être créatifs. Parce qu’on recherche l’idée qui va avoir le plus d’impact possible dans la communauté. »

Comment ça marche ?

Les équipes participantes peuvent soumettre plusieurs suggestions. Pour ce faire, elles doivent tweeter une vidéo de 30 secondes qui explique l’idée qui pourrait avoir un impact dans la communauté, en identifiant Chevrolet Canada et en incluant le mot-clic #CoupedesBonnesActions.

Lisez toutes les informations nécessaires

Les vidéos seront acceptées jusqu’au 28 janvier. Les 11 finalistes régionaux – un par province et un pour les territoires – seront choisis par un comité, dont fait partie Caroline Ouellette, et annoncés le 13 février.

Ensuite, tout le pays pourra voter pour son équipe – à raison d’une fois par jour maximum – du 14 au 23 février.

L’équipe gagnante sera annoncée en mars.

Les finalistes régionaux recevront chacun 2000 $ à remettre à leur cause. Puis, pour le top 3 national, ce sera 5000 $. Finalement, l’équipe gagnante recevra… 100 000 $ pour son organisme de bienfaisance. Et son nom sera gravé sur la Coupe des bonnes actions.

« J’ai eu la chance de célébrer avec les quatre équipes championnes dans le passé et j’ai vu l’impact que leurs gestes ont eu autour d’eux, raconte l’ex-hockeyeuse. Et pour les joueurs, la reconnaissance qu’ils reçoivent à travers le pays est quelque chose de très spécial. Dans leur jeune existence, c’est souvent la plus belle journée de leur vie de remporter la Coupe, célébrer ensemble et réaliser ce qu’ils ont accompli. »

Certaines équipes ont même décidé de poursuivre cette action communautaire dans les années ayant suivi leur participation au concours.

Pour chaque idée diffusée sur Twitter, Chevrolet fera par ailleurs un don de 50 $ au nouveau fonds d’aide de la Fondation Hockey Canada – dans lequel est impliquée, entre autres, Marie-Philip Poulin –, jusqu’à concurrence de 75 000 $. Cet argent sera utilisé par le fonds pour subventionner des familles ayant des difficultés financières, en leur prêtant main-forte pour le paiement des inscriptions ou l’achat d’équipement nécessaire pour les enfants.

Consultez le site du fonds d’aide

« Ç'a toujours été un peu une de mes missions de garder le hockey accessible, aussi, indique Caroline Ouellette. Et d’offrir des opportunités pour les jeunes filles d’essayer et de tomber en amour avec le hockey. »