À l’époque où il aurait pu participer au Championnat mondial de hockey junior avec l’équipe américaine, Jeff Petry n’a même pas été considéré par les dirigeants de cette formation.

Mathias Brunet Mathias Brunet
La Presse

Le défenseur du Canadien jouait encore à Des Moines, dans l’USHL, le circuit junior américain, après avoir été repêché en deuxième ronde par les Oilers d’Edmonton en 2006.

Petry était même loin sur la liste des espoirs des Oilers. En août 2006, un site l’avait classé au 13e rang, derrière les défenseurs Ladislav Smid, Matt Greene, Taylor Chorney et Tom Gilbert. Les attaquants Rob Schremp et Marc-Antoine Pouliot, des choix de première ronde, figuraient dans le top 4.

La défense américaine lors du Championnat mondial junior 2007 était constituée de Jack Johnson, troisième choix au total en 2005, Erik Johnson, premier choix en 2006, de Taylor Chorney justement, Jamie McBain, Brian Lee, Kyle Lawson et Sean Zimmerman.

Ces deux derniers n’ont pas disputé le moindre match dans la LNH. Lee, neuvième choix au total par les Sénateurs en 2005, devant Anze Kopitar, est devenu un flop. Chorney et McBain ont aussi été des défenseurs marginaux.

Seuls les deux Johnson ont connu une carrière intéressante, mais Petry les a coiffés au final. Jack Johnson a vu son contrat racheté par les Penguins cet été et Erik Johnson n’a pas atteint la marque des 30 points depuis 2014.

Petry a progressé à son rythme. Il a atteint la LNH à 23 ans, après trois saisons dans la NCAA et une demi-saison dans la Ligue américaine. Il vient de connaitre trois années consécutives de 40 points ou plus avec le Canadien.

Comme quoi le passage au Championnat mondial junior n’est pas obligé pour réussir sa carrière dans la Ligue nationale de hockey.

Quelques autres joueurs actuels du CH n’ont jamais eu le privilège de participer à ce prestigieux tournoi. Tyler Toffoli n’a pas été invité au camp d’entraînement de l’équipe canadienne à 18 ans, mais il a eu sa chance l’année suivante. Il venait, après tout, de connaitre une saison de 108 points, dont 57 buts, en seulement 68 matchs à Ottawa dans la Ligue junior majeure de l’Ontario.

Ça n’a pas suffi. Toffoli a fait partie des derniers joueurs retranchés avec, entre autres, un certain Phillip Danault. Celui-ci avait un an de moins cependant et allait représenter son pays un an plus tard, dans un rôle de soutien.

Sans surprise, on lui avait préféré à Mark Scheifele, Jonathan Huberdeau, Mark Stone, Ryan Strome et Brendan Gallagher, mais aussi Michaël Bournival, Freddie Hamilton, Quinton Howden et Devante Smith-Pelley.

Paul Byron n’a pas été chanceux. Il venait de connaitre des séries éliminatoires extraordinaires en 2008 avec les Olympiques de Gatineau : 32 points, dont 21 buts, en seulement 19 matchs. Son entraîneur chez les Olympiques, Benoit Groulx, dirigeait aussi la formation junior canadienne et l’avait invité au camp estival.

Mais Groulx a accepté un poste dans la Ligue américaine en août et Pat Quinn l’a remplacé. Byron n’a même pas été invité au camp d’entraînement en décembre. Une amère déception pour l’attaquant du Canadien puisque le tournoi avait lieu chez lui, à Ottawa, cette année-là.

Même si on lui a préféré des attaquants devenus plus obscurs par la suite, comme Chris DiDomenico, Dana Tyrell, Brett Sonne, Stefan Della Rovere, Patrice Cormier et Angelo Esposito, le Canada a remporté l’or.

Trois autres défenseurs du CH ont été exclus de ce tournoi : Ben Chiarot, Joel Edmundson et Brett Kulak. Chiarot et Edmundson étaient des défenseurs résolument défensifs dans les rangs juniors aussi et comme la plupart des défenseurs corpulents, ils ont progressé lentement mais sûrement. Edmundson a atteint la LNH à 22 ans, Chiarot à 24 ans. Chiarot a même été renvoyé dans l’ECHL pour 24 matchs à sa première saison professionnelle. Kulak s’est développé lui aussi sur le tard. Il a disputé sa première saison complète dans la LNH chez les Flames à l’aube de ses 24 ans.

Parmi ce groupe, Jesperi Kotkaniemi aurait pris part à ce tournoi s’il avait été libéré par le Canadien à ses deux premières saisons professionnelles.

Joel Armia a été l’un des joueurs du Canadien les plus prolifiques à ce Championnat mondial. À sa dernière présence, en 2013, il a amassé 12 points, dont 6 buts, en 6 matchs, un sommet pour l’équipe de la Finlande, devant Teuvo Teravainen et Aleksander Barkov. Armia était toutefois plus vieux que les deux autres.

Il ne faut pas toujours se fier aux performances dans ce tournoi, ni écarter ceux qui n’y sont pas…

À LIRE

Pierre Lacroix n’a pas seulement acquis Patrick Roy au Colorado. Il l’a rassuré lorsque celui-ci a connu un départ difficile avec sa nouvelle équipe. L’ancien gardien du Canadien a rendu hommage à son ancien agent et DG, lundi. Les détails de Guillaume Lefrançois.