Trois jours après avoir été retranché par Équipe Canada, Samuel Poulin admet que la pilule a été dure à avaler. Le capitaine du Phoenix a laissé la poussière retomber quelque peu avant de commenter le sort que lui a réservé l’état-major de l’équipe et admet ne pas avoir encore assimilé tout ce qui s’est passé dans les derniers jours.

La Tribune

« J’ai trouvé ça difficile quand j’ai revu mon monde, a indiqué Samuel Poulin lorsque rejoint par La Tribune lundi matin. Tout s’est passé très vite. Le personnel a cogné à ma porte de chambre d’hôtel vendredi matin et on m’a ensuite annoncé la nouvelle. Environ 15 minutes plus tard, je me retrouvais déjà dans l’autobus en direction de l’aéroport de Calgary et ensuite, j’atterrissais à Montréal pour retrouver ma famille et ma copine. Je n’ai pas vraiment eu le temps d’avaler la pilule encore. »

> Lisez le texte complet sur le site de La Tribune