Tomas Tatar n’est pas encore rentré à Montréal, mais il se prépare à le faire… même s’il ne connaît pas la date de son départ.

Richard Labbé Richard Labbé
La Presse

Comme une majorité de joueurs de la LNH et du Canadien, l’attaquant chevronné se tient prêt à l’éventualité d’un retour au jeu. Selon les informations qui circulent, la plupart des équipes pourraient amorcer leur camp d’entraînement sous peu, au début du mois de janvier, avec un retour dans les arénas prévu pour le milieu du mois afin d’amorcer la prochaine saison.

« Nous sommes encore dans l’attente d’un feu vert à ce sujet, a expliqué Tatar lors d’une conférence vidéo jeudi midi. J’essaie de me tenir prêt et je prends part à des appels à ce sujet avec mes coéquipiers. J’aimerais pouvoir revenir à Montréal le plus vite possible et on travaille là-dessus en ce moment. »

Au cours des dernières semaines, le joueur de 30 ans a pu s’entraîner dans la région de Bratislava en Slovaquie, et c’est pourquoi il estime qu’il sera fin prêt lorsqu’il recevra le signal de départ. « J’ai mon gym à la maison et j’ai pu aller patiner sur une glace par ici avec l’aide de la ville… alors je serai prêt », estime-t-il.

Le quotidien de Tatar est un peu le même que le quotidien de tous les autres joueurs de la ligue : il attend. Il sait que le Canadien aura un nouvel environnement en 2020-2021, une nouvelle division toute canadienne qui fera en sorte que le calendrier sera bien différent cette fois-ci.

« Nous n’avons pas vraiment le choix, n’est-ce pas ? Avec la frontière qui est fermée, nous allons devoir prendre ce que la ligue veut bien nous donner. Mais je pense que la création d’une division canadienne va mener à du hockey très intense. Je crois que ça va être excitant pour nous, mais aussi pour les partisans. »

« Le début de saison sera le même pour tout le monde, pour toutes les équipes. Après une aussi longue pause, c’est certain que ce sera un défi de retourner sur la glace pour des entraînements et des matchs. Aussi, nous allons devoir disputer un bon nombre de matchs en peu de temps, alors oui, il y aura des défis, mais je suis confiant en notre équipe, je ne doute pas que notre saison pourra être meilleure que la dernière. »

Bien évidemment, Tomas Tatar écoulera cette fois-ci la dernière année d’un contrat de quatre saisons pour 21,2 millions de dollars, amorcé chez les Red Wings de Detroit. Il assure que ça ne l’inquiète guère et qu’il laisse tout ça entre les mains de la providence.

« Je n’y ai pas vraiment pensé… Je vais tout donner pour que l’équipe puisse atteindre ses buts, et je laisse le reste à mon agent. Je ne vais pas m’impliquer là-dedans, j’aime mieux me concentrer sur mon jeu. »

Par ailleurs, Tatar a profité de la conférence vidéo de jeudi midi pour annoncer publiquement son association avec le Repaire jeunesse Dawson Boys and Girls, pour venir en aide aux enfants et familles du Repaire. À cette fin, il a lancé une collecte de fonds, avec une vente de t-shirts spéciaux et aussi en offrant de produire des vidéos de souhaits personnalisés. Les revenus provenant de ces deux initiatives seront remis entièrement au Repaire jeunesse Dawson de Verdun.

Pour acheter les t-shirts de Tomas Tatar.

Pour les vidéos de souhaits.