Au moment de l’entrevue, il se trouvait à Rimouski parce qu’il ne pouvait pas assister aux matchs disputés au Centre Vidéotron, à Québec, pourtant situé à quelques minutes de chez lui. Le lendemain, il devait prendre le traversier pour Baie-Comeau, afin d’observer une autre rencontre, mais des bris au navire moteur F.-A.-Gauthier l’ont forcé à faire un détour… par Québec pour se rendre sur la Côte-Nord. Bienvenue dans la nouvelle réalité des dépisteurs québécois de la Ligue nationale de hockey !

Le Soleil

L’émoticône du bonhomme qui se cache les yeux avec les mains comme s’il n’en revenait pas apparaît dans les messages textes qu’on échangeait, ce jour-là, avec Jérôme Mésonéro, dépisteur de l’Avalanche du Colorado basé à Lévis.

> Lisez l'article complet sur le site internet du Soleil