La date du retour au jeu dans la LNH demeure inconnue, mais parmi les entraîneurs du Canadien, ils sont plusieurs à avoir très hâte de retourner au Centre Bell.

Richard Labbé Richard Labbé
La Presse

« Je commencerais demain matin ! a répondu l’adjoint Dominique Ducharme lors d’une conférence de presse par vidéo, lundi. J’ai parlé à certains de nos joueurs déjà, ils ont hâte eux aussi. Les joueurs ont hâte, les partisans ont hâte, mais on n’a toujours pas reçu le signal. »

Et c’est bien le problème dans l’immédiat : dans les cercles de la LNH, on continue de chuchoter que la date de retour prévue demeure le 1er janvier, mais il faut admettre que le temps commence à presser afin de pouvoir y arriver. Des joueurs d’Europe ne sont même pas encore ici pour le moment.

En citant les hauts et les bas vécus par les équipes de la NFL en temps de pandémie, Ducharme comprend que la prochaine saison de hockey ne sera pas comme les autres.

« On n’a pas discuté pour le moment de la marche à suivre, mais ce qui se passe dans les autres ligues peut nous servir, a-t-il ajouté. Il va falloir regarder tout ça de près et avoir un plan au retour. Il va falloir trouver des façons pour essayer de protéger notre équipe. »

« Pas de grands changements »

Pour l’heure, Ducharme et le groupe d’entraîneurs du Canadien tentent tout simplement de préparer 2020-2021 sans trop savoir de quoi la saison sera faite. Ce que l’on sait, en tout cas, c’est que le Canadien pourra miser sur quelques nouveaux visages, entre autres les attaquants Josh Anderson et Tyler Toffoli, mais le style de jeu du club ne devrait pas tellement changer pour autant.

« Il n’y aura pas de grands changements, a expliqué Ducharme. C’est difficile de savoir si ce sera une saison écourtée, mais ça va prendre des résultats rapides, alors on n’aura pas le temps de tenter de grandes expériences. »

Ducharme a toutefois reconnu que l’arrivée d’Anderson et de Toffoli va permettre aux entraîneurs d’apporter un peu plus de piquant aux stratégies offensives du club.

« Ça amène de la variété, a-t-il ajouté, parce que ce sont des joueurs un peu différents de ceux qui sont déjà en place avec l’équipe. Que ce soit par leur physique ou la propension de Toffoli à pouvoir marquer des buts. Je ne crois pas qu’on va tout changer non plus offensivement, mais je crois que ce sont des outils qui vont nous permettre de pouvoir présenter un nouveau regard en attaque. »