La perspective d’une division canadienne devient de plus en plus probable pour la prochaine saison de la LNH. Voyons où en sont les éventuels adversaires du Canadien depuis la fin des activités. Après les Canucks de Vancouver, les Oilers d’Edmonton, les Flames de Calgary, les Jets de Winnipeg et les Maple Leafs de Toronto, on termine avec les Sénateurs d’Ottawa.

Mathias Brunet Mathias Brunet
La Presse

Il faudra s’armer de patience à Ottawa. La reconstruction s’avère fort intéressante, mais à moins d’une surprise de taille, les Sénateurs ne lutteront pas pour une place en séries cette saison.

Pour l’heure, Josh Norris et Colin White constituent les deux premiers centres de l’équipe. Norris, 21 ans, vient de connaitre une formidable saison dans la Ligue américaine avec 61 points en 56 matchs, mais il n’a pas encore disputé son premier match dans la LNH.

White, 23 ans, premier choix des Sénateurs en 2015, a régressé l’an dernier. Il a obtenu 23 points, dont 7 buts, en 61 matchs, après une saison de 41 points l’année précédente.

Il sera intéressant de voir où sera placé le premier choix en 2020, troisième au total, Tim Stützle. Cet Allemand de 18 ans jouait à l’aile à Mannheim, mais il peut aussi jouer au centre. Malgré son immense talent, il demeure un très jeune joueur. Le premier choix au total en 2019, Jack Hughes, a amassé 21 points en 61 matchs à sa première saison au New Jersey l’an dernier et le second, Kaapo Kakko, seulement 23 en 66 rencontres.

La nouvelle acquisition de l’équipe, l’ailier droit Evgeni Dadonov, devrait permettre aux Sénateurs d’avoir un premier trio potable, avec, à gauche, le jeune attaquant de puissance Brady Tkachuk.

Les jeunes Drake Batherson, Alex Formenton, Logan Brown et Vitaly Abramov auront la chance d’obtenir un poste pour combler les départs d’Anthony Duclair, Tyler Ennis, Bobby Ryan, et aussi Vladislav Namestnikov et Jean-Gabriel Pageau (échangés à la date limite des transactions). Alex Galchenyuk, embauché à rabais, comblera l’un de ces postes.

En défense, Thomas Chabot et Nikita Zaitsev formeront sans doute encore la première paire. Le jeune Erik Brannstrom, obtenu en retour de Mark Stone en 2019, devrait recevoir une promotion dans la LNH après une saison de 23 points en 25 matchs dans la Ligue américaine. Ce défenseur offensif a obtenu six points en sept matchs depuis le début de la saison dans la Ligue nationale suisse.

Josh Brown, Erik Gudbranson, Mike Reilly et Christian Wolanin combleront les vides en attendant le développement des espoirs Lassi Thomson, Jake Sanderson, cinquième choix au total en 2020, et Jacob Bernard-Docker.

Le DG Pierre Dorion a trouvé un remplaçant à Craig Anderson lors de la morte saison. Matt Murray, 26 ans, deux fois gagnant de la Coupe Stanley à Pittsburgh, a été obtenu pour un espoir, Jonathan Gruden, et un choix de deuxième ronde. On l’a retenu à Ottawa pour longtemps avec une prolongation de contrat de 25 millions pour quatre ans.

PHOTO NICK WASS, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Matt Murray

On a été extrêmement généreux envers lui. Murray vient de connaître sa pire saison en carrière et il a perdu son poste de numéro un chez les Penguins aux mains de Tristan Jarry. Son taux d’arrêts se situait à ,899 la saison dernière. Son taux d’arrêts sur les tirs dangereux a chuté de ,855 en 2018-2019 à .815.

Depuis trois ans, il n’a pas affiché une moyenne de buts alloués inférieure à 2,69. Murray ne sera pas mieux protégé à Ottawa. Les Penguins se classaient au 12e rang au chapitre des buts accordés par match l’an dernier, et les Sénateurs au 30e. Pittsburgh venait en 10e place pour l’efficacité en infériorité numérique, Ottawa à la 26e.

Les Sénateurs feront peut-être illusion en début de saison, mais ils devraient frapper le mur éventuellement. Les partisans de l’équipe peuvent néanmoins se consoler, l’avenir est prometteur dans la capitale nationale !

À LIRE

Seul Canadien au Tour de France, Hugo Houle conteste avec virulence la vision de Cyclisme Canada. Et il n’est pas à court d’arguments. Notre ami Simon Drouin raconte.