La perspective d’une division canadienne devient de plus en plus probable durant la prochaine saison de la LNH. Voyons où en sont les éventuels adversaires du Canadien depuis la fin des activités. Après les Canucks de Vancouver vendredi, voici la première des deux équipes albertaines, les Oilers d’Edmonton.

Mathias Brunet Mathias Brunet
La Presse

En dépit des critiques et des fausses perceptions, les Oilers ont constitué la meilleure équipe canadienne en saison régulière avec une fiche de 37-25-9, deux points de plus que les Maple Leafs de Toronto.

Le directeur général Ken Holland et l’entraîneur Dave Tippett ont mis de l’ordre dans cette organisation. Leon Draisaitl et Connor McDavid ont 25 et 23 ans et ils sont de mieux en mieux entourés.

L’ailier droit Kailer Yamamoto, 22 ans, a émergé après son rappel des mineures avec 26 points en 27 matchs. Quatrième choix au total en 2016, Jesse Puljujärvi vient de rentrer au bercail après une « grève » en Finlande. Il y a amassé 53 points en 56 matchs à Karpat.

L’embauche à coût modique d’un troisième centre, Kyle Turris, permettra de garder Ryan Nugent-Hopkins à la gauche d’un trio offensif. Il vient de connaitre à 27 ans sa meilleure saison en carrière avec 65 points en 69 matchs, 77 points au pro rata d’une saison complète. Dominik Kahun, embauché comme joueur autonome, amènera lui aussi de la profondeur aux ailes.

Les Oilers ne pourront compter sur leur défenseur offensif Oscar Klefbom cet hiver en raison d’une (autre) blessure à l’épaule, mais Edmonton n’est plus à court de relève en défense.

Darnell Nurse et Ethan Bear ont fait des pas de géant la saison dernière. Nurse a joué plus de 24 minutes par match en séries. Bear a solidifié sa place au sein du top quatre. Adam Larsson demeure un défenseur défensif de premier plan, et Tyson Barrie vient de se joindre à l’équipe à titre de joueur autonome sans compensation.

Deux choix de première ronde repêchés dans le top dix, Evan Bouchard et Philip Broberg, cognent à la porte. Bouchard, un défenseur droitier de 21 ans, a 14 points en 18 matchs à Sodertalje, en deuxième division suédoise, en attendant la reprise des activités. Caleb Jones, le frère de Seth, a aussi bien progressé l’hiver dernier à Edmonton. Il sera sans doute l’heureux élu pour remplacer Klefbom au sein du top quatre.

Ken Holland n’a toutefois pas déniché de gardien de premier plan. Il a retenu Mike Smith, qui fera encore duo avec le nouveau numéro un Mikko Koskinen.

Ce gardien finlandais de 32 ans n’a pas été vilain l’an dernier avec une moyenne de 2,75 et un taux d’arrêts de .917, des statistiques nettement inférieures à la saison précédente.

Koskinen a été bien servi par le style de l’entraîneur Dave Tippett, très rigoureux dans sa façon d’appliquer des systèmes de jeu défensifs efficaces. La moyenne de buts alloués est passée de 3,27 en 2018-2019 à 3,03 en 2019-2020 avec l’arrivée de Tippett. Les Oilers ont accordé en moyenne deux fois moins de buts en infériorité numérique cette saison !

En raison de la présence de McDavid et Draisaitl, de jeunes joueurs de talent pour renforcer les ailes et placer Zack Kassian, James Neal et Alex Chiasson dans des chaises mieux adaptées et aussi, surtout, de la relève en défense, les Oilers ne devraient pas régresser cet hiver, malgré une contre-performance lors du tour préliminaire contre les Blackhawks de Chicago.

À LIRE

Sur un ton badin, Richard Labbé et Simon-Olivier Lorange discutent de l’éventualité de voir naître une division canadienne. Une lecture divertissante !