Si la relève en défense se développe bien, le Canadien pourrait se retrouver avec une abondance de défenseurs dans deux ou trois ans.

Mathias Brunet Mathias Brunet
La Presse

On évoque souvent les noms de Romanov, Harris, Norlinder, Guhle et Struble, mais Weber, Petry, Chiarot et Edmundson sont sous contrat pour encore plusieurs années, et les défenseurs Cale Fleury, Victor Mete, Noah Juulsen et Josh Brook n’ont sans doute pas dit leur dernier mot.

Advenant un scénario optimiste, Marc Bergevin devra manœuvrer avec doigté pour maximiser ses actifs. L’histoire récente de la LNH nous apprend une chose importante : une abondance de bons jeunes défenseurs peut avoir des effets pervers.

On peut en effet avoir tendance à sous-estimer la valeur de nos jeunes défenseurs lorsqu’on a les mains pleines. Prenons l’exemple des Predators de Nashville et des Ducks d’Anaheim.

En 2016, Nashville comptait dans son organisation Roman Josi, Shea Weber, Ryan Ellis, Mattias Ekholm et Seth Jones. Le club a ensuite repêché Dante Fabbro et Samuel Girard.

Mais il manquait aussi cruellement de centres à cette équipe. Jones, quatrième choix au total en 2013, a été sacrifié pour obtenir Ryan Johansen, des Blue Jackets de Columbus. Celui-ci a comblé un vide important. Mais à sa meilleure saison à Nashville, cet attaquant de 28 ans a obtenu 64 points. Il en a amassé seulement 36 en 68 matchs l’hiver dernier.

Jones, 26 ans, est désormais considéré comme l’un des cinq meilleurs défenseurs de la LNH.

Deux ans plus tard, Girard était envoyé à l’Avalanche du Colorado pour obtenir un autre centre, Kyle Turris. L’échange n’a pas trop fait souffrir le directeur général David Poile sur le coup parce que l’équipe regorgeait encore de bons défenseurs.

À 22 ans, Girard a été le joueur le plus utilisé au Colorado cette année. On vient de racheter le contrat de Turris.

P. K. Subban, obtenu contre Shea Weber en juin 2016, a été le suivant. On s’en est débarrassé contre deux choix de deuxième tour (2019, 2020) et deux défenseurs, Steven Santini et le Montréalais Jeremy Davies. On voulait réduire la masse salariale de l’équipe afin d’offrir un alléchant contrat à Matt Duchene.

Nashville a encore une bonne défense, grâce entre autres à l’émergence de Fabbro. Mais en fin de compte, l’équipe a perdu P.K. Subban, Samuel Girard et Seth Jones, pour obtenir Johansen et Duchene. Les deux ont amassé moins de points que Phillip Danault et Max Domi l’an dernier. Le recruteur des Predators Jean-Philippe Glaude souligne toutefois que le choix de deuxième tour obtenu dans la transaction de Subban a servi dans l’offre (avec le centre Nick Bonino et un choix de troisième tour) pour obtenir Luke Kunin. Davies est toujours dans la Ligue américaine.

Anaheim se trouvait dans une situation semblable il y a quelques années. Les Ducks comptaient dans leur formation Cam Fowler, Hampus Lindholm, Sami Vatanen, Shea Theodore, Josh Manson, Kevin Bieksa et Brandon Montour à la fin de la saison 2017. Jacob Larsson et Marcus Pettersson venaient d’être repêchés par le brillant recruteur en chef, Martin Madden fils.

Le repêchage de l’élargissement des cadres a posé un premier problème, il faut l’admettre. Les Ducks ont par contre choisi le mauvais joueur à sacrifier, Shea Theodore, devenu depuis l’un des meilleurs défenseurs de la LNH. Theodore, 25 ans, a amassé 46 points l’an dernier à Vegas.

Vatanen a été échangé en novembre 2017 pour combler un vide au centre. Le directeur général Bob Murray a obtenu en retour Adam Henrique, un attaquant intéressant, mais dont la meilleure production en carrière, 51 points, remonte à sa première année complète dans la LNH. Pas une vilaine transaction, mais elle contribuait à l’exode de défenseurs.

Pour améliorer l’attaque, Murray a ensuite échangé, en décembre 2018, le jeune Marcus Pettersson aux Penguins contre un autre jeune, Daniel Sprong. Deux ans plus tard, Pettersson, 24 ans, est devenu un membre indispensable du deuxième duo de défenseurs à Pittsburgh avec John Marino. Ça n’a pas fonctionné pour Sprong à Anaheim. En février, il a été échangé contre Christian Djoos, un défenseur de soutien de 26 ans. Djoos a passé presque tout l’hiver dans la Ligue américaine.

En février 2019, au tour de Brandon Montour de partir. Murray, cette fois, a acquis un choix de premier tour en 2019 des Sabres de Buffalo en retour de son défenseur. Anaheim regorgeait encore de bons défenseurs.

Mais ce choix appartenait au préalable à St. Louis et les Ducks ont pu repêcher au 29e rang seulement. Ils ont opté pour un ailier, Brayden Stacey, dont la production a néanmoins chuté de 81 à 61 points l’hiver dernier dans la Ligue junior de l’Ouest, en une dizaine de matchs de moins. Il avait pourtant obtenu 22 points à ses 13 premiers matchs.

Depuis 2017, Anaheim a donc perdu Shea Theodore, Sami Vatanen, Brandon Montour et Marcus Pettersson pour obtenir le centre de deuxième trio Adam Henrique, un défenseur de soutien, Christian Djoos, et un espoir à l’aile gauche, Brayden Stacey.

Pour combler un vide au sein de leur top 4, les Ducks ont embauché Kevin Shattenkirk sur le marché des joueurs autonomes. Ils viennent aussi de mettre sous contrat un défenseur de bientôt 31 ans, Kodie Curran, qui dominait dans la Ligue d’élite suédoise (SEL) depuis deux ans après avoir échoué dans sa tentative de s’établir dans la Ligue américaine au milieu de la vingtaine.

À Marc Bergevin maintenant de manœuvrer de façon intelligente et éviter de voir ses actifs s’envoler en fumée comme ce fut le cas à Anaheim et Nashville…

À LIRE

Josh Brook vient d’être prêté à un club allemand par le Canadien. Ça ne pourra faire de tort au jeune homme, mais celui-ci vient loin dans la hiérarchie de défenseurs du club.

À lire également, l’histoire de ce Québécois, Enock Makonzo, un ancien des Spartiates du Vieux-Montréal, au cœur des succès de cette surprenante équipe de football de la NCAA, l’Université Costal Carolina. Miguel Bujold lui a parlé.