(Détroit) Anthony Mantha a confiance de voir les Red Wings de Detroit revenir parmi les bonnes équipes de la LNH au cours des prochaines années, suffisamment pour s’engager avec eux pour les quatre prochaines campagnes.

La Presse Canadienne

Manta, qui était joueur autonome avec compensation, a signé mardi un contrat de quatre saisons qui lui rapportera un salaire moyen annuel de 5,7 millions US.

« La reconstruction est entamée depuis deux ou trois ans. Je pense que nous pourrions devenir compétitifs d’ici deux ou trois ans », a déclaré Mantha en visioconférence.

Mantha, qui est âgé de 26 ans, compte cinq saisons d’expérience dans la LNH-toutes avec les Red Wings. Il a amassé 16 buts et 22 passes la saison dernière, se classant au troisième de l’équipe avec 38 points même s’il a raté 43 matchs en raison de blessures.

Il avait précédemment connu des campagnes de 24 et 25 buts et il reconnaît qu’il aimerait bien atteindre le plateau des 30 buts dans un avenir rapproché.

« La clé pour moi sera d’éviter les blessures », a admis l’ancien des Foreurs de Val-d’Or, dans la LHJMQ.

Le directeur général Steve Yzerman avait précédemment dit que l’équipe conclurait des ententes avec Mantha et son autre attaquant Tyler Bertuzzi. Ce dernier a fini par obtenir un contrat d’un an de 3,5 millions US en arbitrage, et les Red Wings se sont maintenant assurés les services de Mantha pour plusieurs saisons.

Les Red Wings occupaient le dernier rang du classement général de la LNH quand la dernière saison a été mise sur pause en raison de la pandémie de la COVID-19. Ils ont été une des sept équipes à ne pas participer à la relance cet été, malgré le format élargi employé de manière exceptionnelle.

« On ne méritait pas d’être en séries », a reconnu Mantha en toute honnêteté, alors que l’équipe a récolté seulement 39 points, soit 23 de moins que la pire équipe suivante.

Les Red Wings espèrent atteindre au moins le seuil de la respectabilité la saison prochaine. Pour y parvenir, ils ont acquis le gardien Thomas Greiss et les attaquants Bobby Ryan et Vladislav Namestnikov. Des espoirs pourraient aussi avoir l’occasion de se tailler un poste avec l’équipe.

« On sait jamais. Il suffit que deux jeunes joueurs arrivent de nulle part et connaissent des camps merveilleux », a dit Mantha.

Si la LNH opte pour un calendrier écourté en 2020-21, cela pourrait aussi augmenter les chances de voir des équipes causer des surprises. Mantha a reconnu que ses coéquipiers et lui travaillaient déjà très fort à l’entraînement, la plupart déjà dans la région de Detroit.