Neuf mois passent vite. Si tout se passe comme prévu, le Kraken de Seattle devrait constituer son équipe en juin ou en juillet.

Mathias Brunet Mathias Brunet
La Presse

Le directeur général Ron Francis a embauché ce week-end son équipe de recruteurs amateurs. Il a pigé allègrement au sein de son ancienne organisation, les Hurricanes de la Caroline.

Robert Kron, responsable du recrutement en Europe pour les Hurricanes, obtient une promotion à titre de directeur du recrutement du Kraken. L’ancien patron de Kron en Caroline, Tony MacDonald, se joint aussi au groupe de recruteurs. On leur doit, entre autres, Jeff Skinner, Sebastian Aho, Brett Pesce, Jaccob Slavin et Justin Faulk.

L’équipe du volet professionnel est désormais presque complète avec à sa tête David Baseggio, longtemps employé des Ducks d’Anaheim.

Le plus dur reste à accomplir. Mais le Kraken a un modèle intéressant, les Golden Knights de Vegas, qui ont participé aux séries éliminatoires à leurs trois premières années d’existence. Les Golden Knights ont atteint la grande finale à leur première année, et la finale de l’Association de l’Ouest cet été.

Voici cinq clés dont Seattle doit s’inspirer :

DÉNICHER UN BON GARDIEN DISPONIBLE

Cibler un club doté de deux bons gardiens lors du repêchage de l’élargissement des cadres. Les Golden Knights ont profité de cette situation chez les Penguins de Pittsburgh. Ces derniers devaient faire le choix entre la jeune vedette montante Matt Murray et le vétéran Marc-André Fleury. Murray était déjà favorisé en séries éliminatoires lors des années précédentes. Fleury est devenu la première grande star des Golden Knights et est redevenu l’un des meilleurs gardiens de la ligue, et Murray a perdu son poste de numéro un cet hiver. Vegas a même obtenu un choix de deuxième tour supplémentaire dans la transaction !

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, ARCHIVES LA PRESSE

Marc-André Fleury

À suivre pour Seattle : nos regards se tournent instinctivement vers les Stars de Dallas, avec Ben Bishop et Anton Khudobin. Par contre, les deux approchent la mi-trentaine. Les Canucks de Vancouver protégeront Thatcher Demko et libéreront Braden Holtby. Seattle pourrait avoir le choix entre Antti Raanta et Darcy Kuemper, dans le début de la trentaine, et entre Joonas Korpisalo et Elvis Merzlikins. Le nouvel auxiliaire de Carey Price, Jake Allen, ne sera pas la meilleure option.

PROFITER D’UN DIRECTEUR GÉNÉRAL FAIBLE

Dale Tallon venait d’être réinstallé à son poste de directeur général des Panthers de la Floride, après un an sur les tablettes, remplacé par Tom Rowe. Jonathan Marchessault était une embauche de Rowe. Reilly Smith venait de recevoir une prolongation de contrat de cinq ans pour 25 millions de la part de Rowe. Dans une décision surprenante, Tallon a cédé Smith aux Golden Knights avec la promesse que ceux-ci réclament Marchessault au repêchage de l’élargissement des cadres. Celui-ci venait pourtant de réussir une saison de 30 buts et Smith avait marqué 25 buts la saison précédente.

Tallon tenait à protéger quatre défenseurs, parmi lesquels Alex Petrovic, un de ses choix en 2010, et Mark Pysyk. Petrovic est désormais dans la Ligue américaine après être passé aux Oilers d’Edmonton et il a changé deux autres fois d’organisation depuis. Pysyk a joué en moyenne 12 minutes par match cette année, et les Panthers ne l’ont pas retenu après la saison. Smith et Marchessault sont devenus des moteurs offensifs à Vegas.

À suivre pour Seattle : Ron Francis n’aura pas cette chance. Tallon n’est plus employé des Panthers ni d’un autre club. John Chayka et Peter Chiarelli ne dirigent pas de club de la LNH eux non plus…

PROFITER DU PLAFOND SALARIAL

La situation actuelle pourrait être très intéressante pour Seattle en raison du gel des salaires. En 2017, dans un contexte moins favorable encore, plusieurs clubs ont fait des cadeaux aux Golden Knights.

Les Blue Jackets de Columbus voulaient s’assurer de garder Josh Anderson lorsqu’ils ont offert un choix de premier tour à Vegas contre la promesse de repêcher William Karlsson, mais ils ont aussi envoyé David Clarkson et son horrible contrat chez les Golden Knights. Vegas s’est servi de ce choix, à l’origine au 24e rang, pour repêcher Nick Suzuki au 13e rang grâce à un second échange, avec les Jets de Winnipeg cette fois. Les Islanders de New York ont fait la même chose : ils ont cédé un choix de premier tour et Mikhail Grabovski (et son contrat annuel de 5 millions pour 2017-2018) contre la promesse de ne pas toucher aux deux gardiens des Islanders, Thomas Greiss et Jaroslav Halak. Grabovski, comme Clarkson, était déjà inactif en raison de blessures.

PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE

Martin Jones

À suivre pour Seattle : les occasions ne manqueront pas. Les Blackhawks de Chicago chercheront sans doute à se défaire de Brent Seabrook, mais celui-ci détient une clause de non-mouvement. Si Devan Dubnyk joue bien à San Jose, on voudra se débarrasser de Martin Jones. Les Canucks cherchent à se départir de Loui Eriksson depuis plusieurs années. Le contrat de Milan Lucic est un boulet à Calgary. Les Islanders doivent vivre avec les horribles contrats d’Andrew Ladd et de Johnny Boychuk, mais ils ont de l’espace pour l’instant.

PROFITER D’UN SURPLUS DE DÉFENSEURS DE QUALITÉ

Les clubs peuvent protéger seulement trois défenseurs (et sept attaquants) ou huit joueurs au total s’ils veulent protéger plus de défenseurs. Les Ducks d’Anaheim ont protégé Cam Fowler et Hampus Lindholm en 2017. Ils devaient ajouter Kevin Bieksa au duo en raison de son statut contractuel. Shea Theodore, Josh Manson et Sami Vatanen ont donc été laissés sans protection. Pour s’assurer de garder Manson, qui avait la cote à l’époque, les Ducks ont cédé Theodore à Vegas avec la promesse de ne pas toucher à Manson. Theodore, 25 ans, est devenu l’un des meilleurs défenseurs de la LNH. Il a amassé 46 points cet hiver et joué presque 23 minutes par match. Manson a régressé avec les années.

Le Wild du Minnesota était dans la même situation. Pour s’assurer de garder Matt Dumba, laissé sans protection au profit de Ryan Suter, Jared Spurgeon et Jonas Brodin, l’équipe a offert l’attaquant Alex Tuch. Celui-ci a connu une saison plus ordinaire après une année de 52 points, mais il a marqué 8 buts en 20 matchs en séries.

À suivre pour Seattle : le Kraken aura l’embarras du choix. Le Wild sera encore dans la même situation avec Dumba dans quelques mois. L’Avalanche du Colorado doit protéger Erik Johnson en raison des clauses de son contrat. Cale Makar et Samuel Girard compléteront la liste. Ryan Graves et Devon Toews, deux solides top 4, seront disponibles. Les Blues de St. Louis pourraient devoir sacrifier Vince Dunn en protégeant Colton Parayko, Torey Krug et Justin Faulk.

PRENDRE UN ENTRAÎNEUR CAPABLE DE S’AJUSTER

Les entraîneurs de qualité ne manquent pas. Gerard Gallant a constitué l’entraîneur parfait pour les Golden Knights. Ironiquement, il est disponible. Selon les informations du collègue Pierre LeBrun, il deviendra sous peu le prochain entraîneur du Kraken…

Les Golden Knights ont eu du succès parce qu’ils ont eu du flair. Voyons si le Kraken de Seattle compte une équipe de recruteurs aussi solide. Et si les autres clubs sont aussi généreux qu’en 2017…