Pour plusieurs, l’embauche de Joe Thornton, à 41 ans, constitue un aveu d’impuissance de la part des Maple Leafs de Toronto.

Mathias Brunet
Mathias Brunet La Presse

Thornton a beaucoup ralenti, certes. Il a obtenu 31 points, dont 7 buts, en 70 matchs à San Jose l’an dernier.

Il faut remonter à la saison 1997-1998, sa première année dans la LNH, pour retrouver une production aussi faible de sa part.

Quand Thornton a entamé le camp d’entraînement avec les Bruins cette année-là, quelque part en septembre, son nouveau coéquipier chez les Leafs, Auston Matthews, naissait dans un hôpital de San Ramon, en Californie…

L’embauche de Thornton n’est pas dramatique en soi. On lui a offert le salaire minimum pour un an, 700 000 $. S’il ne fait pas l’affaire, on pourra toujours s’entendre à l’amiable pour lui permettre une sortie gracieuse.

Marc Bergevin a souvent tenté ce type de pari. Alexander Semin a joué 15 matchs, avant d’être invité à rentrer en Russie. Tomas Plekanec a joué trois matchs, Mark Streit deux. On s’est séparé à l’amiable, ils n’ont presque rien coûté au final.

S’il devait offrir du jeu intéressant au sein d’un troisième ou quatrième trio, il coûterait quand même deux fois moins cher que Jordan Weal. À peine 275 000 $ de plus que Xavier Ouellet si celui-ci devait passer l’hiver à Laval avec son salaire des ligues mineures.

L’acquisition de Thornton frappe cependant l’imaginaire. Il rappelle une triste époque à Toronto. Celle où les directeurs généraux manquaient d’imagination et rapatriaient d’anciennes gloires en fin de carrière dans l’espoir de trouver une certaine étincelle.

Mais les Eric Lindros, Owen Nolan, Joe Nieuwendyk, Phil Housley, Jason Allison, David Clarkson, Curtis Joseph, Mikael Renberg, Doug Gilmour (la deuxième fois) et Brian Leetch n’ont jamais pu s’avérer des solutions efficaces au cours de leur bref passage à Toronto.

Le DG Kyle Dubas, 35 ans, un adepte des statistiques avancées, devait pourtant incarner le renouveau à Toronto.

En plus de Thornton, il vient d’embaucher Wayne Simmonds, 32 ans, un ailier en nette régression, et d’offrir une prolongation de contrat à son acquisition de l’an dernier, Jason Spezza, 37 ans.

Mais ces solutions de rechange à court terme ne définiront pas le règne de Dubas. C'est l’embauche de John Tavares il y a deux ans qui le fera.

Les Leafs n’ont pas progressé depuis l’arrivée de Tavares, obtenu au coût de 77 millions sur sept ans. Toronto venait d’obtenir 105 points la saison précédente et perdu en première ronde. Ils ont amassé 100 points lors de la première année de Tavares et perdu en première ronde. Ils ont obtenu 81 points lors de la saison écourtée cet hiver (95 points sur une saison complète) et n’ont même pas franchi le tour préliminaire.

Toronto est coincé par le plafond salarial depuis l’arrivée de Tavares. Ils viennent de perdre deux joueurs de soutien de luxe, Andreas Johnsson, 25 ans, 20 buts il y a deux ans, et Kasperi Kapanen, 24 ans, 20 buts lui aussi il y a deux saisons, pour alléger leur masse salariale.

Ses deux échanges d’importance n’ont pas été géniaux. À l’aube de la saison dernière, il a cédé Nazem Kadri et un choix de troisième ronde à l’Avalanche pour obtenir le défenseur Tyson Barrie et Alexander Kerfoot.

Après une saison difficile, Barrie n’est déjà plus avec l’équipe. Il a profité de son statut de joueur autonome sans compensation pour joindre les Oilers. Kerfoot a obtenu seulement 28 points, dont 9 buts, en 65 matchs. Kadri a amassé 36 points, dont 19 buts, en 51 matchs au Colorado, 58 points au pro rata d’une saison de 82 matchs. Il a été fumant en séries éliminatoires avec 18 points en 15 parties.

Dubas a aussi fait un joli cadeau aux Sénateurs d’Ottawa afin d’alléger sa masse salariale en leur cédant Nikita Zaitsev et Connor Brown pour Cody Ceci, Ben Harpur, Aaron Luchuk et un choix de troisième ronde.

Zaitsev n’est pas un défenseur parfait, mais il jouait 22 minutes par match en moyenne pour les Sénateurs l’hiver dernier. Connor Brown est devenu un ailier important à Ottawa. Il a terminé au deuxième rang des compteurs de l’équipe avec 43 points, un de moins que Brady Tkachuk.

Cody Ceci a été moyen pour les Leafs. Il a obtenu huit points, dont un but, en 56 matchs, et joué en moyenne 20 minutes par rencontre. On n’a pas retenu ses services cet été. Il vient de signer un modeste contrat de 1,25 million pour un an avec les Penguins. Harpur et Luchuk n’ont jamais joué à Toronto. En fait oui, à Toronto, mais pour les Marlies…

Tout n’est pas sombre pour les Leafs. Ils comptent toujours sur un excellent noyau d’attaquants constitué de Mitch Marner, Auston Matthews, John Tavares et William Nylander.

L’ancien protégé de Bob Hartley à Omsk, dans la KHL, Ilya Mikheyev, 26 ans, a connu une bonne première saison avec 23 points en 39 matchs. Le choix de deuxième ronde des Leafs en 2019, Nick Robertson, 19 ans, a obtenu une surprenante promotion en séries éliminatoires après une année de 86 points, dont 55 buts, en 46 matchs dans la Ligue junior de l’Ontario.

La défense a été démantelée. Mais l’embauche de T. J. Brodie viendra solidifier le top quatre. Longtemps le souffre-douleur à Calgary, Brodie vient de connaitre l’une de ses bonnes saisons en carrière au sein de la première paire avec Mark Giordano. On l’utilisera sans doute à la droite de Morgan Rielly.

La deuxième paire est fiable. Jake Muzzin est un défenseur établi et Justin Holl, 28 ans, 6 pieds 4 et 215 livres, a trouvé sa niche dans la LNH dans un rôle de défenseur défensif.

On espère aussi avoir trouvé la perle rare de Finlande, Mikko Lehtonen, 26 ans, embauché cet été. Ce défenseur gaucher était très convoité. Lehtonen a amassé 49 points en 60 matchs l’an dernier avec Helsinki, dans la KHL. Il connait un départ formidable cet automne avec 18 points en 15 matchs. S’il s’adapte bien au hockey nord-américain, il pourrait faire une différence, mais nul ne le sait pour l’instant.

Les jeunes Rasmus Sandin et Timothy Liljegren, des choix de première ronde, se battront aussi pour un poste.

Mais les Leafs ne connaitront pas de succès sans de bonnes performances de leur gardien Frederik Andersen, décevant dans l’ensemble depuis son arrivée à Toronto.

Il y a encore beaucoup de points d’interrogation à Toronto en cette année de vérité. Et Joe Thornton est bien loin des éléments essentiels du club…

À LIRE

Le Canadien vient de mettre sous contrat son premier choix de 2020, le défenseur Kaiden Guhle. Le CH suit une tendance puisque Guhle devient le sixième choix de première ronde à obtenir un contrat, quelque semaines à peine après le repêchage. Alexis Lafrenière, Quinton Byfield, Tyson Foerster, Jake Neighours et Ozzy Wiesblatt sont les autres. Les détails de Simon-Olivier Lorange.